Le président TRUMP valide la chloroquine comme premier traitement officiel contre l’infection au Coronavirus

OFFICIEL – les Etats-Unis ont « approuvé » le recours à la chloroquine contre le Covid-19, selon des déclarations de Donald Trump. Ce traitement antipaludéen a « montré des résultats préliminaires très très encourageants », a annoncé le président américain mercredi 19 mars, même si les autorités sanitaires ont semblé relativiser la rapidité du processus.

« Nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible quasiment immédiatement », a assuré le président lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, estimant que cela pourrait « changer la donne » face à la pandémie.

De son côté, Le Pr Raoult, premier médecin français à avoir testé et défendu la chloroquine comme traitement contre le COVID-19, a déclaré pour sa part :

Le monde entier – et pas seulement les Etats-Unis – est en train de se rendre compte que le seul produit qui à la fois donne des résultats contre l’épidémie Covid-19 et soit immédiatement disponible, c’est la chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine. Cela, on le sait depuis le mois de février, lorsque les Chinois, qui étaient alors les seuls à avoir des cas de « Covid-plus », ont attiré l’attention sur le fait que la chloroquine diminuait la charge virale et les signes cliniques des patients.

Dès lors, selon moi, le bon sens commandait de tout de suite mettre en place les essais pour confirmer le résultat de cette étude chinoise. C’est ce que beaucoup ont fait. Depuis les déclarations des scientifiques chinois, nombre de pays ont adopté cette stratégie thérapeutique. A commencer, après la Chine, par la Corée du sud, et j’observe que la Chine et la Corée du sud sont les deux pays qui ont le mieux su contrôler l’épidémie, en s’appuyant à la fois sur l’utilisation massive des tests diagnostiques et la distribution de chloroquine.

Bien d’autres nations leur ont emboîté le pas : l’Iran, la Belgique, l’Australie, le Maroc, Israël… Et maintenant, donc, les Etats-Unis.

 

Et d’enfoncer le clou, à l’endroit des chloroquino-sceptiques nombreux en France, qui ont énormément retardé l’utilisation de ce médicament pour traiter les cas sévères liés au coronavirus :

Lorsque j’entends les commentaires des uns et des autres sur la supposée toxicité de la chloroquine, j’ai envie de leur dire : « Retournez à vos manuels de première année de médecine. » Je suis frappé par l’ignorance – il n’y a pas d’autre mot – de tous ceux qui font de tels commentaires. C’est elle, cette ignorance, qui explique l’actuelle divergence de la France d’avec les autres pays du monde.

Pour rappel, nous avions révélé il y a un peu moins d’une semaine sur EVO, à notre petit niveau, le fait que l’exploration – et non pas l’utilisation immédiate – mais bien l’exploration de cette piste, avait été étrangement retardée par les autorités françaises :

Qui ont finalement fait machine arrière :

Pour rappel, Martin HIRSCH n’était pas la seule personnalité publique à faire des déclarations plus ou moins hasardeuses. On se souvient par exemple de Michel Cymès, le médecin français ultra-médiatique, qui avait notamment déclaré qu’il n’y « avait absolument pas lieu de s’inquiéter » par rapport à une épidémie du COVID-19…

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments