Apologie du terrorisme : La police va-t-elle trop loin en interpellant un enfant de 8 ans pour apologie du terrorisme ?

Mercredi 28 janvier, un enfant de 8 ans – élève de CE2 a été interpellé par la police pour avoir refusé d’observer une minute de silence pour les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et pour avoir également affirmé « Je ne suis pas Charlie. Je suis avec les terroristes ».

Va-t-on trop loin ?

Depuis les récents attentats qui ont frappé la France, les autorités mènent une enquête assez serrée sur tous ceux qui ont un rapport avec l’apologie du terrorisme. Plus concrètement, tous ceux qui affirment ne pas être Charlie et qui en plus se disent être du côté des terroristes ou le prouvent d’une manière ou d’une autre, font directement l’objet d’une enquête approfondie. Mais quand de tels propos sortent de la bouche d’un enfant d’à peine 8 ans, beaucoup se demandent alors s’il faut réellement les prendre au sérieux ou laisser passer? En tout cas, mercredi après-midi, c’est dans les locaux de la police qu’un élève de CE2 a dû passer 30 minutes pour essayer d’expliquer ce qu’il savait du terrorisme ou des terroristes. Une enquête qualifiée tout simplement d’absurde par son avocat, Me Sefen Guez Guez qui n’a pas manqué d’ébruiter l’affaire sur Twitter. 

Dénoncé par le directeur de son école ?

Le commissaire Authier, directeur départemental de la sécurité publique a notifié que l’enfant a été interpellé suite à un appel du directeur de son école. Ce dernier a fait état de ce qui s’est passé à l’école sans pour autant déposer une plainte contre l’élève.

« Dans le contexte actuel, le directeur de l’école a décidé de signaler ce qui s’est passé à la police…On a convoqué l’enfant et son père pour essayer de comprendre comment un garçon de 8 ans peut être amené à tenir des propos aussi radicaux. »

Ahmed a été interrogé par la police pendant 30 minutes mais de son audition n’avait été tirée aucune conclusion. Son père a également été entendu par la police pendant qu’il jouait avec des jouets dans la salle à côté.

« C’est absurde »

Pour Me Sefen Guez Guez, l’interrogatoire qu’a subie le jeune Ahmed était tout simplement « absurde ». Selon lui, il fallait juste écouter l’enfant parler pour comprendre qu’il ne réalisait même pas la portée de ses propos.

« C’est absurde : il n’y avait aucune conscience de ce qu’il disait. Lorsque le policier lui a demandé ce qu’était le terrorisme, il n’a pas pu répondre. Ce sont des mots d’enfants, il n’en a pas compris la portée. »

Mais pour d’autres personnes, comme Eric Ciotti – député UMP des Alpes-Maritimes, la police a bien fait d’interroger ce jeune enfant qui aurait pu juste agir de cette manière parce que c’est ainsi qu’il a été éduqué.

« L’audition était absolument normale. Bien sûr un mineur n’est pas responsable mais cela peut traduire qu’il est dans un environnement familial qui lui a fait dire ce qu’il a dit. Et donc il est normal, aujourd’hui où le risque est maximal, que l’on aille regarder ce qu’il s’est passé ».

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments