D’après une étude de deux universitaires américains, la pauvreté recule en Afrique

Pourtant les ONG, la banque mondiale et l’ONU ne cessent de clamer le contraire…

Selon une étude publiée dans Reuters il y a quelques mois et baptisée : « En Afrique, la pauvreté recule… et bien plus vite qu’on ne pense ! », deux universitaires américains, Xavier Sala I Martin, economiste catalan qui enseigne à l’université de Columbia (New York), et Maxim Pinkovskiy, étudiant en doctorat au MIT, maintiennent dans leurs travaux que :

«L’idée communément admise que l’Afrique ne parvient pas à réduire son taux de pauvreté est fausse… En réalité, depuis 1995, la pauvreté n’a cessé de diminuer en Afrique ».

La croissance économique s’exerce bien à travers tout le continent et toutes catégories sociales confondues, ce qui, etrangement, n’obtient que peu d’écho dans la presse, mis à part un article du Guardian, comme le souligne Karen Rothmyer, journaliste pour The Nation.

Un manque d’intérêt qui s’explique selon la journaliste par une conviction collective que l’Afrique est une cause perdue. Le pessimisme quant à lui, et c’est là que la partie complot rentre en ligne de compte, s’expliquerait par les investissements étrangers…

En effet, selon Michael Chege, professeur d’économie & conseiller du gouvernement Kenyan :

« Il y a tout intérêt à ce que l’aide humanitaire perdure. Il y a des gens dans les gouvernements qui sont dépendants de cet argent, et vous avez toutes ces organisations comme le PNUD (programme des nations unies pour le développement), ou encore Jeffrey Sachs, consultant spécial au secrétaire général des Nations unies, qui ont intérêt à présenter les choses de façon négative.

Si tout se passe bien, vous détruisez leur carrière, vous vous attaquez à leur emploi ».

Il faut toutefois nuancer le problème, les dirigeants africains ne sont pas les seuls impliqués dans cette machination, car d’après une étude publiée dans World Development, William Easterly, professeur d’économie à l’université de New York, estime que les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), ont été sciemment mis en place de façon à ce que les pays africains ne puissent les atteindre.

Par exemple, l’un des objectifs est de réduire de moitié la pauvreté entre 90′ et 2015, mais pour réussir ce tour de force, l’Afrique devrait afficher 7% de croissance annuelle pendant 10 ans. Or, seul un pays sur dix dans le monde a accompli cela sur n’importe quelle décennie entre 65′ et 2005…

Source : The Nation

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
JasonM
JasonM
13 août 2010 9 h 54 min

Interssant cet article, merci! Il faudrait voir si on pourrait trouver autre chose à ce sujet. Mais cela ne m’étonne finalement pas…….

Philou
Philou
13 août 2010 12 h 56 min

La richesse augmente en valeur, mais non en proportion. Si l’Afrique doit afficher 7% de croissance, la Chine fait 10% et souvent plus. C’est d’autre part une hausse du revenu global, et non par tête d’habitant, et ce n’est pas rare en Afrique de voir ou plutôt de ne pas le voir, des richesses captées par ses élites en direction des pays développés (biens mal acquis) ou de paradis fiscaux…

wanted56
wanted56
13 août 2010 13 h 02 min

Philou dit vrai, ils parlent de manière globale et non par habitant. D’ailleurs quand on regarde l’indice IDH des pays, l’Afrique est loin car cet indice prend en compte plus de choses que le PIB.

Pour nuancer, j’ajouterais que les pays du Nord ont tout intérêt à faire croire que l’Afrique est pauvre et qu’elle le restera. Ainsi ils attisent les conflits (qui vend les armes ?) mais aussi cela permet aux pays du Nord de commercer facilement (les Etats Unis vendent leur excédent de céréales en Afrique moins cher que les producteurs locaux).

Ogyne
Ogyne
13 août 2010 13 h 03 min

Oui à ce que dit Philou, c’est bien connu, c’est un paradoxe de ces « pays en voie de développement » : le pays s’enrichit mais la population s’appauvrit

fantomas
13 août 2010 15 h 07 min

« Idée reçue : La croissance en Afrique ne profite qu’aux élites. Les chiffres de la croissance masquent une explosion des inégalités.

La réalité : Le coefficient de Gini est une mesure classique des inégalités. Lorsqu’il est égal à 1, une seule personne possède la totalité des richesses. Lorsqu’il est égal à 0, tout le monde possède la même part des richesses. »
–graphique a voir sur le site—
=On voit que la croissance qui a démarré dans les années 1990 s’est accompagnée d’une réduction et non d’un accroissement des inégalités.=

Qui croire ?

Steve
Steve
13 août 2010 15 h 10 min

Je pense que c’est quelque chose qui s’observe dans certains pays d’afrique noir, mais pas dans tous. Néanmoins cette étude est très intéressante.

Le Gluon
Le Gluon
13 août 2010 19 h 30 min

Et si on remettais l’apartheid, mais cette fois, à la totalité du continent ?
Ca relancerais pas l’économie de l’afrique ?

En fait, j’en ai rien à foutre de ce qui se passe ailleurs, et surtout en Afrique … moi le seul truc qui compte pour l’instant, c’est qu’il n’y ai plus de SDF en France, et que tout le monde puisse manger 3 repas par jour, en France …!