Le cas Dieudonné, ou le symptôme d’une France qui se fracture

Ou comment le Système est tombé dans le piège.


Qu’est-ce qui a fait le succès de Dieudonné, et qu’est-ce que ce succès traduit ? Pourquoi le gouvernement risque d’envenimer les choses, et quelles sont les solutions possibles ?

Dieudonné, reflet du malaise sociétal et politique

« Un mur s’est dressé entre les élites et les populations, entre une France officielle, avouable, qui se pique de ses nobles sentiments, et un pays des marges, renvoyé dans l’ignoble, qui puise dans le déni opposé à ses difficultés d’existence l’aliment de sa rancœur. »

Cette prémonition, que l’on doit à Marcel Gauchet, sera l’une des bases de la campagne de Jacques Chirac en 1995. La fracture sociale consumée ressurgit aujourd’hui en pleine face des gouvernants, vus par les électeurs populaires comme des « élites mondialisées », au service de ce que les nouveaux polémistes borderline appellent « La Banque », cette grande gagnante de la Révolution Française, responsable selon ces polémistes infréquentables de la dette nationale.
 

Dieudonné, témoin de la naissance d’un nouveau courant de pensée borderline

Beaucoup d’ingrédients sont venus alimenter cette fracture sociale, à commencer par le chômage, un urbanisme hasardeux, la soumission au salariat présentéiste, la perte du sens donné au travail, l’insécurité grandissante, les délocalisations, les ordres illogiques et répondant à des intérêts particuliers, le pouvoir par les professionnels de la politique (plus affairistes que véritables hommes politiques), le tout mixé avec l’explosion des échanges permis par Internet, son gigantesque crowdsourcing et ce que les médias ont appelé la « Génération Y », celle qui veut tout comprendre par la logique et qui n’a pas peur de poser les questions qui dérangent.
Une politique inadaptée basée sur le court terme et dépendante de la Banque plutôt que du bien-être des gens.

« Prenez l’exemple des transports. Plus vous passez de temps à rentrer chez vous le soir, plus vous consommez de l’énergie, des vêtements, des journaux, plus vous usez des voitures ou des trains qui devront être remplacés. Conséquence : le PIB augmente. Mais ce temps de transport n’est ni un travail ni un loisir, et il fait diminuer le bien-être individuel. Si l’on prenait en compte le coût effectif de ces « commutations » quotidiennes, on aurait certainement des politiques de transports publics mieux adaptées. »

Jean-Paul Fitoussi au sujet de la commission Stiglitz sur la mesure du bonheur

Tout ce méli-mélo fait que nous sommes arrivés peu à peu vers une frustration généralisée de toute une partie de la population, qui n’est plus écoutée et pire, qui est devenue méfiante à l’égard de ce que nous appellerons le système (représenté par l’Etat, la Justice, le Pouvoir législatif…), qu’ils considèrent comme partial, et à géométrie variable selon les causes à défendre.
Cette méfiance, nous la devons en partie au fossé qui sépare désormais les médias dits « mainstream », aux médias alternatifs.
 

Le fossé s’est creusé entre la presse traditionnelle et ses lecteurs

En effet, avec l’explosion de l’infotainment et du business de la news, les actualités sont devenues une course au buzz, au scoop, et s’opère aujourd’hui dans les newsrooms un vaste « remplissage » de cette infinie étendue qu’est Internet, sur la base des conseils prodigués par de jeunes consultants en acquisition d’audience (eux-même issus de la Génération Y, d’ailleurs). En proie à des objectifs d’audience et de productivité, les journalistes se voient obligés de faire du retoquage de l’AFP dans un temps imparti limité, et à envoyer le plus d’infos possibles, en comprenant de moins en moins le monde qui les entoure.
« – Je mets « attentat islamiste » ou pas dans le titre ?
– Je sais pas moi. Oui met ça si les autres journaux ont mis ça. »

Echange entre un journaliste et sa supérieure, au sujet d’un attentat survenu au Moyen-Orient

Par ailleurs, face à la crise de la publicité, au tout gratuit et au manque d’imagination des dirigeants qui n’ont toujours pas trouvé de business model valable pour leurs médias (mis à part Mediapart qui fait office d’exception), la presse n’a plus le temps d’investiguer ou de se poser les bonnes questions.
En témoigne le rouleau compresseur médiatique qu’on a pu lire ces derniers jours au sujet de l’oncle du dictateur nord-coréen qui aurait été mangé vivant par « 120 chiens ». Une info absolument pas vérifiée, émanant d’un journal obscure et que les mé(r)dias occidentaux n’ont pas manqué de relayer sans apporter la moindre interrogation. Heureusement, Slate (pas le plus lu des journaux) était là pour calmer les perroquets hébétés.
Subtil mélange entre propagande dictée par l’Ouest (dirigée également contre la Russie de Poutine, et la Syrie de Bachar el Assad) et incompétence notoire, les médias – à commencer par les journaux d’infos en continu, qui cristallisent cette course au scoop de part leur format live – sont désormais considérés par toute une frange de la population comme « mainstream » et non valables.
Résultat des courses, des chutes vertigineuses des ventes de journaux mainstream, et des sites contestataires parmi les plus visités en France (l’un des blogs incriminés par les associations anti-racistes est le 165è site français), ainsi que des vidéos signées Dieudonné flirtant avec les 3 millions de vues.
Ne pas avoir prévu cela quand on est un dirigeant politique républicain, c’est être complètement dépassé par les événements. C’est avoir ni flair, ni conseillers compétents.
 

Des élites complètement déconnectées du peuple

Le buzz actuel autour de Dieudonné & consorts montre à quel point les élites gouvernantes sont totalement déconnectées de ce qui se trame dans les couloirs populaires. N’importe quel jeune de 20 à 30 ans un tant soit peu connecté était au courant que des sujets tabous abordés par des polémistes infréquentables rencontraient un succès grandissant depuis plusieurs années sur les Internets. Pire encore, ces polémistes blacklistés par le showbusiness semblaient toucher des jeunes adultes tout à fait intégrés dans le système et éduqués par ce système (étudiants en médecine, en école de commerce, pompiers, militaires, etc) !
Il a fallu tout ce temps aux gouvernants pour se rendre compte d’une montée en puissance du rejet de la bien-pensance dans certaines couches de la population , avec tous les relents antisémites que cela peut entraîner.
 

L’avènement d’une thèse complotiste, niée par le Système

L’autre symptôme du cas Dieudonné, c’est l’acceptation presque naturelle dans les esprits d’une partie grandissante de la population que beaucoup d’évènements ayant eu lieu au cours des dernières années sont teintées de zones d’ombres. Dieudonné ne fait qu’appuyer là où ça fait mal, là où la soupape a besoin de s’ouvrir. Il n’a pas créé ces zones d’ombres, il a juste tourné l’éclairage vers celles-ci.
Et au lieu de contre-argumenter sur ces sujets-là, de balayer les doutes par des faits, le système préfère les ignorer par le dédain, parler de « complot », marginaliser ceux qui ont des doutes en les faisant passer pour des antisémites. En étant irrespectueux d’un adversaire, aussi peu influent soit-il, le système en fait un martyr, et lui offre donc la lumière que l’adversaire modeste attendait. En faisant cela, le système crée lui-même les antisémites qu’il a voulu avoir en face de lui.

Ainsi, comment expliquer à une génération désormais connectée et de nature à poser tout le temps mille et une questions qu’une guerre ayant tués plus de 100 000 civils irakiens et 4 000 militaires de la coalition était en fait basée sur un mensonge (les armes de destruction massive) ? Sans qu’aucun décideur n’ait été traduit devant un tribunal ? Pendant que d’autres dirigeants sont pendus ou lynchés au nom des sacro-saints droits de l’homme, pour les remplacer par des islamistes, eux-même utilisés comme épouvantails et bêtes noires de l’Occident à l’intérieur de nos frontières ?
Comment expliquer les mensonges répétés et désormais connus (mais que les médias continuent  de dissimuler, coupant ainsi la branche sur laquelle ils sont installés) au sujet de la Lybie et de la Syrie ? Les dirigeants ne se rendent-ils pas compte que c’est trop gros pour passer ?
Comment expliquer à ces mêmes personnes que les journalistes ne posent jamais les questions qui dérangent aux dirigeants ? Qu’un ministre français puisse décider au nom du peuple français que tel ou tel dirigeant ne mérite pas de vivre ?
http://www.youtube.com/watch?v=I-rT2UajjBg
En mentant en permanence, les gouvernants n’ont fait que donner du grain à moudre à ce qu’ils appellent les complotistes. En les bannissant de la table médiatique, ils en ont fait des victimes, ce qui a entraîné en partie leur succès.
 

Un parfum d’indignation et une envie de trouver un sens à sa vie

A force de mensonges, et dans une société qui n’offre plus de quoi « escalader la pyramide de Maslow », de jeunes adultes lambda (peu importe leurs origines sociales et ethniques) ont finit par traîner sur Internet, et adhérer à l’interdit créé par les médias et le système.

Quand j’grandissais, j’remplissais des trous avec du vide
J’peux pas devenir le plus intelligent ? J’serai l’plus stupide !
Passe-moi des explosifs, une masse ou un marteau
J’en ai marre d’escalader la pyramide de Maslow

Orelsan

Dans une mode d’indignation, où le capitalisme a de moins en moins de choses à offrir (l’argent manque pour certains, d’autres sont déjà rassasiés et cherchent de nouveaux frissons, de nouvelles luttes), Dieudonné et sa quenelle anti-système semble apporter une lueur d’adrénaline que le Système, probablement dépassé, ne permet plus de s’octroyer.
 

Les médias ont eux-mêmes créé un monstre

Au départ, c’est un sketch au pire médiocre qui a mis le feu aux poudres et qui a placé Dieudonné au ban de la société médiatique. En faisant cela, les médias ont eux-même créé le monstre qu’ils dénoncent aujourd’hui, quitte à se rendre coupables de tendre aux yeux de certaines personnes vers une société à la SOS Bonheur, où la chasse aux sorcières se fait de manière arbitraire au nom de la lutte contre le racisme.
http://www.youtube.com/watch?v=LFbtTt1iIOM
C’était sans compter l’explosion d’Internet, la fin du monopole télévisuel et l’avènement (pour ne pas dire la mode !) des médias alternatifs, des blogs individuels, de Twitter, de Facebook…
 

Les Français détestent les interdictions, et aiment les humoristes borderline, subversifs et populistes

En plus des règles indénombrables et incessantes qui pèsent sur le moral des Français (radars, PV qui augmentent, impôts, code du travail illisible, administrations lentes et incompétentes, etc), voilà que le gouvernement actuel s’attaque à un humoriste politique en usant de tous les moyens symptomatiques du système. A savoir : le dénigrement médiatique (en lieu et place de l’argumentation), le harcèlement juridique, et le harcèlement fiscal. Autant d’outils dont les Français ont déjà en horreur dans leur quotidien.
http://www.youtube.com/watch?v=_ZBo3_mNwrQ
En voyant ce « Coluche infréquentable » devenir l’ennemi public n°1 pour des propos certes condamnables, mais qu’ils considèrent rattachés à des événements passés qu’ils n’ont pas à assumer (j’y viens juste après), beaucoup de personnes s’identifient à Dieudonné comme étant lui aussi la victime d’un système qui a perdu le sens des objectifs et des priorités.
 

Un humour scandaleux, mais générationnel

L’humour de Dieudonné scandalise et ne fait pas du tout rire les élites. En revanche, il bénéficie d’une cote de popularité très forte chez les 20-30 ans. Pour quelles raisons ?
S’il fallait expliquer son succès (au-delà de son unique talent, reconnu même par certains détracteurs) je dirais qu’il le doit à ce que j’appelle le « poids générationnel ». Il s’agit du poids dont j’ai parlé précédemment (chômage, perte de l’intérêt du salariat, urbanisme à la dérive, familles monoparentales, individualisme, multiculturalisme, déracinement, perte d’identité), doublé d’un poids de l’histoire : celui de la seconde guerre mondiale.

J’voulais savoir pourquoi l’Afrique vit malement
Du CP à la seconde ils m’parlent d’la Joconde et des Allemands

Booba

Le malaise ressenti chez beaucoup de jeunes, et pas seulement ceux issus des banlieues, vis-à-vis de la culpabilité que l’Histoire leur fait porter alors qu’ils estiment n’avoir rien à voir avec les exactions nazies, est l’un des facteurs clés de succès des polémistes borderline et des sketches de Dieudonné.
Par ailleurs, et toujours en lien avec cette génération qui veut comprendre, dans un monde où tout est compliqué et où les problèmes n’ont jamais autant manqué qu’aujourd’hui, ressasser le passé tout en occultant presque la souffrance d’aujourd’hui, en France mais aussi chez certains peuples dramatiquement liés à l’histoire juive est ressenti comme un double coup de poignard par des jeunes de banlieues qui se cherchent une identité.

Alors pour m’ sentir appartenir
A un peuple à une patrie
J’ porte autour d’ mon cou, sur mon cuir
Le keffieh noir et blanc et gris
J’ me suis inventé des frangins
Des amis qui crèvent aussi

Renaud

 

Une offre politique complètement désuète

Enfin, cerise sur le gâteau, le succès de ce genre de théories et l’envie de « rire de tout, même du pire » est exacerbée par une offre politique qui ne satisfait plus du tout le commun des mortels. Et pour cause, dans une société libérale où tout est Economie, la gauche n’a comme rôle d’opposition (de façade) qu’une simple lutte contre le racisme et l’antisémitisme, et la défense d’un système qui prétend vouloir redistribuer les richesses. En réalité, le serpent se mord la queue puisque pour redistribuer les richesses, la gauche est obligée de passer par l’augmentation des taxes, lesquelles pompent directement la classe qui souffre le plus en France : la classe moyenne.
Par ailleurs, en séparant l’entrepreneur de la classe ouvrière, et en en faisant des adversaires (alors qu’ils sont en fait dans la même galère, tous deux créateurs de richesses), le système contribue à offrir une offre politique dépassée (Droite / Gauche) qui fait le lit de la droite libérale dite « mondialisée » (celle-là même qui crée de l’argent sur l’argent, au détriment de la droite entrepreneuriale et de la gauche ouvrière qui tous deux vivent de l’économie réelle), et tout cela au grand dam du citoyen, perdu dans un parti unique (identifié aujourd’hui comme étant l’UMPS).
Un équilibre fermé, source de frustration pour les gens, qui s’en remettent tantôt à l’extrême-gauche, tantôt à l’extrême-droite, tantôt aux anarchistes de la mal-pensance (Dieudonné, etc…).
 

Des jeunes de banlieues qui cogitent

Lavage de cerveau dangereux ou réflexion existentielle, il n’empêche que les jeunes banlieusards, jusqu’alors bons – aux yeux des gens – qu’à servir l’industrie du disque en étant au mieux des consommateurs de culture urbaine, au pire des délinquants, ont trouvé en Dieudonné une sorte de représentant de leurs maux. Ils ne sont donc plus dans l’encensement des dollars et du sexe facile (auquel ils n’ont pas accès, sauf à dealer), mais dans une recherche identitaire qui, selon les dieudonnistes, se fait au nom de la France, ce qui reste selon eux préférable au refuge dans d’autres types d’extrémismes (délinquance, islamisme, etc).
Nous arrivons donc à une situation quasi-absurde ou des électeurs à tendance extrême-droite se retrouvent quasiment charmés par des jeunes dont ils détestaient la représentation faite dans les médias justement mainstream (idiots, casseurs, analphabètes). Ces jeunes qui se retrouvent certes dans une revanche inutile d’occupation de la mémoire (« pourquoi a-t-on le droit de se moquer de l’esclavagisme et pas du reste »), mais qui néanmoins ont appris à structurer leurs propos et à s’exprimer face aux médias :

En lisant les commentaires des gens sous les articles et les vidéos (notamment celle ci-dessus), et pas que les articles faits par des journalistes fouettés par les contremaîtres de l’emploi, des subventions et de l’audience et qui ne veulent pas rendre compte de l’état délétère des relations inter-communautaires en France, on s’aperçoit de l’admiration nouvelle pour ces jeunes de la part d’éléments qui étaient naguère anti-maghrébins. Du jamais vu jusqu’alors.
Pendant ce temps, les médias mainstream, BFM TV en pôle position, ne diffusent évidemment pas le reportage ci-dessus (qu’ils ont pourtant filmés) et qui aurait pu rendre compte de la position (bonne ou mauvaise) des jeunes qui soutiennent Dieudonné, ni-même celui ci-dessous, pourtant assez choquant dans la France du 21è siècle, qu’on croyait apaisée, et qui témoigne du climat délétère que nous commençons à vivre :

Il aura fallu un mort (Clément Méric) pour qu’enfin le retour à la mode des bastons politiques cesse d’être occulté par les médias.
 

Dieudonné, ou le produit du multiculturalisme

Là où les associations anti-racistes commencent à perdre en crédibilité aux yeux des gens (dieudonnistes ou pas !), c’est justement parce que ces mêmes gens considèrent que Dieudonné ne peut pas être néo-nazi (malgré ses prises de position), mais qu’au contraire, il serait finalement un pur produit du multiculturalisme à la française.
Pis encore, si vous connaissez des gens qui sont allés à ses spectacles, ils vous diront tous la même chose : qu’ils ont croisé comme spectateurs ce qu’il y a de plus représentatif de la société française (jeunes lambdas, jeunes issus de l’immigration, bourgeois, classes populaires, vieux, jeunes, femmes, hommes, etc).
 

Le gouvernement a-t-il eu raison de s’attaquer à Dieudonné ?

Petit à petit, nous sombrons dans un délitement de la société française, et l’une des manières de résoudre le problème serait peut-être de revoir, simplifier et désengorger le système pour qu’il puisse mieux embrasser les attentes des citoyens, plutôt que de faire d’une chasse à l’homme (perdue d’avance car elle ne résoudra pas la cause du problème) une affaire d’Etat. En priorisant l’interdiction et en s’attaquant à la conséquence plutôt qu’aux causes, et en « s’abaissant » en quelque sorte à des clash qui étaient autrefois réservées à des e-intervenants et autres podcasteurs considérés par la masse comme des « penseurs marginaux du web » ou de simples « amuseurs publics » (Morsay VS vinceneil, Soral VS le reste du monde), Manuel Valls a totalement galvaudé sa fonction de ministre de l’Intérieur, a montré les limites du système, et à donné envie à tout un tas de gens très fréquentables de rigoler en regardant les vidéos de Dieudonné sur Youtube.
Le gouvernement était un flic international (en Afrique et au Moyen-Orient), il est désormais devenu un flic intérieur de la pensée, aussi nauséabonde soit-elle, au détriment de la liberté d’expression et du rire potache et interdit (qui amuse pourtant aussi bien dans le bistrot du coin que chez le rentier de l’étage d’au-dessus !).

Conclusion : en faisant de la lutte contre Dieudonné sa priorité actuelle, le gouvernement perd toute crédibilité car au lieu de se remettre en question, il s’attaque à la conséquence de ce que le pouvoir a lui-même créé. Cette conséquence étant le dégoût de beaucoup de citoyens pour la politique, vue comme un monde de professionnels, d’affairistes, d’arrivistes et de peureux soumis à des lobbys.
Manuel Valls valide par son action les thèses selon lesquelles il agit pour des intérêts qui ne sont pas ceux de la nation (thèses si chères aux complotistes). Bref, il est tombé dans le piège que Dieudonné a tendu, a fait de ce dernier une victime du système, et a renforcé l’antipathie dégagée par les élites qui se bousculent fayotement au portillon afin de trouver n’importe quelle faille, n’importe quel prétexte pour le faire taire, quitte à improviser, ce qui prouve le caractère pas seulement déterminé mais au moins acharné et presque incontrôlé de cette chasse à l’homme. En ce sens, l’establishment a perdu énormément de crédit aux yeux des gens en montrant qu’il avait peur de Dieudonné, au point de brandir un supposé trouble à l’ordre public qu’il est lui-même susceptible de provoquer.

En essayant de tuer Dieudonné sur le plan social, les élites croient naïvement que cela va résoudre le problème, alors qu’au contraire, cela ne fait que renforcer le capital sympathie du petit peuple à l’égard de l’humoriste, et creuser d’autant plus le fossé qui sépare certains Français de l’élite. Cette croisade satisfait ainsi temporairement les anti-Dieudonné, et radicalise les fans de l’humoristes. Et la masse silencieuse, prise en étau entre ces deux minorités, ressent quant à elle soit une terrible gêne (liée à acharnement perçu comme injuste dont fait preuve le gouvernement qui est censé la représenter), soit un dédain profond (conséquence d’une action démesurée contre un humoriste, action qu’elle ne juge pas prioritaire sur le plan national).
Supposons que les spectacles de Dieudonné soient interdits, quelle sera la prochaine étape ? L’interdiction de ses vidéos sur Internet ? La censure ? Au risque de créer une cocotte-minute ? A l’argument selon lequel « il y a des choses plus importantes en France que le combat contre Dieudonné, simple humoriste », je répondrais tout simplement qu’au contraire, la mise au ban de Dieudonné peut constituer le symbole, la représentation, le prétexte, l’expression et le départ de troubles plus importants, qui rappelons-le, naissent à l’occasion d’événements souvent périphériques mais symptomatiques d’un ras-le-bol général du Système.
 

Une chasse aux sorcières dangereuse et improductive

En croyant œuvrer du « bon côté », le Système entre dangereusement dans une chasse illumino-bureaucratique absurde, où il s’agit de repérer qui a fait la quenelle, de le traduire en justice illico presto sur des motifs parfois aberrants, et de lui faire perdre son emploi. Le procédé est exactement le même que celui appliqué contre Dieudonné : une marginalisation sociale qui aura pour effet exactement l’inverse de ce que souhaitait le Système, c’est-à-dire une radicalisation de la pensée.
sos-bonheur
Ainsi, on a pu lire dans la presse, de façon tout à fait normale, que deux lycéens de 17 ans avaient été mis en garde à vue pour « apologie de crime contre l’humanité » (sic !), que des jeunes faisant une vidéo de quenelle allaient également faire l’objet d’une enquête et l’un deux d’une annulation de son contrat-avenir, qu’ici c’est un basketteur qui fait l’objet d’une procédure disciplinaire, et là un éducateur qu’on a forcé à démissionner. Sans parler de cette « boutique Diesel qui fait polémique », rien que ça…
C’est donc à celui qui donnera le plus de gages de son anti-dieudonnisme, quitte à sombrer dans une dérive aveugle et inutile.
 

Et après, quelles conséquences ?

Nul ne sait ce que ce bras de fer va entraîner, peut-être qu’il ne se passera rien. Mais peut-être que, la conjoncture économique aidant, jouer aux apprentis sorciers ménera à des tensions inter-communautaires dont la France se serait bien passée, ce qu’elle aurait pu faire en essayant simplement d’être plus fair avec les critiques qui vont à l’encontre des « versions officielles », en arrêtant de créer des tabous, en arrêtant de parler de « complot » comme d’un gros mot, et en arrêtant de crier au loup à chaque fois que quelqu’un sort un peu des sentiers battus (ce qui a pour effet direct de créer des débats parallèles sur Internet, tant redoutés par le pouvoir, mais je radote).
Si les médias et l’élite étaient moins fermés sur ces sujets-là, et s’ils arrêtaient de ridiculiser et de marginaliser certains questionnements, le besoin de transgression dieudonniste n’aurait jamais existé, les doutes seraient dissipés, et notre énergie irait à des choses plus constructives.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
154 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
45scientific
45scientific
7 janvier 2014 3 h 23 min

Merci pour l’article

Nonyme
Nonyme
7 janvier 2014 3 h 28 min

EVO est devenu le repére des articles sur Dieudo 😀

Beaukaka
Beaukaka
7 janvier 2014 3 h 51 min

Point de vu intéressant… OK, l’ascenseur social est enrayé. OK c’est la crise, les temps sont durs, le moral n’est pas au beau fixe et le chômage monte. La tendance est malheureusement au repli communautaire = c’est la faute de l’autre. Mais c’est très hypocrite de dire que le gouvernement s’y prend mal. Dieudonné tient clairement des propos antisémites (c’est 90% de ses spectacles et de son business) et il entretient l’ambiguïté avec les journalistes. Depuis quelques mois, le ton est monté d’un cran (photos, propos, procès…). Face à cette montée d’antijuiverie, comment réagir ? Le public de Dieudonné n’est… Lire la suite »

DRAGO
DRAGO
7 janvier 2014 5 h 41 min

bon article a part que t’a occulter tout le coté business de dieudonné qui est primordial pour cerner le personnage , on est tres loin du mandela qui decide de rester en prison pour ses convictions la , c’est un business qui rapporte enormement d’argent avec des mugs des objets dérivés un site payant une marque déposée etc… et meme des boissons avec ou sans alcool quenelle sont prévues apparement et quand tu prend en compte tout ça tu comprend mieux pourquoi il attire les mecs de banlieues , le coté rebelle qui gagne beaucoup d’argent ça plait enormement sans… Lire la suite »

AmourAnarchie
AmourAnarchie
7 janvier 2014 9 h 04 min

Au fur et a mesure de ses spectacles, Dieudonné laisse de plus en plus de place a ses obsessions sur les juifs, ses représentations sont de plus en plus médiocres en terme d’écriture (« Le divorce de Patrick » était un modèle d’écriture et d’interprétation mais date d’une dizaine d’année). Petit a petit les spectacles comiques de Dieudo se sont transformés en tribune antisionnistes ou antisémite (nous y reviendront), c’est un fait. On compare souvent Dieudo avec Desproges ou même Coluche, c’est vrai que ces derniers n’hésitaient pas a taclé la communauté juive mais, cela n’a jamais été systématique comme Dieudo le… Lire la suite »

yo
yo
7 janvier 2014 9 h 38 min
yo
yo
7 janvier 2014 9 h 48 min

http://www.youtube.com/watch?v=xRrOBE3OerI
trop de video sur cet homme corrompu !

Nissa
Nissa
7 janvier 2014 12 h 08 min

C’est surtout la liberté d’expression qui se fracture.

toby
toby
7 janvier 2014 12 h 20 min

LAMENTABLE.
La France s’enflamme pour des cas comme Dieudoné, Léonarda etc..
Cela démontre bien la faiblesse de ce gouvernement d’incapable.
Ils se font ridiculiser par des minables. Cela veux tout dire donc.

Glop
Glop
7 janvier 2014 17 h 53 min

Rien à branler de ce mec, de ses opinions et de sa quenelle bordel !
Comme j’en ai plein le cul de cette flopée d’articles, avec leurs trolls et leurs débats qui se transforment tous en concours de la plus grosse quequette…
Servez-nous autre chose, sérieux, parce-que là j’en viens presque à préférer les articles sur Nabilla.

DRAGO
DRAGO
7 janvier 2014 18 h 17 min

 » Les enquêteurs d’Orléans ont trouvé ce que faisait Dieudonné de son argent : il l’envoie au Cameroun. Le comédien, qui doit par ailleurs 887 135 euros au Trésor public, a expédié plus de 400 000 euros au Cameroun depuis 2009, dont 230 000 pour la seule année 2013.  »
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/07/blanchiment-dieudonne-a-envoye-plus-de-400-000-euros-au-cameroun-depuis-2009_4344202_3224.html

Jodi
Jodi
7 janvier 2014 20 h 00 min

Le bon Astier avait déja soutenu l’humoriste!:
http://www.youtube.com/watch?v=tmqA8mNpCdQ
Je pense qu’il a tout dit!

Barabas?
Barabas?
7 janvier 2014 20 h 10 min

Une perle !
Les guignols de 2004 !
On voit bien l’évolution des guignols… ya pas à chier « c’était mieux avant », et on voit que dieudo mène « la lutte » depuis déja 10 ans, que ça fait également 10 ans que ses persécutions ont débuté, et que c’est toujours la même rengaine du côté des détracteurs ! ! !
Une perle !
http://www.youtube.com/watch?v=Ws3ELiLVZIk

Jodi
Jodi
7 janvier 2014 22 h 32 min
Barabas?
Barabas?
8 janvier 2014 0 h 40 min

17 ans, une salle de classe, un ananas, des quenelles, des photos, des sourires, dénonciation lâche par un « camarade » comme en 40, plusieurs heures de GARDE A VUE , le parquet d’Evry a retenu l’infraction d ‘«APOLOGIE DE CRIME CONTRE L’HUMANITÉ» et ouvert une enquête…EXCLUSIONS possibles………..du lycée 😀 !
Ils devront désormais arborer une quenelle sur leur vêtements, de sorte à reconnaître cette vermine antisémite qui n’a pas de couleur, ni de signes distinctifs !
Tout ça sur un air de Wagner, la France, 2014.
http://www.leparisien.fr/essonne-91/quenelle-deux-lyceens-en-garde-a-vue-pour-apologie-de-crime-contre-l-humanite-07-01-2014-3470857.php

AmourAnarchie
AmourAnarchie
8 janvier 2014 4 h 06 min

La vidéo d’une heure de Faurisson est claire. Il n’ y a pas d’ambiguité. Faurisson remet en cause la Shoah. Ces arguments sont surréalistes, je cite : « Si Hitler avait voulu exterminé tous les juifs d’Europe, il n’en resterai plus […], aucun bébé ne serait nés dans les camps […], il n’y aurait pas de survivant ». Je cite de mémoire j’ai pas envie de me retaper 1h de vidéo. Plus loin dans la vidéo il nous montre des photos présentés comme étant des scenes de gazage, et il nous explique qu’en fait la fumée est lié a des feu de… Lire la suite »

Marco
Marco
8 janvier 2014 7 h 09 min

@ l’auteur, MK Straits, la prochaine fois, fais-moi gagner du temps. Évite de faire semblant de traiter un sujet polémique. Laisse-ça à ceux qui savent écrire et qui ont réellement des choses à dire.
Merci

AmourAnarchie
AmourAnarchie
8 janvier 2014 14 h 50 min

@Kem Bon … Déja tu peux rester courtois si ce n’est pas trop de te demander. Je te cite: « Quant à ce que tu trouve délirant, ce n’est pas le cas de la plupart des personnes qui ont visionné ce document ». Forcément ! Ces vidéos négationnistes (car c’est ce dont il s’agit) sont dédié a une niche, déja friande de ce genre de thèse. Donc oui les personnes qui regardent les vidéos de Faurisson, qui lisent ses livres sont le plus souvent déja des clients. « vous êtes tous des lâches dominés par votre sur-moi tel les derniers esclaves de la… Lire la suite »

k3b4b
k3b4b
8 janvier 2014 16 h 41 min

@Kem: C’est limite du fanatisme religieux là. Un peu comme quand l’adepte d’une secte refuse d’écouter quelqu’un d’extérieur parce qu’il fait partie des « infidèles », des « brebis égarées »… C’est du pareil au même. Tu commences par nous balancer tes insultes et tes liens (le retour du professeur cocoste, j’ai quand même mater la vidéo sur le massacre d’Oradour, c’est toujours à mourir de rire). Quand quelqu’un a l’audace de te contredire il est systématiquement insulté et taxé d’abrutis, mais quand finalement on démonte certaines de tes « preuves » on n’est plus qualifié pour intervenir sur le sujet. Bah oui, faudrait surtout pas… Lire la suite »

AmourAnarchie
AmourAnarchie
8 janvier 2014 20 h 14 min

Bon je vais repeter ce que j’ai mis plus haut mais c’est la derniere fois. Si Kem n’est pas foutu de faire autre chose que de nous chier ces liens a 2 balles ou de nous insulter je ne debattrai plus jamais avec lui. Quand bien même, même si les déportés n’ont pas été gazés, ca change quoi ? Même si les chambres a gaz sont un mythe, cela ne remet pas en cause le génocide. La Shoah n’est pas exclusivement lié aux camps de la mort. les tristement célébres Einsatzgruppens, ainsi que les différents massacres (Oradour par exemple) en… Lire la suite »

k3b4b
k3b4b
8 janvier 2014 20 h 26 min

@Jerem & @Kem:
On en arrive à une situation inespérée pour moi: être contredit par les pro »dieudo/soral/faurisson » et taxé d’adepte de la pensée unique et de suceur de [modéré], et être contredit par les pro « israël » et taxé d’antisémite (ou presque).
Une situation d’autant plus intéressante qu’elle permet enfin de mettre à jour le manichéisme omniprésent sur la question… 😉

Mangedoigt
Mangedoigt
8 janvier 2014 23 h 05 min

Waow vous êtes super chaud ici .. Chauuuuud…. Chocolat ~(^.^-)~

sophie
sophie
9 janvier 2014 0 h 29 min

1 des meilleures analyses que j’aie lu. Merci. Que la sagesse et la raison se fassent un chemin jusqu’aux oreilles de ceux qui s’entêtent dans le déni et l’orgueil

AmourAnarchie
AmourAnarchie
9 janvier 2014 9 h 50 min

Je vais citer une derniére fois Kem, car son erreur est tellement énorme qu’elle le discrédite complétement : « Bien sûr que si, d’ailleurs pour un peuple génocide je les trouve encore bien nombreux. Peut-on en dire autant des indiens d’amérique? De qui vous vous moquez? Seul des débiles mentaux peuvent avaler vos histoires après les avoir confronté à la réalité de l’histoire. » Alors la tu t’est cramé, c’est n’importe quoi. Pour un si brillant universitaire (c’est ce que tu veux nous faire croire en tout cas), tu dis bien de la merde. Il reste, selon les historiens, les démographes, et… Lire la suite »

AmourAnarchie
AmourAnarchie
9 janvier 2014 10 h 21 min

Dernier point: @barabas je te cite : « Encore mieux, à quoi bon créer une loi qui interdit de débattre sereinement de cette question? Quel intérêt? » Il n’ y a pas de loi qui interdise de parler de ces questions. le négationnisme est trés étudiés et les étudiants en histoire y sont trés souvent sensible. Il y a des emissions de télé, des articles de revue qui traite du négationnisme. Ce qui est interdit c’est de soutenir que l’holocaust juif n’a pas existé. Et d’ailleurs, uniquement en Allemagne, Autriche, Belgique, France, Israel, Lituanie, Pologne , Republique Tchéque, Roumanie, Slovaquie, Suisse. Pourquoi… Lire la suite »

AmourAnarchie
AmourAnarchie
9 janvier 2014 10 h 31 min

Le gars, il suffit de le faire parler pour qu’il se ridiculise 😉 Quel violence ! je n’ai jamais été grossier moi, alors que je pense que nous nous portons la même estime . Serieux si ce type était dans un groupuscule comme anciennement le GUD et tous ces tarés, ca ne m’étonnerait pas. Il doit être beau avec sa cagoule et ses petits copains dans un champs a apprendre a taper avec une barre de fer. Il n’ y a pas de modération pour les insultes, et les propos haineux, ou raciste sur ce site ? En plus d’être… Lire la suite »

AmourAnarchie
AmourAnarchie
9 janvier 2014 10 h 49 min

Je ne demande pas d’aide je pose une question.
Il me semble que j’ai été plus que patient, explicatif, je t’ai écouté, compris et répondu, c’est ce qu’on appelle le dialogue, le débat. Tu insultes et menaces, c’est ce qu’on appelle de la violence. Je ne peux rien faire de plus.
Je ne répondrai plus (et cette fois je m’y tiens).