Catastrophe climatique dans l’île de Madère

L’eau emporte tout sur son passage après des pluies torrentielles, faisant au moins 32 morts et 68 blessés.

« Les rivières sont sorties de leurs lits, les routes se sont transformées en torrents, emportant de la boue et des débris, provoquant des glissements de terrain, a rapporté le correspondant local de l’AFP. C’était un véritable chaos ». De grosses averses ont provoqué samedi glissements de terrain et inondations dans l’île de Madère, une possession portugaise au nord des Canaries et à l’ouest du Maroc.

Le bilan provisoire s’établit samedi soir à 32 décès et 68 blessés, en plus d’importants dommages matériels. Cette île au climat semi tropical reste habituée aux précipitations, mais des pluies d’une telle violence y sont un phénomène très rare. En plus de la pluie, les vents dépassant les 100 km/h et la mer agitée ont causé d’importants dégâts. La capitale, Funchal, a été très touchée, le téléphone et l’électricité y sont encore coupés samedi soir, l’aéroport a été fermé.

Madère est surnommée l’île aux fleurs par ses 250.000 habitants et les nombreux touristes qu’elle accueille toute l’année. Son relief d’origine volcanique subit une érosion caractéristique.

[youtube em4N0hVvADo]

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Burrows91
Burrows91
21 février 2010 13 h 29 min

Toujours aussi impressionnant ce genre d’image
Comme quoi rien n’est plus fort que la nature

DRUMOND
DRUMOND
21 février 2010 22 h 49 min

SA FAIT MAL QUAND C CHEZ TOI

Beness
Beness
22 février 2010 9 h 55 min

J’habite a Madeire, tout est allé tres vite en une matinée tout a été dévastée…bcp bcp de peur plus que de mal pour les maderiens non touchés.une population tellement sympathique, et acceuillante.Bon courage pour la reconstruction et a tout nos amis portugais 😉

vincent
vincent
24 février 2010 18 h 36 min

Mes parents étaient en vacances à Madere pendant cette catastrophe, c’était assez inquiétant…