Clash à Bruxelles entre Sarkozy et Barroso

Ce que Nicolas Sarkozy et Jose Manuel Barroso se sont dit

Ce que Jose Manuel Barroso et Nicolas Sarkozy se sont réellement jeté à la figure nous arrive par bribes, d’abord de la bouche du Premier ministre bulgare, qui a vendu le premier la mèche sur la radio nationale, puis dans les propos rapportés de son homologue britannique, David Cameron, qui a confirmé « un échange très vif » entre le chef de l’État français et celui de la Commission européenne.

Alors que Nicolas Sarkozy s’est lancé dans un plaidoyer de la politique à l’égard des Roms, en qui Boïko Borissov a vu « des tribus nomades à qui il faut donner la possibilité de circuler librement » dans l’opinion générale des participants à cette séance de travail, Nicolas Sarkozy s’est à nouveau concentré sur la sortie de Viviane Reding, considérant que les Roms sont souvent liés aux trafics de drogue, d’enfants et de prostitution.

« Nous refusons l’installation aux portes de nos villes de bidonvilles », a dit Nicolas Sarkozy en référence aux camps illégaux. « Les citoyens roumains sont les bienvenus en France s’ils ont les ressources nécessaires ». Nicolas Sarkozy aurait considéré « profondément choquant de voir la manière dont certains parlent de nous avec des simplifications outrageantes à l’égard de ses concitoyens ».

Jose Manuel Barroso de son côté, qui n’était pas content de la situation en France s’est déclaré exaspéré par ces « vaines querelles », souhaitant passer à autre chose, c’est à dire les accords de libre-échange.

Sources : Le Monde, Le Point, Channel 4, Sky News, Reuters.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
tito
tito
16 septembre 2010 22 h 01 min

C’est surtout que tous ces donneurs de morale ne veulent surtout pas prendre le risque de voir les Roms venir chez eux.

clown
clown
17 septembre 2010 1 h 38 min

Ben qu’ils retournent chez eux, à Rome…

lewinsky
lewinsky
17 septembre 2010 6 h 11 min

Il est évident que le clivage pour/contre la justesse de ce qu’a dit V. Reding en revient à la question soutenir ou non l’UMP-NS + FN. En relisant la déclaration de Mme Reding, et en pensant à son agacement en découvrant que deux ministres français l’on menée en bateau… on ne peut que trouver son discours plutôt logique. L’allusion à la période post guerre était une aubaine pour l’UMP… Elle aurait dû dire « après un demi sciècle ». Ce qui me choque c’est que NS prend le peuple français en hotage dans cette histoire : je suis bien plus choqué par… Lire la suite »

Anonyme
Anonyme
17 septembre 2010 19 h 21 min

Clash ?…

valou68
valou68
19 septembre 2010 10 h 43 min

nous les francais ont est mal vue car ont veut pas les acceuillir mais aulieu de nous critiquer prenez les ces gitans la france s est pas le pays de kasos

Aidonslesnotres
Aidonslesnotres
20 septembre 2010 19 h 57 min

Les impôts ne cessent de s’accroitre pour alimenter un système d’assistanat, aidons les Français des DOM-TOM et de métropole possédant la nationalité française avant d’aider les autres. Il est justifié de venir en aide aux personnes en difficulté, nul n’est à l’abri du chômage et/ou autres aléas de la vie. Mais il est temps d’arrêter de se tirer des balles dans les pieds, plus nous développerons des programmes d’aide (je pense entre autres à la CMU, aux allocations familiales et autres aides à la personne qui sont à l’origine très bien pensée …) sans control et ouvert à tous ressortissants,… Lire la suite »