La CFDT et sa pub foireuse pour les élections des TPE

Sylvester Stallone dans le film F.I.S.T. (1978)

Faire de la pub sur le net quand on est un syndicat : mauvaise idée.

Dans ce spot plus ou moins réussi d’une minute trente, la CFDT entend convaincre les salariés des Très Petites Entreprises de voter pour eux aux élections des TPE. Seulement voilà, au-delà de la qualité discutable de la vidéo, en la publiant sur Youtube, mais surtout sur Facebook à travers une publication sponsorisée, la CFDT s’est beaucoup trop exposée en oubliant d’une part l’effet vertuo-pervers du web, qui constitue un miroir de ce que pensent vraiment les gens, et d’autre part la dimension politique de leur message, qui a beaucoup de mal à passer sur la Newsfeed Facebook personnelle des gens !

Du coup, c’est un flot d’insultes (mêlés à des soutiens aussi) qui pullulent en commentaires de la publication. Commentaires négatifs exacerbés par le choix très très discutable de la CFDT de faire une publicité sponsorisée sur la Newsfeed de Facebook. Pour ceux qui ne saisissent pas, Facebook tente difficilement de faire accepter les publicités mêlées aux publications des « friends » sur sa homepage. Dans ce contexte, payer pour apparaître sur la homepage Facebook quand on est un syndicat est – selon moi – une erreur de débutant en terme de com.

Au-delà du simple problème Facebook / CFDT,  cette campagne de publicité est également une occasion intéressante de se poser la question du déficit d’image dont souffre ce genre d’organisations (grèves, copinage, privilèges), et de leur réel intérêt dans une société qui tend à horizontaliser les lignes hiérarchiques, à remplacer le présentéisme et l’obéissance par la flexibilité, le télé-travail, la collaboration, l’ajustement et la créativité, bref, à arrêter d’opposer les décideurs aux implémenteurs (opposition qui constitue le fonds de commerce des syndicats en général). En bref, la lutte au sens noble du terme ne se situe peut-être plus à ce niveau-là, mais à des niveaux plus macro (mais ça mérite un vaste débat).

Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous conseille l’excellent film FIST (non, c’est pas un film de cul mais un superbe film qui date d’une époque où le cinéma n’était pas gangréné par les cartes UGC), qui montre comment des organisations à l’origine morales peuvent se muer en bureaucraties politiques inertes poursuivant des intérêts individuels autres que ce qui était prévu au départ.

Je vous renvoie également au structuro-fonctionnalisme de Robert King Merton et son fameux déplacement des buts, et à l’importance des relations de pouvoir énoncés par Michel Crozier.

Autre lien intéressant : le rapport Perruchot, qui visait à faire la lumière sur les finances encore très opaques des syndicats, tant ouvriers que patronaux, enterré mystérieusement il y a un an…

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments