Fukushima : un mensonge uniquement Japonais ?


Rien dit / Rien vu / Rien entendu

La centrale de Fukushima ne sera plus jamais utilisée. Elle va devenir la plus importante ruine nucléaire du monde devant Tchernobyl (LePoint.fr).

 

En 1971 débute l’exploitation du site de Fukushima et visiblement les installations n’ont pas été dimensionnées pour des évènements sismiques majeurs… Jamais cette technologie n’aurait dû être déployé dans cette région de la planète… L’archipel japonais se situe sur la soi-disant Rim de feu du Pacifique, une grande zone d’activité volcanique et tectonique (JapanTimes.co.jp)…

Le Japon a été mis en garde il y a trois ans que la construction de réacteurs nucléaires dans une zone sismique risquait une « catastrophe nucléaire » (Express.co.uk)…

Fukushima vue par FranceInfo

Aux dires des ingénieurs atomistes, nous sommes confrontés au pire cauchemar nucléaire. Les réacteurs sont perdus, hors de contrôle…

2011/03/23 @Anon Commander

Ces derniers jour on assiste à la banalisation de la catastrophe nucélaire au Japon alors que l’on est entrain de vivre sans doute la pire catastrophe que l’humanité ait connue, deux centrales touchées, plusieurs explosions et des réacteurs à l’air libre, les légumes et l’eau de Tokyo radioactive, que va-t-il se passer quand il va falloir évacuer Tokyo ? Cette centrale qui fuit irrémédiablement et qui jour après jour apporte son dégagement de produits radioactifs pour des millénaires… c’est possible qu’il faille abandonner tout le Japon d’ici peu…

Seul un confinement définitif type « sarcophage Tchernobyl » pourra remédier à la dispersion des rayonnements et particules radioactifs…

Mais c’est qui Tchernobyl ? et, c’est quoi un sarcophage nucléaire ??

Tchernobyl

La centrale nucléaire de Tchernobyl explose ke 26 avril 1986. Une quantité exceptionnelle de radioactivité est libéré dans l’atmosphère par l’un des réacteurs de la centrale . Vingt ans plus tard, la polémique sur l’ampleur réelle de la plus grande catastrophe nucléaire civile de l’histoire est encore loin d’être close…

Reconstitution ( début d’une longue vérité… )

Reconstitution Explosion Nucléaire de Tchernobyl 1/2/3

TimeLine du nuage

1986/04/26-01h23

Double esplostion au sein du coeur atomique de 4e réacteur. Pendant dix jours, le combustible nucléaire brûle, rejetant dans l’atmosphère des millions de radio-élément, équivalant à plus de 200 bombes nucléaires et contaminant une grande partie de l’Europe… (T+0) Plus de 50% de la radioactivité relâchée est contenue dans le nuage radioactif… (T+2) Le nuage se déplace vers le Nord-ouest, porté par un vent de 30 à 40 km/h… (T+4) Le panache est ensuite rabattu vers l’est puis le sud, ramenant les polluants en Europe centrale et balkanique… (T+6) Les rejets sont poussés vers l’ouest, abordant la France par l’est… (T+8) Les rejets sont poussés vers le sud… (T+10) Le nuage termine son périple, il a contaminé une grande partie de l’Europe… Des milliers de tonnes de matériaux, sable, argile, plomb sont déversés pour couvrir le réacteur dont les rejets s’arrêtent le 5 mai 1986…

La bataille de tchernobyl

Le documentaire ci-dessous, alliant à la fois témoignages et documents d’archives, raconte pour la première fois, la bataille de Tchernobyl. Elle commence la nuit de l’explosion, le 26 avril 1986, à 01h23. Pendant huit mois, huit cent mille soldats envoyés de tout l’Empire soviétique vont tenter de « liquider » la radioactivité, construire le « sarcophage » du réacteur accidenté, mais ils vont surtout sauver le Monde d’une seconde explosion, une explosion nucléaire, quinze fois plus puissante qu’Hiroshima, qui aurait ravagé la moitié de l’Europe…

La bataille de Technobyl

 

La contamination des sols

Le nombre de personnes concernées par l’accident est difficile car en plus des liquidateurs et des résidents des territoires fortement contaminés, des millions de personnes ont été exposées à de faibles doses de rayonnement. Après l’explosion de la centrale, le nuage radioactif s’est déplacé au gré du vent. On estime aujourd’hui qu’il a recouvert près de 40% de l’Europe.

L’Europe contaminée en césium 137 après l’accident de Techernobyl

Même une faible dose de rayonnement semble induire une augmentation du risque de cancer. Selon une récente étude menée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le « fardeau » lié à Tchernobyl en Europe pourrait s’élever à plus de 40 000 cancers, dont 16 000 pourraient être mortels d’ici 2065. Plus de la moitié devrait survenir en Biélorussie, en Ukraine et dans les territoires les plus contaminés de la Russie.

> Elisabeth Cardis, responsable du groupe rayonnements du CIRC

La catastrophe continue

Il est difficile de dresser un état des lieux car l’accident continue à contaminer de nouvelles personnes… Plus de 20 ans après la catastrophe, Pripyat reste une ville fantôme où la radioactivité est toujours vingt fois plus importante que partout ailleurs.

Le césium 137 considéré comme l’un des radioéléments les plus nocifs est toujours actifs car il possède une demi-vie d’environ trente ans.

En plus d’une contamination externe, il existe aussi une contamination interne, via les aliments. Par exemple, 15% du lait contrôlé en Biélorussie dépasse le niveau autorisé en césium 137.

Enfin, comme l’explique le Dr. Okeanov, les rayonnements créent une instabilité génétique qui pourrait continuer à s’exprimer dans les générations à venir…

Tchernobyl peut-il à nouveau exploser ?

Il ne reste de la centrale nucléaire de Tchernobyl qu’un vieux sarcophage rouillé renfermant encore 180 tonnes de combustible radioactif… Le problème, c’est que ce sarcophage construit à la hâte tombe en déliquescence. D’une part, il menace de s’écrouler. Et d’autre part, le béton devient poreux sous l’effet des rayonnements et pourrait laisser s’échapper des éléments radioactifs dans l’air et dans le sol.


Source : LaDepeche.fr

De l’eau s’infiltre dans cette chape de béton via le ruissellement ou la pluie…. Depuis 1998, on parle de construire un nouveau sarcophage qui s’emboîterait sur le premier. Il était prévu qu’il soit terminé cette année. Mais les travaux n’ont toujours pas débuté…

Tchernobyl: Un alibi en béton

Arche de Tchernobyl : la sécurité avant tout

Dans le projet actuel, le nouveau sarcophage doit être construit à quelques centaines de kilomètres de la centrale. Cette immense arche devrait ensuite être glissée pour recouvrir le sarcophage actuel.

Bilan « Controversé »

31 morts dans l’explosion, selon un bilan soviétique de l’épode… 4 000 personnes sont mortes ou mourront d’un cancer, au Bélarus, en Ukraine et en Russie, selon l’ONU (2005)… De 30.000 à 60.000 victimes selon une étude britanique (2006)… Ou Plusieur centaines de milliers comme l’affirme Greenpeace… 2,4 millions d’Ukrainiens (428 000 enfants) souffrent de problèmes de santé liés à la castastrophe, selon des chiffres du ministère ukrainien de la Santé (2005)… Selon le Dr Khudoleï, directeur du centre indépendant d’expertise écologique à l’Académie des sciences de Russie, rien qu’en Russie il y aurait aujourd’hui 67 000 morts imputables à Tchernobyl….

Paul Fusco, photographe pour l’agence Magnum, raconte à travers ses photos le calvaire des survivants de Tchernobyl (voir aussi son site internet). Attention, ces images, très fortes, peuvent choquer.

> Derrière la guerre des chiffres, la guerre des méthodes » Yves Marignac, directeur de WISE-Paris

Source : Cite-sciences.fr/article=5983 / CeQuilFautDetruire.org / Agoravox.fr / Arts-et-Metiers.asso.fr / Ouest-France.fr

BONUS: « Tchernobyl : un mensonge Français »

1/2

2/2


Source : Vidberg.blog.lemonde.fr

 

Articles similaires by Krylau

Japon : des traces radioactives…
20110317 131901 x premiere impact Japon : des traces radioactives...

Accident nucléaire bénin ou malin ?

Nuage radioactif de Fukushima: In&Out

“Ne pas dramatiser la situation plus qu’elle ne l’est”

Le monde va se préparer au pire

“C’est un cauchemar au ralenti”

Double Effet “KissCool” Japonais

Une impression de fraîcheur et ensuite ça arrache

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
20 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Bulletinurhead
Bulletinurhead
23 mars 2011 19 h 12 min

J’apprécie tes articles Krylau, merci 😉

Krylau
Krylau
23 mars 2011 20 h 17 min

UPDATE: « Centrale de Fukushima: Le risque de catastrophe nucléaire ne peut toujours pas être écarté » Douze jours après le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon, la situation est toujours très critique à la centrale nucléaire de Fukushima… #500 millisieverts par heure Les techniciens qui s’efforcent de réparer le réacteur n°2 ont ainsi dû interrompre leurs travaux mercredi en raison d’un niveau de radiation atteignant 500 millisieverts par heure.. [ANNEXE] On considère aujourd’hui que la radioactivité a un effet direct sur l’organisme à partir de 50 millisieverts par an. En France, la limite autorisée pour les personnels exposés… Lire la suite »

Samouraï (la sauce)
Samouraï (la sauce)
23 mars 2011 21 h 07 min

Encore un super bon article sur la question, merci Krylau.

Anonyme
Anonyme
23 mars 2011 21 h 28 min

T’es un grand taré Krylau ! xD

Merci !

plop
plop
23 mars 2011 21 h 39 min

pas mal, j’ai vu que tu suivais le truc de près

Nico
Nico
23 mars 2011 22 h 44 min

Bon article bien complet, merci 🙂

mouton enragé
23 mars 2011 23 h 14 min

Et c’est pas fini, le pire est à venir au vu des dernières infos!!!

Kerry
Kerry
23 mars 2011 23 h 40 min

2012

Krylau
Krylau
24 mars 2011 0 h 07 min

+1 MoutonEnragé UPDATE « URANIUM et TRANSURANIENS. Le pire est-il déjà arrivé ? » Mercredi 23 mars. 19H15. C’est une confirmation extrêmement grave à propos de la centrale de Fukushima, pouvant impliquer le relargage de produits parmi les plus dangereux pour l’homme et l’environnement – uranium, plutonium, américium, curium etc. outre l’iode et le césium volatils, qui date de ce matin. «L’enceinte de confinement du réacteur n°3 ne semble plus étanche, selon les indications de pression », précisait dans son dernier « point de situation », ce mercredi 23 mars, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. En clair, même si de… Lire la suite »

plop
plop
24 mars 2011 0 h 52 min

moi la question que je me pose c’est : pourquoi au début de tout ca il n’y a pas eu de grand moyen ? je veux dire ils ont attendu une situation critique avant que le gouvernement japonais ne fasse venir des moyens qui helas sont maintenant dérisoire car il est trop tard

Krylau
Krylau
24 mars 2011 1 h 05 min

UPDATE « Fukushima. Le scénario du pire. » Quel mauvais coup du sort. En japonais, « fukushima » se traduit par « l’ile du bonheur » (ou « l’ile de la bonne fortune »). L’histoire humaine retiendra hélas une toute autre signification. Face à la catastrophe nucléaire japonaise, peut-on continuer à se voiler la face longtemps?… À la date du 23 mars 2011, ce ne sont pas seulement 3 réacteurs de la centrale de Fukushima Dai-ichi qui présentent un risque nucléaire majeur critique (ce qui est déjà impensable, et ingérable), mais bien 7 réacteurs en situation d’urgence nucléaire, avec ceux des centrales de Tokaï et de Onagawa. C’est… Lire la suite »

Scandale
Scandale
24 mars 2011 2 h 16 min

Prévoir une bonne demi-journée pour « survoler » les articles de Krylau 🙂

melodie68
24 mars 2011 13 h 14 min

oui c’est un drame qui n’est pas prêt de se terminer merci pour cet article très complet

dtc
dtc
24 mars 2011 13 h 37 min

ce mec est une machine.

moutemoute
moutemoute
24 mars 2011 20 h 54 min

Krylau prend des trucs ! fais gaffe au cancer du foie !

Est-ce que t’as des infos sur d’éventuelles négligences volontaires sur l’entretien des systèmes de refroidissement de secours ?

qdrwww
qdrwww
24 mars 2011 21 h 22 min

Bonsoir, je suis un lecteur du site depuis le début (3ans?) je ne poste jamais mais là excellent article. Je le lirais quand j’aurais le temps, Merci.

Krylau
Krylau
24 mars 2011 21 h 31 min

… négligences volontaires de la première compagnie d’électricité du Japon … « La Tepco n’a pas effectué des contrôles prévus à Fukushima » L’opérateur de la centrale … avait prévenu, deux semaines avant … qu’il n’avait pas procédé à certains contrôles … notamment un moteur et un générateur électrique d’appoint pour le réacteur n°1 … … > http://www.rmc.fr/editorial/153465/la-tepco-na-pas-effectue-des-controles-prevus-a-fukushima/ « L’opérateur japonais Tepco a menti… » Quelques jours avant … Tepco … avait reconnu le maquillage des rapports de contrôle de ses installations. … > http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/783980/l-operateur-japonais-tepco-a-menti-il-n-a-pas-verifie-certaines-pieces @Moutemoute> SUJET NON-INTÉRESSANT (rien d’exceptionnel) VS des fusions de réacteurs et émissionS radioactiveS chez la troisième plus grande puissance… Lire la suite »

moutemoute
moutemoute
26 mars 2011 2 h 48 min

Krylau Are you kidding me ? j’ai pas bien saisi si t’es ironique ou quoi.

Non parce qu’à mon avis si les responsables qui gèrent le crash actuellement sont les mêmes qui ont laissé passer certains points de contrôle essentiels, ya de quoi avoir encore plus peur sur l’aggravation de la situation. Enfin j’me comprends. Une résolution de l’ONU pour « dessaisir » cette bande d’incompétents, pour envoyer les meilleurs experts mondiaux, ils ont du penser mais qu’en est-il exactement…

Sinon excuse moi, et merci pour les liens.

lefeb dav
lefeb dav
27 mars 2011 23 h 28 min

Rien n’est dit à propos du Mox, et des dissémination de plutonium, contenues dans le réacteur 3. Toutes les mesures et les communications se focalisent sur le césium et l’iode radiocatifs. Même de la Criirad
Le problème est que le plutonium présente une radiotoxicité 1 million de fois plus importante que les radioéléments précités.
Quid de l’ingestion d’une particule d’une telle toxicité ? On peut comprendre qu’au compteur geiger, on ne détecte pas de radioactivité, mais que statistiquement on ingère une telle particule.

dtc
dtc
28 mars 2011 7 h 58 min

« Tepco convoque, en urgence, la presse. Le niveau de radioactivité n’a jamais été « 10 millions de fois plus élevée ». En revanche, l’annonce, nettement moins inquiétante, d’un taux mesuré de « 1.000 millisieverts par heure » dans l’eau retrouvée au sous-sol de la salle de la turbine est « exact ». Il s’agit en fait d’un niveau 100.000 fois supérieur à la normale, a déclaré le vice-président de l’opérateur, Sakae Muto, qui a présenté ses excuses.  »

no comment.