David Einhorn, star de Wall Street, prédit l’effondrement de la France

« Tout le monde s’inquiète pour la Grèce. On ferait mieux de s’inquiéter pour la France. »

C’est ce qu’a déclaré David Einhorn, PDG du fonds Greenlight, et gourou de Wall Street, dont les avis font autorité sur les marchés financiers. Selon lui, « La Grèce a bu un remède amer, restructuré ses obligations et son économie, et se relève après une période très difficile.Elle a cessé de vivre au-dessus de ses moyens. La France, elle, semble trop fière pour se réformer ». C’est en tous cas ce qu’il a déclaré pendant sa présentation à la conférence Robin Hood Investor Conference de New York, afin d’appuyer son argumentation, appelant à miser contre la France.

Le financier, qui figurait cette année dans la prestigieuse liste dressée par le magazine Time des cent personnalités les plus influentes de la planète, a dénoncé en vrac les 35 heures, la lourdeur du code du travail, un salaire minimum élevé, la taxe à 75 % et surtout les tensions entre Paris et la Commission européenne liées au budget «anti-austérité» annoncé par Bercy. Il a également évoqué la récente grève à Air France, l’incendie des bâtiments administratifs à Morlaix par les légumiers en colère, et la séquestration des cadres de Goodyear à Amiens. Il s’étonne dès alors que la France bénéficie de taux d’intérêt si avantageux pour émettre sa dette, alors que son économie est très mal en point. Et d’enfoncer le clou, en déclarant que «La France est un pays hostile pour faire des affaires».

https://www.youtube.com/watch?v=eoROhplL9fY

Chiffres à l’appui, il a montré à l’assistance que la charge de la dette payée par la Grèce est désormais inférieure à celle de la France (en pourcentage de leur croissance), puis a insisté sur l’incapacité du pays à réduire ses déficits et à faire des réformes structurelles. De fait, les marchés ne considéreraient pas la dette française à sa juste valeur, de même que la dette grecque serait beaucoup moins à risque que ne le laissent supposer ses taux. Il a par conséquent recommandé de vendre à découvert la dette française et d’acheter des obligations de banques grecques (Alpha, Piraeus, NBG,Eurobank, etc.).

dette-france-vs-grece

Si la dette française reste certes considérée comme une valeur sûre et est disponible en grande quantité, le fait que les doutes émergent d’un financier ayant une grande influence sur les marchés fait peser une nouvelle inquiétude sur l’économie française.

A la tête d’une fortune de 1,8 milliard de dollars, Einhorn n’en est pas à son premier fait d’armes. Il avait notamment anticipé la faillite de Lehman Brothers un an à l’avance, et a récemment fait céder Tim Cook, en imposant à Apple de reverser plus d’argent à ses investisseurs.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
25 octobre 2014 16 h 40 min

La poudre aux yeux ne fonctionnera plus pour très longtemps.
J’espère que les gens ont conscience de l’état de notre pays…
Et avec cette conscience, pas besoin de ressembler à ce type pour comprendre !

meduser
meduser
25 octobre 2014 17 h 56 min

oué sauf que la greece a vendu des iles, son système de santé, social et scolaire à des privés. et que maintenant elle ne peux plus diriger son peuple sans l’aval des banques.

perisse
perisse
25 octobre 2014 19 h 16 min

sauf que c’est la loi voter sous la présidence de Mr Pompidou dites « loi Pompidou » dont vous trouverez les détails sous sur youtube ou sur votre moteur de recherche , qui nous a mis dans le pétrin c’est pour cela que la dette ne devrait pas être rembourser de plus dans la mesure ou sous la présidence de Nicolas Sarkosy ont le gouvernement a financer les banque en faillite celle ci devrait participer au redressement du pays c’est une autre raison de ne pas rembourser la dette sociale un petit pays l’a fait.pourquoi pas les grands états ne serait pas… Lire la suite »

zeze
zeze
25 octobre 2014 19 h 25 min

Ces gens comme lui font du fric avec la dette !
Qu’il demande aux grecs si ils sont heureux avec des salaires réduits et une vie austère.

1973, les banksters ont pris le contrôle de la France. Et nos acquis sociaux vont voler en éclat encore plus vite grâce à ce type.

perisse.
perisse.
25 octobre 2014 20 h 42 min

si après la guerre il y aurais eu une loi similaire à la loi Pompidou jamais la France ne se serais relever car a l’époque l’argent était au service de l’état et non le contraire et il n’y aurais pas eu de trente glorieuse comme on dit maintenant.

AllonsEnfants
AllonsEnfants
26 octobre 2014 11 h 55 min

Faut éliminer tous les mecs comme lui