Le supporter qui a tenu des propos racistes à l’encontre de Ouaddou : « Je m’excuse, je regrette vraiment »

Samedi soir à Saint-Symphorien, ce supporter a insulté le joueur valenciennois Abdeslam Ouaddou. Après 36 heures de garde à vue et sa mise en examen, cet homme de 37 ans a accepté de revenir sur les faits.

« J’ai vraiment honte ». Il a 37 ans. Il est né et vit à Metz Il travaille dans le domaine de la sécurité. Il n’a pas de casier judiciaire et n’a jamais été interpellé pour quelque motif que ce soit. Hier, pour répondre à nos questions, il était dans le bureau de son avocat Me Arnaud Vauthier. Accompagné par son père, l’homme est stressé. Sa jambe tremble sans cesse, il ne lève les yeux que très rarement. A plusieurs reprises, son père l’incite à reprendre son calme, en vain. Visiblement l’exercice de l’interview lui coûte : il refuse même de donner son prénom. Et quand, enfin, il s’exprime, les mots sortent avec peine. Selon les dires de son père, il est atteint d’un retard mental. L’instruction du dossier devra ou non le confirmer. Lui, en attendant, tente de s’expliquer comme il le peut.

Comment vous sentez-vous ?
« Je suis stressé de l’erreur que j’ai faite. Et de voir tout ça dans les médias. Ça m’a fait prendre conscience de la gravité de mes propos et de la situation ».

Allez-vous souvent au stade ?
« Je ne vais pas à tous les matchs mais j’aime bien y aller quand je peux. Le foot, c’est ma sortie de la semaine. Je préfère aller au stade ou au cinéma plutôt que d’aller dans les bars ».

Vous supportez le FC Metz ?
« Oui, mais avec le classement qu’ils ont, un peu moins. Mon père m’emmenait déjà quand j’étais jeune ».

Comment était l’ambiance samedi soir ?
« Moyenne. Ils n’ont plus beaucoup de supporters. J’y suis allé avec un collègue. Comme d’habitude, on a crié et supporté l’équipe ».

Pouvez-vous raconter comment s’est déroulé l’incident ?
« Quand Valenciennes a marqué son but, je me suis laissé emporter. J’étais énervé, il y avait eu un problème de marquage sur un joueur. Dans le feu de l’action, j’ai lancé une insulte raciste vers le joueur de Valenciennes. Je l’ai juste dite plus fort que les autres. Et comme j’étais dans les tribunes basses, au niveau du terrain, on m’a entendu ».

Que s’est-il passé ensuite ?
« A la mi-temps, j’ai voulu partir. Je sentais l’ambiance pas très bonne. Ensuite, le joueur de Valenciennes est venu vers moi et les autres, à côté, l’ont arrêté. Mais il m’a regardé et je me suis fait tout petit. Après, la sécurité est venue tout de suite et m’a emmené dehors. Ensuite, les CRS m’ont conduit au poste de police et je ne suis ressorti que 36 heures plus tard ».

Que pensez-vous, après coup des propos que vous avez tenus ?
« Je regrette profondément tout ce que j’ai pu dire. Les mots m’ont dépassé. C’est sorti comme ça. Et je présente mes excuses sincères. Je n’ai jamais tenu de tels propos avant mais j’en ai déjà entendu dans le stade pendant les autres matchs. Au travail, je n’ai jamais eu de problèmes avec mes collègues non plus. Maintenant, cela ne sera plus pareil ».

Vous ne pouvez plus aller au stade aujourd’hui…
« Je m’en doutais. Je n’y serai pas retourné de toute façon même si j’avais eu le droit. J’ai vraiment honte ».

Que souhaitez-vous ajouter ?
« Que je m’excuse. Je ne sais pas si cela sera entendu mais je dis un grand pardon aux personnes qui ont entendu mes propos. Je regrette vraiment ».

Propos recueillis par Emilie PERROT.
Paru le : 20-02-2008

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments