Alerte info Incendie circonscrit à Marseille, un militaire suspendu « Grippe Party » : c’était bidon!

Je me suis permis de mettre cet article car ça me parait de jouer à des jeux de ce genre , c’est du n’importe quoi , méme si c’est bidon ça donne des idées aux autres .

Attraper en fessant exprès les virus qui trainent ça promet .

Et dire qui en n’a qui font pareil avec le virus du VIH .

Arrêt sur images pointe, une fois de plus, un beau buzz bidon que nos grands journalistes d’investigation ont repris sans recouper quoi que ce soit. Jusqu’au Monde (14 juillet) qui parle des « swine flu parties » (« fêtes de la grippe porcine ») aux Etats-Unis et des « grippe parties » au Royaume-Uni. Mais le journaliste ne donne aucune source états-unienne ou britannique sur ce phénomène. Ce qui n’empêche pas d’éminents épidémiologistes de donner un point de vue plutôt positif sur l’idée de « grippe party », sur le modèle de ce qui se faisait pour la varicelle avant qu’un vaccin n’arrive. Lire la suite l’article
Photos/Vidéos liées
« Grippe Party » : c’était bidon!

C’est 20 minutes.fr qui est à l’origine de la rumeur le 3 juillet en titrant : « Booste ton système immunitaire, viens à ma grippe party », citant The Independent comme source.

A la différence de l’article du Monde, celui de 20 Minutes cite un cas précis. Celui d’une collégienne britannique, qu’il rapporte en ces termes : «J’ai été à une « grippe party »», racontait cette semaine Ella Thorold, 15 ans, au site anglais de «The Independent»». (@si) Mais en fait le récit dément le côté intentionnel de cette party.

Quand le 7 juillet, c’est le Journal du dimanche qui titre « Ma première grippe party », The Independent est à nouveau cité, mais Ella de Thorold devient Horder ; le côté non intentionnel est redit : lors de la soirée, un des ados présents a prétendu être atteint de la grippe A et, avec délicatesse, s’est mis à tousser sur les petits camardes, pour leur transmettre le virus. Ce qui n’a pas empêché le journaliste de prétendre que des jeunes british recevaient des invitations style « Viens à ma grippe party. Et tu seras immunisé contre le virus ».

Après l’article du Monde, FR2 a fait un sujet en montrant des pages d’Internet avec des invitations à ces fameuses « grippe parties », sauf que pour l’une, parue dans fessebouque, il est précisé que c’était pour faire une blague.

Le Parisien, un peu à la bourre, n’hésite pas à titrer « En Angleterre, c’est la mode des grippe-partys » (le pluriel, il est vrai bizarre des anglais – a-t-on idée de transformer y en i et de rajouter un e avant le s – a été oublié). Et là le témoignage ressemble fort à celui de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qu’a vu l’ours, très typique du mode de propagation des légendes urbaines, contre lesquelles le vaccin manque chez nos journalistes (y compris du quotidien de référence et néanmoins du soir).

Et quand on revient à la source, The Independent, on découvre une adolescente Ella Thorold et non Horder qui raconte un jeu stupide, comme sont capables d’en inventer tous les ados, dans une fête de jeunes normale : une des jeunes qui croyait être porteuse du virus fait bénéficier chaque participant d’une quinte de toux.

Nul n’a su si

1) l’histoire est avérée,

2) la plaisantine était réellement atteinte,

3) et, dans cette hypothèse, si elle a propagé le virus à ses copains et copines.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments