Le porno à la barre

L’affaire du porno français » ou « french bukkake » a conduit à une mission d’information du Sénat sur les dérives de l’industrie pornographique. Les deux plus grands producteurs français, Dorcel et Jacquie et Michel ont été mis en difficultés par les questions des sénatrices.

Au-delà des titres explicites de certaines vidéos qui, selon les associations féministes, sont une infraction au code pénal, c’est suite aux révélations parues dans le journal Le Monde que la délégation aux droits des Femmes du Sénat a mis en place une mission d’information sur les dérives de l’industrie pornographique

Récit avec Damien Delseny et Vincent Gautronneau, journalistes au service police-justice du Parisien.[PODCAST] Scandale dans le porno : la mécanique du viol de FrenchBukkak

>> https://youtu.be/WGV9AEkAhBE

Suite aux premières révélations dans la presse des témoignages de victimes, en novembre 2020, les deux diffuseurs français avaient indiqué leur volonté d’adopter des chartes éthiques et déontologiques.

Le point fort de la charte éthique consiste à mettre en place sur tous les tournages des coordinateurs d’intimité et pour s’assurer du consentement le jour J. « Ce tiers de confiance […] va servir de syndicaliste et va faire l’interface entre les acteurs et la production », a expliqué l’avocat Matthieu Cordelier, co-auteur de la charte Dorcel.

Le dernier point sur lequel le diffuseur a été mis en difficulté concerne la restriction des contenus aux mineurs.


Full Audition dans le cadre du rapport d’information sur la pornographie

>> https://videos.senat.fr/video.2901495_6279959819ccc.audition-dans-le-cadre-du-rapport-d-information-sur-la-pornographie


Source: publicsenat.fr / bfmtv.com / global.chinadaily.com.cn 

Ce post a été publié par un contributeur en Tribune Libre. Poster une news virale sur EVO !

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments