La saison de Coupe du Monde de foot s’annonce très chaude

Violents débordements dans un pays miné par la misère et la criminalité

Ce qui va se passer sur les pelouses risque d’être assez différent de la vie aux abords des stades, comme le signalent les échauffourées qui se sont produites dimanche pendant le match amical entre le Nigeria et la Corée du Nord. De nombreux supporters se sont précipités dans l’enceinte du Makhulong Stadium de Johannesburg, déclanchant la riposte de la police et provoqué des blessures chez 15 personnes. Matraquage, mais aussi les bousculades en sont la cause.

La société sud-africaine est toujours aussi dure, l’exclusion se pratique en ces temps nouveaux sur un critère social à défaut de la race. Ceux qui ont le projet de se rendre en Afrique du Sud pour assister aux matches de la Coupe du Monde vont peut-être déchanter, si les conseils aux voyageurs émis par la diplomatie française ne les ont pas mis en garde. Les forces de l’ordre ne sont pas non plus très tendres avec les fauteurs de troubles sur place.

L’Afrique du Sud attend de la Coupe du Monde la légitimation d’un pari sur l’avenir d’une nation débarrassée de ses préjugés racistes et la volonté de vivre ensemble pour des communautés différentes. Mais si l’apartheid a disparu dans les règles et si le pays demeure le plus riche d’un continent noir, les mœurs restent toujours aussi violentes qu’au temps du déplaisant « développement séparé ».

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
allah babar
allah babar
10 juin 2010 18 h 45 min

La société sud-africaine est toujours aussi dure, l’exclusion se pratique en ces temps nouveaux sur un critère social à défaut de la race

>>>> l’héritage européens
la race qui vie d’injustice et oeuvre en injustice!

rassurez vous ce sont ceux qui contrôle le monde ou du moins le veulent avec leur gouvernement mondial tyrannique qu’ils essayent de faire passer avec leur cartel onusiens et leur système économique primitif.