Andrée Chedid est bien une femme, c’est la grand-mère du chanteur M, et voici le corrigé du commentaire de texte du bac de Français 2019

Comme des milliers d’autres lycéens, vous vous êtes plantés en parlant d’un homme à l’endroit d’Andrée Chedid, célèbre poétesse française d’origine syro-libanaise.

Vous êtes inculte, car non seulement il y avait un « e » à Andrée, mais en plus, elle est également connue pour être la grand-mère de Mathieu Chedid (le chanteur M) et la mère de Louis Chedid. Vous étiez peut-être trop occupé à écouter du PNL, Romeo Elvis, et autre Lomepal des temps miséricordieux de l’effondrement de la civilisation occidentale.

La bonne nouvelle, c’est que le correcteur se fiche complètement de la façon dont vous avez genré Andrée Chedid (quoique les temps ont changé !), l’important, c’est ce que vous avez pu tirer du poème de l’auteure. Il s’agit juste de montrer que vous savez réfléchir et articuler vos pensées, le reste, le correcteur s’en fiche un peu, contrairement à ce que croient ceux qui ont lancé une pétition en ligne pour dénoncer ce sujet soi-disant merdique.

Pour savoir si vous n’êtes pas totalement hors-sujet, voici un semblant de corrigé du commentaire du poème « Destination : arbre » d’Andrée Chedid que j’ai gribouillé en 5 minutes, du haut de mon 16,5/20 au bac de philo et sans avoir jamais révisé quoique ce soit dans ce genre de matières (oui oui je crâne).

C’est un exemple de corrigé, pas un truc objectif, encore une fois, l’important est que vous ayez produit quelque chose de lisible avec votre cerveau. Après tout, personne ne sait vraiment ce qu’a voulu dire Andrée Chedid dans son poème, et tant mieux !

 

Voici le poème en question :

Destination : Arbre.

Parcourir l’Arbre
Se lier aux jardins
Se mêler aux forêts
Plonger au fond des terres
Pour renaître de l’argile

Peu à peu
S’affranchir des sols et des racines
Gravir lentement le fût
Envahir la charpente
Se greffer aux branchages

Puis dans un éclat de feuilles
Embrasser l’espace
Résister aux orages
Déchiffrer les soleils
Affronter jour et nuit

Évoquer ensuite
Au cœur d’une métropole
Un arbre un seul
Enclos dans l’asphalte
Éloigné des jardins
Orphelin des forêts

Un arbre
Au tronc rêche
Aux branches taries
Aux feuilles longuement éteintes

S’unir à cette soif
Rejoindre cette retraite
Ecouter ces appels

Sentir sous l’écorce
Captives mais invincibles
La montée des sèves
La pression des bourgeons
Semblables aux rêves tenaces
Qui fortifient vos vies

Cheminer d’arbre en arbre
Explorant l’éphémère
Aller d’arbre en arbre
Dépistant la durée.

 

Introduction

Ce poème s’articule comme une pensée quasi-existentielle sur le sens de la vie, et le chemin qu’on emprunte à travers elle. Où allons-nous, et comment nous y allons ?

Partie 1 – Le chemin de l’arbre, un parcours semé d’embûche

A) Le poème évoque deux chemins différents

  • L’arbre de la nature, pittoresque et charnel
  • L’arbre de la ville, seul et orphelin

B) Le poème relate un chemin temporel

  • Les différentes étapes de la vie : éducation, affranchissement, épreuves, retraite, renaissance
  • La dernière strophe tranche avec la chronologie résultant des autres strophes.
  • Passage par l’éphémère pour trouver l’intemporel (dépister la durée).

Partie 2 – Une leçon philosophique

A) Communier avec les autres

B) S’affranchir des règles

C) Accepter l’échec pour mieux renaître

D) Profiter du côté charnel et sensoriel de la vie

 

Alors certes, c’est une interprétation quelque peu « charnelle » du poème, surement mon côté libertaire, mais libre à vous de vous l’approprier comme bon vous semble. On aurait ainsi pu ajouter une partie sur le chemin purement technique emprunté par le poème, mais cela dépasse mes compétences, je suis un ignare en poésie.

Et vous, quelle signification avez-vous trouvé à ce joli poème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notez ce post !