Le poète Mahmoud Darwich est mort

Le poète palestinien Mahmoud Darwich à Tunis, le 6 décembre 2007.

L’un des plus grands poètes arabes de tous les temps s’est éteint Samedi à l’âge de 67 ans, après des complications suite à une opération chirurgicale à coeur ouvert.

Traduits en 20 langues, Mahmoud Darwich a marqué le monde de la poésie par ses recueils, dont la plupart témoigne avec éloquence du combat pour la Palestine libre et indépendante.

« Il sentait le pouls des Palestiniens et le traduisait en belle poésie. Il était le miroir de la société palestinienne », a commenté Ali Qleibo, conférencier à l’Université Al Qods de Jérusalem.

Mahmoud Darwich dénonçait l’occupation israélienne des territoires palestiniens mais aussi les combats entre Hamas et Fatah, une « tentative publique de suicide ».

Pour la députée palestinienne Hanane Achraoui, « il a débuté comme un poète de la résistance puis est devenu un poète de la conscience. Il incarnait le meilleur des Palestiniens (…) Même lorsqu’il est devenu une icône, il n’a jamais perdu son sens de l’humanité. Nous avons perdu une partie de notre être ».

Son travail, unanimement admiré par l’ensemble des Etats arabes et des Palestiniens, a suscité des réactions controversées en Israël. En 2000, le ministre israélien de l’Education, Yossi Sarid, a suggéré d’intégrer certains des poèmes de Darwich dans le programme du secondaire, à propos du conflit israélo-palestinien. Mais le Premier ministre Ehud Barak s’y est opposé, arguant du fait qu’Israël n’était pas encore prêt à intégrer ses idées dans le système scolaire.

M. Abbas va envoyer un avion aux Etats-Unis afin de ramener la dépouille du poète Mahmoud Darwich, décédé samedi dans un hôpital de Houston à l’âge de 67 ans, a indiqué l’ambassadeur palestinien à Amman, Atallah Kheiry.

Une cérémonie aura lieu à Amman puis le corps sera transporté à Ramallah, en Cisjordanie. Dans le même temps, des responsables palestiniens, sur ordre de M. Abbas, vont demander aux autorités israéliennes que le défunt puisse être inhumé dans sa Galilée natale, a-t-on précisé de même source.

Mahmoud Darwich, qui souffrait de maladie cardiaque, est décédé samedi aux Etats-Unis dans un hôpital de Houston, où il avait subi une intervention chirurgicale.

Son célèbre poème de 1964, « Identité », sur le thème d’un formulaire israélien obligatoire à remplir, deviendra un hymne repris dans tout le monde arabe.

 

Plus de news arabes sur :
http://akelhawa.com

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments