Christian N. mis en examen pour ses entretiens pervers au Ministère de la Culture

Pendant presque dix ans, cet ancien responsable RH de la Rue de Valois a administré à des candidates des diurétiques avant de les isoler jusqu’à ce qu’elles urinent devant lui.

Sur un fichier Excel saisi par les enquêteurs, l’homme inscrivait les noms de ses victimes accompagnés de remarques quant à leur comportement face à cette situation.

«J’aurais voulu qu’on m’arrête avant. C’était compulsif, mais il n’y avait pas chez moi une volonté d’empoisonner ces femmes. Je ne pensais pas que le diurétique pouvait causer des problèmes médicaux», a-t-il dit par téléphone au journal Libération.

Noter la qualité du post

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de