Le diktat de la beauté

Qu’est-ce qui a changé ?
La société, les images, notre manière de voir les choses ?

 


Susie Orbach travaille depuis plus de 30 ans sur des phénomènes comme la haine de soi, les troubles du comportement alimentaire, l’anorexie. Cette psychanalyste observe une augmentation constante de ces problèmes chez ses patients.

Les industries de la cosmétique, de la pharmacie et de la diététique jouent un rôle non négligeable : moins nous nous plaisons tels que nous sommes, plus elles s’enrichissent. Même les personnes ayant un poids normal se trouvent trop grosses. Les causes psychologiques de cette auto-perception faussée sont subtiles. De nos jours, nos enfants, confrontés dès leur plus jeune âge à des images, aux médias et à de faux idéaux, sont habitués à ne pas se trouver « normaux ».

Un top model, des journalistes mais aussi des femmes toutes simples se mettent à nu au propre (pour deux d’entre elles) et au figuré devant la caméra. Portraits et témoignages de femmes qui, aux États-Unis, en France, en Allemagne et en Angleterre, s’interrogent sur leur corps. Et sur les moyens à mettre en œuvre pour mieux l’accepter.

« Brigitte » – une revue « sans mannequins »
La revue féminine allemande « Brigitte » a lancé en 2009 l’Initiative « Ohne Models » (« sans mannequins ») qui remplace les mannequins par les lectrices du magazine.

Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Birgit Herdlitschke, Caméra: Nikolai v. Graevenitz

 

 

Dans son dernier livre, « Bodies », la psychanalyste Susie Orbach écrit :

« 2 000 à 5 000 fois par semaine, nous sommes bombardés d’images
retouchées sur ordinateur. Ces clichés véhiculent la représentation
d’un corps qui n’existe pas dans la réalité.»

Interview de Susie Orbach

Irene Höfer : dans votre livre « Bodies », vous prétendez qu’il est tout à fait normal, de nos jours, de ne pas aimer son corps.
Susie Orbach : La tendance actuelle est dangereuse et doit être prise très au sérieux. Aujourd’hui, les femmes et les enfants trouvent normal de ne pas aimer leur corps… Les jeunes filles pensent environ une fois tous les quarts d’heure à leur corps, qui est devenu, d’une certaine manière, un objet à épanouir et à modeler… nous sommes en train de créer des corps qui n’ont plus d’histoire, si ce n’est celle des attentes des autres à notre égard.

L’idéal beauté des hommes
De plus en plus d’hommes et également de garçons sont insatisfaits de leur silhouette et de leur apparence.

Réalisation: Birgit Herdlitschke et Ulrike Böhnisch, Caméra: Nikolai v. Graevenitz et Hans Schauerte, Auteurs: Claudia Prommegger et Ulrike Böhnisch, Production: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer, Musique: Markus Rieger – MexxTone, Postproduction: Claudia Prommegger – kommunikations-design.com

Qu’est-ce qui a changé ? La société, les images, notre manière de voir les choses ?
Beaucoup de choses ont changé. Depuis que je travaille comme psychothérapeute, la culture visuelle a connu une explosion fulgurante… Dans une société moderne, les images sont devenues des points de référence par rapport auxquelles nous nous positionnons. En outre, de nombreux secteurs de l’industrie, qui sont en pleine expansion, poussent les gens à se sentir mal dans leur peau et leur font croire qu’ils sont malades. … Nous allons vers une nouvelle conception de l’esthétique qui s’avère extrêmement profitable pour tous ces secteurs économiques.

Pourquoi y a-t-il une telle profusion d’articles, de livres et de produits sur les régimes ?
Parce que nous pensons que la perte de poids est un thème relevant de l’industrie de la santé, et parce que nous considérons la santé comme quelque chose de « propre » et de « juste ».Nous n’imaginons pas que les messages sur la santé puissent être pervertis par une idéologie. Nous avons tort…

Comment expliquez-vous que les régimes aient autant de succès ?
Je pense que les régimes ont autant de succès parce que tout ce qui est lié au corps et à la prise de nourriture fait peur… un régime semble être la clé du problème, et apporte une lueur d’espoir. Ce qui nous fait oublier que les régimes empêchent les gens de se nourrir correctement. Si vous voulez vraiment progresser sur ces questions de santé, il faut véhiculer un message complètement différent : il faut apprendre à identifier la faim, à apprécier la nourriture, à retrouver le sentiment de satiété, il faut changer la manière de se nourrir.

Peut-on dire qu’une mafia s’est créée autour de ce business ? Si vous regardez les sommes que rapportent les régimes et si vous prenez toutes les études, qui indiquent que seuls 3 % de tous les régimes sont efficaces, vous êtes en droit de vous demander si cette industrie aide vraiment les gens. Elle s’enrichit sur le malheur et l’échec des autres. Si les régimes étaient efficaces, ils ne seraient pas aussi lucratifs. La loi devrait les interdire ou les obliger à afficher des avertissements encore plus grands que sur les paquets de cigarette. Vous appellerez cela comme vous voulez, au bout du compte, il s’agit vraiment une mafia.

Qu’est-ce qui vous met en colère ?
J’ai du mal à vous répondre parce que tout ce qui est lié à cette thématique me rend folle de rage. Je suis furieuse que l’on fasse du profit avec le malheur des gens, furieuse de la violence que les personnes infligent à leur corps tout en souhaitant se faire du bien. Furieuse parce que nous privons nos enfants de leur enfance, parce qu’ils ne sont pas libres dans leur corps, parce qu’ils grandissent en ayant peur de leur corps et qu’ils ne prennent pas plaisir à manger. Je suis également furieuse qu’autant de femmes soient insatisfaites de leur corps et souhaitent le modifier…

Perdre du poids
Les régimes sont un véritable phénomène de société. Une personne sur deux en a déjà suivi un, et chaque individu s’est plus ou moins fait son opinion sur la nécessité ou pas de perdre du poids. Très peu de gens (aussi bien les femmes que les hommes, et de plus en plus souvent, les enfants) sont satisfaits de leur silhouette et de leur apparence.

Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Irene Höfer, Caméra: Axel Lüttich et Hans Schauerte



Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Irene Höfer; Caméra; Axel Lüttich


L’idéal de beauté
Rares sont ceux (aussi bien les femmes que les hommes, et de plus en plus souvent, les enfants) qui sont satisfaits de leur silhouette et de leur apparence. Les causes psychologiques de cette auto-perception faussée sont subtiles. De nos jours, nos enfants, confrontés dès leur plus jeune âge à des images, aux médias et à de faux idéaux, sont habitués à ne pas se trouver « normaux ».

Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Ulrike Böhnisch, Caméra: Wolfgang Busch

Interview de Stéphanie Zwicky
Interview de Stéphanie Zwicky, auteur du blog de « Big beauty »

Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Birgit Herdlitschke; Caméra: Nikolai v. Graevenit

 

« Un peu partout dans le monde,
le corps est devenu source de souffrance et de désordre ».


Producteur: ARTE/ Medea Film – Irene Höfer
Producteur: Réalisation: Irene Höfer, Caméra: Axel Lüttich

Source: Arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/…3640192/3435390.html

BONUS: « Ces Françaises qui ne grossissent pas : Comment font-elles ? »

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
15 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Kaka
Kaka
2 juin 2011 21 h 56 min

wow c'est super complet ton article, merci MrKrylau je vais me faire un plaisir de lire ca a ma copine qui se trouve des défauts physique sans arret.

MrKrylau
2 juin 2011 22 h 20 min
princessedusoleil
princessedusoleil
2 juin 2011 23 h 00 min

tjr aussi développé et complet tes articles…. 🙂

moutemoute
moutemoute
3 juin 2011 0 h 24 min

ben c'est simple ya 5000 ans ct un effort d'avoir des kilos en trop (chasse, pêche, cueillette intensive) et maintenant c'est un effort d'avoir des kilo en moins (footing, vélo, muscu intensive) :p

zeubi
zeubi
3 juin 2011 0 h 39 min

on nous fait fantasmer sur des femmes ou des hommes qui n'existent pas, ou seulement dans des magasines, où les images sont retouchées etc.

ce qui fait de nous des éternels frustrés, donc éternellement plus ou moin insatisfait de ce qu'on à
======> pousser à toujours vouloir AVOIR plus

c'est valable pour tout les biens matérielle, voiture, maison, la Personne est devenue un bien de consommation.

"Pourquoi ne pas nous apprendre dès le départ, que le verbe "être" ne peut se conjuguer sans "avoir"?"
Keny Arkana

Anonyme
Anonyme
3 juin 2011 1 h 05 min

Le fautif c'est notre créateur. Quand tu vois une beauté, c'est normal que tu la trouve belle donc t'es forcément attirer ! idem pour une mocheté, c'est naturel de la trouver laide donc t'es pas attirer. Après si c est sûr que si tu veux te vider les couilles, la beauté importe peu…

sweetcorpse
sweetcorpse
3 juin 2011 3 h 11 min

Je décerne la palme du Philosophe à Anonyme de 1:05……………..du grand grand art!!!

Sam
Sam
3 juin 2011 7 h 30 min

Bernard henri Lévy sort
Du corp de anonyme 1h05

MrKrylau
3 juin 2011 7 h 31 min

[Moderation?]
Les articles passés sur le nucléaire dans leur intégralités… celui-ci (sur le corps) se retrouver amputé des questions:
>Peut-on dire qu’une mafia s’est créée autour de ce business ? … Elle s’enrichit sur le malheur et l’échec des autres …
>Qu’est-ce qui vous met en colère ? … furieuse que l’on fasse du profit avec le malheur des gens, furieuse de la violence que les personnes infligent à leur corps tout en souhaitant se faire du bien …
[/Moderation?]
Article dans son intégralité:
> blog.mrkrylau.info/2011/06/le-diktat-de-la-beaute.html
… ?

MrKrylau
3 juin 2011 11 h 33 min

[Moderation+1]
Amputation replacé en rafistolage au dessus, THX !
[/Moderation+1]

Don Pablo
Don Pablo
3 juin 2011 13 h 25 min

Franchement, les personnes qui se plaignent d'être trop gros ont tout simplement une mauvaise hygiène de vie, il y a deux solutions à appliquer : le sport intensif (triathlon, musculation, cardio) et la nutrition : manger juste ce qu'il faut, y a pas de secret pour un corp parfait, c'est du travail !!!

Anonyme
Anonyme
3 juin 2011 18 h 32 min

A trop vouloir critiquer cet idéal de beauté commercial , on tombe dans l'autre extrème , les filles NATURELLEMENT maigres / minces se font critiquer par la société d'étre des anorexiques , des réflexions genre " la nourriture ça existe " , " ça t'arrive de manger ? " , " arréte de faire des régimes " ou méme " l'anorexie c'est une maladie et ça se soigne" sont de plus en plus fréquentes Combien de fois j'ai eu ce genre de réfléxions , sauf que moi je mange normalement et je mange de tout , j'arréte quand je suis… Lire la suite »

Don Pablo
Don Pablo
3 juin 2011 20 h 57 min

Ce type de morphologie "mince/maigre" s'appelle "ectomorphe". Ce morphotype est prédisposé à la maigreur, avec un métabolisme très rapide et beaucoup de peine à prendre du poids et de la masse musculaire.
Par contre les ectomorphes peuvent se permettres de s'alimenter pratiquement avec tous les aliments car la prise de poids par leurs métabolismes est particulièrement difficile.

Chacun à sa morphologie. Si l'on souhaite ressembler à "l'idéal" il faut TRAVAILLER, "C'est en forgeant qu'on devient forgeron" et arrêter la jalousie !

aa
aa
3 juin 2011 22 h 16 min

y'avait "l'éloge de la laideur" dans le même style sur ARTE

lilou
lilou
4 juin 2011 18 h 12 min

faut pas déconner non plus moi quand je vois un magazine je veux pas voir des thons dedans ou des gens "normaux", jveux du rêve bordel