Qui est donc ce haut fonctionnaire qui empoisonnait des femmes aux diurétiques pour les écouter uriner ?

Un témoignage choc a été publié aujourd’hui sur la page Facebook du média Konbini. C’est celui d’une ancienne stagiaire du secrétariat général de Ministère de la Culture. Elle raconte comment, en 2011, elle a été victime d’une agression sexuelle pour le moins tordue.

Cette femme raconte dans ce témoignage que son responsable, visiblement le directeur des ressources humaines au Ministère de la Culture, lui a administré un diurétique dans son café lors d’un entretien, avant de l’accompagner jusqu’aux toilettes pour l’entendre uriner. A la sortie des WC, il aurait pris des photos de ses jambes.

Une victime du haut fonctionnaire qui empoisonnait des femmes aux diurétiques témoigne

Un haut fonctionnaire empoisonnait des femmes aux diurétiques pour les écouter uriner et les prendre en photo.Une de ses victimes raconte son calvaire, espérant en inciter d’autres à sortir du silence. 👇

Posted by Konbini on Wednesday, June 12, 2019

Cette pratique, selon ce témoignage, était connue de tous dans ce département. L’agresseur présumé aurait ainsi entretenu une collection de photos de jambes dans son ordinateur, ainsi qu’un tableau excel avec les noms de ses victimes. C’est en tous cas ce que décrit le témoin dans cette vidéo, et ce fait est corroboré par Le Canard Enchaîné, selon lequel des enquêteurs de police ont retrouvé dans le PC de l’agresseur présumé, les détails écrits des situations dans lesquelles ces femmes étaient obligées de se soulager (sur elle, derrière un mur, un meuble ou un buisson).

Selon cette femme, ce haut fonctionnaire de l’Etat a été démis de ses fonctions. Elle en appelle à d’autres témoignages, afin que justice soit faite.

Dans les commentaires de la publication, certains ont enquêté afin de retrouver de qui il s’agissait, en recoupant les informations et les différents témoignages. Des noms en sont ressortis, sans qu’on en sache davantage pour le moment.

Pourtant, une dizaine de femmes ont porté plainte et, selon le journal La Depêche, l’homme est poursuivi pour administration de substances nuisibles, atteinte à l’intimité de la vie privée et violences aggravées.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *