Bavure, les policiers défoncent la porte d’un autre.

« Ils étaient au bon numéro. Mais pas dans la bonne rue. » Le commissaire divisionnaire de Lens, Benoît Desferet, résume en une phrase la méprise de ses hommes.

Lundi, à l’heure où blanchit la campagne, ils ont défoncé la porte d’un trafiquant de drogue présumé, dans une petite cité de Libercourt. Sauf qu’ils n’étaient pas à la bonne adresse. « Il y avait deux hommes, dont un qui était très âgé. On s’est vite rendu compte qu’on s’était planté, poursuit le commissaire. Mais c’est plein de petites rues par-là. » L’opération avait pourtant été bien préparée. La police devait démanteler un trafic de cannabis en arrêtant simultanément une trentaine « d’objectifs » disséminés dans le bassin d’Hénin-Beaumont. La victime de cette méprise a rapidement obtenu la garantie d’être dédommagé et des excuses de la part de l’administration. Pas suffisant, il a tout de même porté plainte pour « dégradation de biens ».

Quant au vrai suspect, il n’a bénéficié que de quelques minutes de répit. Il a été interpellé dans la foulée.

Source : 20minutes.fr

Une équipe de Télé qui suivait la police pour un reportage avait déjà fait l’expérience en live de ce type de « bavure »

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
yassine
yassine
17 octobre 2008 16 h 33 min

aie aie quel bande de con