Daniel Barenboïm : « Pourquoi je suis devenu palestinien »

Daniel Barenboim, né le 15 novembre 1942 à Buenos Aires, est un pianiste et chef d’orchestre de nationalité argentine et israélienne.

Enfant prodige, il s’installe en Israël en 1952 avec ses parents, juifs d’origine russe.

Figure majeure de la musique contemporaine, il est nommé directeur de l’Orchestre symphonique de Chicago en 1989, puis du Staatsoper de Berlin en 1992 – qui l’élira ‘chef à vie’ – et devient le principal chef invité de la Scala de Milan en 2006. Dynamique, généreux, passionné et profondément humain, Daniel Barenboïm souhaite apaiser les hommes par le biais de la musique.

En janvier 2008, le pianiste et chef d’orchestre israélien a adopté la nationalité palestinienne. Il explique pour le Nouvel Obs les raisons de son choix et répond à ses détracteurs. Morceaux choisis. Attention : interview choc.

Le Nouvel Observateur.Quelle est votre nationalité ?
Daniel Barenboïm. – Argentine, israélienne, espagnole et palestinienne. J’ai les quatre passeports.

N. O.Comment a-t-on réagi en Israël quand vous avez pris la nationalité palestinienne ?
D. Barenboïm. – De manière extrêmement positive, en général. La plupart des messages que j’ai reçus étaient laudateurs, amicaux.

N. O.Mais c’est incompréhensible.
D. Barenboïm. – Oui. Et ça l’est aussi quand vous savez qu’il y a 75 ou 80% des Israéliens qui veulent la paix, mais qu’il y en a autant qui soutiennent les opérations militaires à Gaza… Ils ne comprennent pas. Ils pensent que si l’on est fort, on obtient la paix. Pas du tout ! Nous l’obtiendrons si nous sommes justes. Ils disent : il faut donner ceci aux Palestiniens. Mais non : ce n’est pas un cadeau ! Les Palestiniens y ont droit ! Les Israéliens veulent vivre en paix, ne pas leur faire de mal, pas les tuer, ni les exiler, mais ne veulent pas comprendre que là où ils veulent vivre en paix, les Palestiniens y vivaient depuis vingt siècles. (…) J’ai peur que si nous ne donnons pas aux Palestiniens ce qui leur est dû, l’existence d’Israël comme Etat juif ne soit remise en question. (…) Le pire, c’est qu’il y a de plus en plus de gens qui s’habituent à vivre sans solution, y compris les modérés, les gens intelligents des deux camps. Ils acceptent le désespoir. C’est très dangereux.

 

N. O.Vous avez peur de l’Iran ?
D. Barenboïm. – Evidemment ! Si Ahmadinejad n’employait pas ces expressions irrationnelles, comme la «saleté sioniste», il aurait de meilleures cartes. En Palestine, le Fatah n’est pas une réponse, ni le Hamas. Mais il existe de petits groupes palestiniens qui font de la résistance non violente. Ils n’ont pas le pouvoir, mais ils existent. En Israël, il n’y a personne. Je ne suis pas antiisraélien, mais il n’y a pas un seul parti dans ce pays pour lequel je puisse voter ! Même pas un petit parti…

N. O.Vous dites souvent que tout repose sur
la compréhension. Pourquoi ne leur expliquezvous pas ce que vous avez compris ?
D. Barenboïm. – Ils savent tout ça. M. Barak connaît l’histoire ! Il sait que trois conceptions se sont opposées dès le début : les révisionnistes, qui voulaient imposer Israël aux Arabes par la force – et cela jusqu’à Sharon; les travaillistes, un peu moins durs, mais qui disaient la même chose, avec des préoccupations sociales en plus; et puis il y avait tous ceux qui disaient avec Martin Buber qu’on ne pouvait pas s’imposer contre la volonté des Arabes. Il disait : un cessez-le-feu n’est pas suffisant. Il sait tout ça, Barak ! Mais ce qui me rend fou, c’est que le peuple juif avait la réputation d’être intelligent; on nous aimait ou on nous détestait pour cela ! Ce temps est révolu. Parce que cela fait soixante ans que ça dure, et que ça ne marche pas. On ne peut forcer des gens à s’agenouiller et à être satisfaits de leur sort. A chaque victoire militaire, peutêtre nécessaire, c’est pire qu’avant. Il y avait l’OLP, il y a le Hamas. Le Hamas est une création israélienne ! En français : ils sont cons. Ils ont même construit un centre islamique à Gaza, sans se préoccuper des conditions de vie là-bas, et alors que les Palestiniens étaient le seul peuple arabe laïque !

 

N. O.Et dans la vie ? Qu’attendez-vous d’un chef ? D’Olmert, par exemple ?
D. Barenboïm. – Il serait incapable d’être chef d’orchestre : il est incapable d’écouter.
——————————————–

Pour lire l’interview de Daniel Barenboïm dans son intégralité, cliquez ici !

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
PFIUU
PFIUU
3 octobre 2008 15 h 03 min

alalala le jour ou le dictateur iranien et les terrorsites du Hamas demanderont la nationalité israelienne…