30 photos marquantes des Jeux Olympiques

Voici quelques moments forts qui font désormais partie de l’histoire des Jeux Olympiques d’été.

Derek Redmond lors des JO de Barcelone en 1992 : foudroyé par un claquage à l’ischio-jambier de la jambe droite après avoir parcouru 180 mètres alors qu’il filait vers une probable victoire, il se relève et tente de finir le tour de piste à cloche-pied. Rejoint par son père qui le soutiendra jusqu’à ligne d’arrivée, il termine son 400 m sous une standing ovation du public.

 

Liu Xiang, le premier champion chinois d’athlétisme, était sur les posters de Pékin. Hélas, une blessure l’empêche d’aller plus loin que la seconde haie lors des qualifications.

 

La victoire de Derartu Tulu sur Elena Meyer lors du 10 000 mètres à Barcelone en 1992.
Âgée de 20 ans, cette Éthiopienne a chamboulé l’histoire en devenant la première athlète féminine noire africaine à gagner une médaille d’or olympique, alors que sa rivale entrait elle aussi dans le livre des records.
Grâce à sa deuxième position au classement, Meyer, la Sud-Africaine blanche, remporta la première médaille olympique pour son pays après que l’interdiction de concourir aux Jeux, en vigueur depuis 1964 pour condamner la politique de l’apartheid, ait été levée.
Pour démontrer leur sens sportif, Tulu et Meyer vont courir leur tour d’honneur côte à côte, dans leur drapeau respectif – un geste qui reste à ce jour l’une des plus belles images des Jeux Olympiques.

 

Le jour où le Sport défia la tyrannie…Jesse Owens en 1936 à Berlin : aux Jeux olympiques d’été de 1936, qui se déroulent au Stade Olympique de Berlin, Owens remporte quatre médailles d’or, sous les yeux d’Adolf Hitler, infligeant ainsi un cinglant démenti aux théories nazies sur la prétendue supériorité de la race aryenne.

 

Lors des Jeux Olympiques de 1968 à Mexico, les coureurs américains Tommie Smith et John Carlos, arrivés premier et troisième du 200 mètres, protestent contre la ségrégation raciale aux États-Unis en baissant la tête et en pointant, lors de l’hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel, sur le podium de la remise des médailles. Une photo qui est entrée dans la légende et que tout le monde connaît désormais :

 

Le doublé d’Isham El Guerrouj sur 1500 et 5000 à Athènes en 2004. (il est l’actuel détenteur des records du monde en plein air du 1 500 m (3 min 26 s 00), du mile (3 min 43 s 13) et du 2 000 m (4 min 44 s 79) :

 

L’équipe de bobsleigh jamaïcaine à Calgary en 1988, (l’important étant de participer) :

 

Le roi Carl Lewis, qui a marqué de son empreinte les Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles (quatre médailles d’or, 100 mètres, saut en longueur, 200 mètres et Relais 4 × 100 mètres). Il obtiendra encore deux médailles d’or aux JO de Séoul en 1988 (photo ci-dessous) :

 

Ben Johnson, dopé à Séoul en 1988, les yeux rougis. Il gagna la finale du 100 mètres masculin aux Jeux olympiques d’été de 1988 à Séoul en 9,79 s, devant Carl Lewis, son grand rival. Mais il fut rapidement reconnu coupable de dopage au stanozolol (un stéroïde anabolisant), ce qui invalida ce nouveau record du monde. Ce contrôle positif brisera sa carrière.

 

Michael Johnson, considéré comme l’un des plus grands sprinteurs de tous les temps (surnommé « La Locomotive de Waco » en raison de son style de course à base de foulées courtes et très rapides, qui donnent l’impression d’un buste droit et immobile) qui détient encore le record du monde du 400 m (43 s 18), et qui fait des JO d’Atlanta remarquables en 1996 :

 

Michael Phelps et ses 8 médailles d’or à Pékin en 2008 :

 

Usain Bolt après sa victoire et son deuxième record du monde sur 100 m le 16 août 2008 aux Jeux olympiques de Pékin :

 

L’incident Marie Decker / Zola Budd aux JO de Los Angeles en 1984  lors du 3000m :

En 1984, Zola Budd, athlète sud-africaine participe aux Jeux olympiques 1984 de Los Angeles sous les couleurs du Royaume-Uni grâce à une grand-mère britannique. Lors du 3 000 mètres, elle est gênée deux fois par la grande favorite, l’Américaine Mary Decker. Lors du deuxième tassement, Mary Decker chute alors que Zola Budd continue sous les huées du public qui la rend responsable de l’incident. Un jury de l’IAAF la disculpera après la course mais le mal est fait : Zola Budd perd son moral et ne terminera la course qu’à la 7ème place. La polémique sera grande entre les presses britannique et américaine qui défendirent leurs athlètes respectives.

 

L’Américain Greg Louganis, considéré comme le plus grand plongeur de tous les temps. Aux JO de Séoul en 1998, il se qualifie bien qu’il ait frappé la planche avec la tête lors de l’avant-dernier plongeon de qualification. Il obtiendra la médaille d’or.

 

Gail Devers est en tête de la première à la dernière haie sur 100 M haies au JO de Barcelone 1992. Une chute fatale lors de la dernière haie et c’est la victoire d’une quasi inconnue: la Grecque Patoulidou (à gauche sur la photo).

 

Laure Manaudou devient la première nageuse française de l’Histoire à décrocher l’or à Athènes en 2004 :

 

Dorando Pietri, le premier marathonien à entrer dans le stade de White City lors des Jeux olympiques d’été de 1908 à Londres. Épuisé, ses jambes se dérobant sous lui, on a dû l’aider à franchir la ligne d’arrivée. Même disqualifié, son effort suprême a conquis le cœur des 100 000 spectateurs. Et il est entré dans la légende à l’échelle mondiale.

 

Nadia Comaneci aux JO de Montréal en 1976 : elle devient la première gymnaste de Roumanie à remporter le titre au classement général aux JO, ainsi que la plus jeune gymnaste à remporter ce titre, record qui est impossible à battre car il était possible de se présenter aux JO à partir de ses 14 ans à l’époque, alors qu’il est aujourd’hui obligatoire d’avoir 16 ans dans l’année.

 

Bob Beamon aux Jeux Olympiques d’été de 1968 à Mexico et son record du monde du saut en longueur en vigueur jusqu’en 1991. En effet, il sauta à 8,90 m, distance incroyable pour l’époque (les officiels durent ressortir leur décamètre, les viseurs optiques n’étant pas réglés pour prendre en compte cette distance). D’un seul saut, le record du monde progressait de 55 cm. Le style singulier de Beamon lui valut le surnom d’« Araignée de l’espace ».

 

Cathy Freeman, la sprinteuse aborigène qui offre l’or à l’Australie en 2000 aux JO de Sydney, lors du 400 mètres : elle devient ainsi la première athlète ayant allumé la flamme olympique et ayant remporté une médaille d’or dans les mêmes jeux (elle avait été choisie pour allumer la flamme olympique dans une tentative de réconciliation du gouvernement australien entre les descendants de l’émigration européenne et les Aborigènes).

 

Bonus : Mohamed Ali à Atlanta en 1996.

Souffrant de la maladie de Parkinson, c’est lui qui alluma la flamme olympique, et durant les mêmes olympiades, on lui offrit également une médaille d’or pour remplacer celle qu’il avait gagnée en 1960 et qu’il avait jetée dans l’Ohio, parce qu’on avait refusé de le servir dans un restaurant à cause de sa couleur de peau.

 

Bonus 2 : ajout des visiteurs via les commentaires (merci à Grand Jacques et Lana, Nicolas et les autres…) :

Abebe Bikila gagne le marathon pieds nus aux Jeux olympiques de Rome en 1960, sur fond de décolonisation et ouvrant la voie à la dynastie de coureurs éthiopiens que l’on connait de nos jours :

 

La Dream Team (« équipe de rêve ») est le surnom donné à l’équipe nationale de basket-ball des États-Unis qui a participé aux Jeux olympiques de 1992 à Barcelone.
Lors des Jeux de Barcelone, la Dream Team gagne tous ses matchs, avec un écart moyen de 43,8 points. Les seules équipes l’ayant menée pendant quelques minutes furent la Croatie, en finale, et l’Espagne en phase de poule (après quelques phases de jeu). Cette supériorité fit que le coach américain, Chuck Daly, ne demanda aucun temps mort pendant toute la compétition.
Elle est généralement considérée comme la plus grande équipe de basket-ball de tous les temps (elle comprenait des joueurs exceptionnels, avec entre autres Magic Johnson, Michael Jordan, Larry Bird, Charles Barkley…etc.).

 

Oscar Pistorius gagne le 100m aux jeux Paralympiques de Pékin en septembre 2008 (à droite sur la photo). Cet athlète sud-africain est né sans fibulas (péronés), et a été amputé des deux pieds alors qu’il n’avait que onze mois. Il court avec deux prothèses en carbone spécialement conçues pour la compétition handisport (coûtant plus de 20 000 €). Le 4 juillet 2012, il devient le premier athlète handisport à se qualifier aux épreuves d’athlétisme pour les Jeux Olympiques. Oscar Pistorius est quadruple champion paralympique (200m à Athènes en 2004 et 100, 200 et 400m à Pékin en 2008), et défendra également ses titres sur 100, 200 et 400 mètres aux Jeux Paralympiques de Londres 2012.

 

Alain Mimoun, de son ancien nom O’Kacha Mimoun, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, gagne le marathon des Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, et fait taire les critiques.

 

 

Le bain de sang de Melbourne des Jeux olympiques d’été de 1956 durant lequel les équipes de water polo de l’URSS et de la Hongrie s’affrontèrent dans un violent pugilat pendant leur match : plusieurs joueurs sont blessés dans la piscine. La police australienne doit intervenir pour éviter le lynchage de l’équipe soviétique par les spectateurs.

 

Le massacre de Munich, à savoir la prise d’otage de l’équipe Israélienne en 1972 par  des membres de l’organisation palestinienne Septembre noir : elle se termine le 6 septembre dans un bain de sang, coûtant la vie à onze membres de l’équipe olympique israélienne, à cinq des huit membres du groupe et à un policier ouest-allemand.

 

La finale de basket controversée aux JO de Munich en 1972 : excédée par un arbitrage très litigieux (en raison d’une horloge de jeu pas correctement remise à zéro dans les derniers instants) en faveur de l’URSS, l’équipe américaine refuse d’accepter la médaille d’argent après avoir perdu la rencontre 51 à 50.

 

Éric Moussambani aux JO de Sydney en 2000 : il réalisa son 100 m nage libre en 1 min 52 s 72, soit plus de deux fois le temps mis par ses concurrents. Les médias relevèrent le caractère incongru de sa performance, tout en applaudissant son courage, perçu comme un symbole de l’esprit olympique. Son maillot et ses lunettes lui avaient été prêtés une heure avant l’épreuve par deux athlètes compatissants :

 

La jeune Kerri Strug qui, à Atlanta en 1996, permit à son équipe (USA) de remporter la médaille d’or de gymnastique en équipe lors de l’épreuve du saut alors qu’elle s’était blessé à la cheville lors de son premier saut. Elle s’est écroulée juste après son deuxième saut tellement la douleur était insupportable et c’est son entraîneur qui l’a portée jusqu’au podium (merci à Mechisse dans les commentaires pour cet ajout et ce texte d’explications) :

 

Note : cette liste n’est pas exhaustive, si vous connaissez des photos marquantes qui pourraient figurer dans cette liste, n’hésitez pas à les linker dans les commentaires, et elles seront rajoutées.

Sources : forum onlenitrisamsungglobalbloggerenpleinelucarne.net, wikipedia

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
24 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Abbath
Abbath
18 juillet 2012 22 h 19 min

Super article 😉 .

Holé
Holé
18 juillet 2012 22 h 33 min

Super interesting… Vraiment

Lana
Lana
18 juillet 2012 22 h 39 min

Super article, merci à l'auteur!

Pour des idées d'ajout, pourquoi pas des exploits de sportifs handicapés?

fisico_6403
fisico_6403
18 juillet 2012 22 h 43 min

Merci pour ces photos 🙂 Très intéressant.

merci
merci
18 juillet 2012 22 h 51 min

un peu d'air sur evo, merci bien !

kladawoua
kladawoua
18 juillet 2012 23 h 23 min

top top! beau photo-reportage. Merci!

Grand Jacques
Grand Jacques
18 juillet 2012 23 h 34 min

Super article, belles photos !

à rajouter

-bikila gagne le marathon pied nu en 1960 à rome, sur fond de décolonisation et ouvrant la voie à la dynastie de coureur éthipiens que l'on connait de nos jours

-"le drame de munich" en 72 il y a peu de photos mais c'est clairement un des évenements les plus marquants

-dream team de 92

peut etre essayer de trouver des choses dans des disciplines moins populaires, qui font néanmoins le charme des jeux !!

Vincent
Vincent
19 juillet 2012 0 h 44 min

Vraiment sympa l'article 🙂

Anonyme
Anonyme
19 juillet 2012 0 h 54 min

Mauvais cette article !

(Faut que ça soit un peu balancé bordel)

et bim
et bim
19 juillet 2012 1 h 58 min

thank's

kikitoff
kikitoff
19 juillet 2012 2 h 03 min

j'aurai bien aimé que l'on parle un peu du lancer de marteau feminin, ça me fait des choses …

oqp
oqp
19 juillet 2012 2 h 38 min

Michael Johnson is the best ;p

Sempai93
Sempai93
19 juillet 2012 9 h 22 min

tu aurais du enlever Karl Lewis qui a avoué s’être doppé

George
George
19 juillet 2012 11 h 59 min

nice l'article

Foie2Morue
Foie2Morue
19 juillet 2012 12 h 35 min

Et Eric Moussambani, le plus mythique de tous les nageurs?

Nicolas
Nicolas
19 juillet 2012 13 h 18 min

Jolie post, Je ne veux pas faire de mauvais esprit mais d'autres images des JO sont peut être à prendre en compte. Je ne sais pas si ce sera aisé de trouver des photos mais je vous propose d'autre moments marquant des JO à ne pas oublier : – En 1936 les athlètes français esquisse pour certain le salut Nazi durant la cérémonie d'ouverture -En 1956 durant le match de Water polo une émeute éclate cela devient le Bain de sang de Melbourne -La prise d'otage de l'équipe Israélienne en 1972 par un groupe terroriste palestinien -L'équipe Américaine de Basket… Lire la suite »

Amour, Anarchie
Amour, Anarchie
19 juillet 2012 19 h 23 min

Super article.
Allez voir les vidéos c'est encore plus beau.

Vilainx
Vilainx
20 juillet 2012 4 h 03 min

Bravo au Vengeur Masqué, un article superbe, rempli d'émotion !

gerard
gerard
20 juillet 2012 8 h 29 min

Et eric moussambani ds tt ça?

vv
vv
20 juillet 2012 15 h 19 min

"Le roi Carl Lewis, aux Jeux Olympiques de 1984 de Los Angeles " Il est écrit SEOUL 1988 sur son maillot

mechisse
mechisse
31 juillet 2012 0 h 48 min

Très bon article !! Mais à mon sens il manque l'histoire de la jeune Kerri Strug qui, à Atlanta en 1996, permit à son équipe (USA) de remporter la médaille d'or de gymnastique en équipe lors de l'épreuve du saut alors qu'elle s'était blessé à la cheville lors de son premier saut. Elle s'est écroulée juste après son deuxième saut tellement la douleur était insupportable et c'est son entraineur qui l'a portée jusqu'au podium.

mtairek
25 janvier 2013 18 h 49 min

l’article est super vraiment rien à dire

mtairek
25 janvier 2013 18 h 56 min

dommage que le pied Liu xiang est blesse car il aurait gagner
sa c’est sur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!