Dé-diabolisons la haine mister Président !

Le conflit au Proche Orient ne se réduit pas à une lutte acharnée entre l’amour et la haine, mais à une lutte charnelle entre la haine et la haine. Chacun réclamant pour sa part, une maison, une terre, une nation… non pour exister mais pour détester, exprimer son droit de mettre l’autre de côté… de l’autre côté…
Ce n’est pas très compliqué : il s’agit d’élever un mur entre mon jardin et celui de mon voisin mais comme c’est moi qui suis la mieux située, je le priverai ainsi de voir le soleil fleurir son jardin et l’empêcherai du même coup d’avoir un œil sur la taille de mon rosier.
Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il m’a fait ?
Rien ou plutôt si, pour que j’existe un peu plus, il faut qu’il existe un peu moins. Pour que je me réjouisse un peu plus, il faut qu’il réussisse un peu moins…
Et inversement proportionnel ! Que voulez-vous, le réel est irrationnel.
C’est dans mon cerveau reptilien et je n’y peux rien… j’ai besoin de haïr…
Jérusalem, terre d’amour, une et indivisible… c’est tellement vrai… c’est tellement faux… parce que la division n’est pas au cœur de la cité mais au cœur de l’homme… sa part d’ombre… ce n’est pas péjoratif. C’est ce qui le protège des coups de soleil intempestifs…
Avant de diviniser l’amour mister président, dédiabolisons la haine… laissons-leur le droit de se haïr… ils finiront peut-être par s’aimer.


Lien/video/photo: http://www.dailymotion.com/video/xeotw3_balle-du-proche-orient_news

Cet article est issu de la Tribune Libre. L’opinion exprimée n’engage que son posteur, et en aucun cas l’équipe rédactionnelle du site.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments