Compromis trouvé au Congrès sur le plan de relance américain


WASHINGTON (Reuters) – Les deux chambres du Congrès des Etats-Unis se sont entendues mercredi sur un accord de compromis concernant la version définitive du plan de relance, dont le montant total sera de 789 milliards de dollars, sous forme de dépenses publiques et de baisses d’impôts, pour voler à la rescousse d’une économie américaine en récession depuis plus d’un an.
Cependant, les négociateurs ont reporté un vote sur le compromis afin de pouvoir faire un compte-rendu aux élus du Sénat et de la Chambre des représentants.
Avant ce compromis, le Sénat avait adopté un plan de relance d’un montant de 838 milliards de dollars, tandis que la Chambre des représentants avait voté un projet de loi de 820 milliards.
Un collaborateur du Congrès a déclaré qu’aucun accord n’avait encore été conclu sur le financement fédéral de la construction d’écoles et sur de l’argent destiné aux Etats qui pourrait être affecté à différents usages.
Le Sénat a réduit les sommes destinées aux écoles et aux Etats mais le président Barack Obama souhaite que le financement de la construction d’écoles soit rétabli.
Le vote du compromis par les deux assemblées interviendra vraisemblablement dans le courant de cette semaine.
Mitch McConnell, chef du groupe républicain au Sénat, a déclaré que les sénateurs républicains n’avaient pas l’intention d’utiliser des manoeuvres de procédure pour en retarder l’adoption.
Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat, a estimé que 3,5 millions d’emplois seraient créés grâce à ce plan et que plus d’un tiers de la somme prendra la forme de baisses d’impôts et autres avantages pour les Américains de la classe moyenne.
SOUTIEN DE CERTAINS RÉPUBLICAIN ?
Il n’a cependant pas divulgué les détails du compromis, qui permet de fondre les projets de loi distincts qu’avaient déjà adoptés le Sénat et la Chambre des représentants. « Cela a été une série de concessions », a seulement dit Reid à la presse.
Le plan prévoit notamment d’allouer 150 milliards de dollars à des dépenses d’infrastructures, allant des transports à des projets d’internet à haut débit, a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins.
Les négociateurs des deux chambres ont travaillé sans relâche pour aplanir les divergences et réduire quelque peu les dépenses publiques envisagées, de même que les baisses d’impôt, de manière à ce que le plan soit au bout du compte d’un montant inférieur à 800 milliards, comme le réclamaient les républicains.
Le vice-président américain Joe Biden a déclaré mercredi s’attendre de ce fait à ce que le projet de loi définitif reçoive les suffrages de certains élus républicains au Congrès, qui, dans les versions initiales, avaient voté contre.
« Je m’attends à ce qu’il y ait des républicains qui le votent, des républicains de la Chambre et du Sénat qui ne l’avaient pas soutenu jusque-là », a-t-il dit mercredi au cours d’une conférence de presse à Harrisburg, en Pennsylvanie.
Les démocrates contrôlent les deux chambres du Congrès et le président Barack Obama, démocrate entré en fonctions le 20 janvier, fait pression pour que le plan soit entériné par le Congrès d’ici le week-end.
Sans l’adoption d’un tel plan, estime Obama, les Etats-Unis risqueraient de connaître une « catastrophe économique ».
Source: Boursorama

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
James Pence
12 février 2009 15 h 17 min