Le virus mortel Guanarito a disparu d’un labo américain

Cela pourrait être digne d’un scénario de film catastrophe mais l’info est bel et bien réelle !

L’université du Texas est en panique depuis la semaine dernière. En effet, suite à une inspection de routine, le Galveston National Laboratory, un laboratoire de recherche où sont stockés des micro-organismes hautement pathogènes, a annoncé la disparition d’un échantillon contenant une petite quantité de virus Guanarito. Ce virus originaire du Venezuela est classé parmi les souches virales les plus dangereuses. Il ne peut donc être manipulé que dans l’enceinte d’un laboratoire de très haute sécurité.

Ce virus de la famille des Arenavirus se transmet par l’urine et la salive et provoque malaise, fièvre, convulsions, faiblesse musculaire, vomissements, diarrhée, toux, douleurs abdominales et hémorragie, comme le virus Ebola. Le risque de décès pour les individus contaminés serait de 15% (23,1 % selon Wikipedia).

Le responsable de l’université du Texas s’est cependant montré rassurant :

Cet incident ne constitue pas un risque significatif pour la santé de la population. À ce jour, aucun cas de contamination par le virus Guanarito n’a jamais été constaté entre individus. Les personnes contaminées en Amérique du Sud l’ont été après être entrées en contact avec des rongeurs infectés.

Par ailleurs, un porte-parole de l’université a corroboré les propos du président de l’université texane :

Si une personne mal intentionnée souhaitait utiliser ce virus comme une arme, il serait plus simple qu’elle aille directement au Venezuela en chercher un spécimen!.

Il se pourrait donc que le tube ait été jeté par erreur et donc détruit selon le protocole en vigueur dans ce type de laboratoires. Le FBI pourrait être sollicité afin de clarifier cette affaire.

Source : Le Figaro

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Michael J. Fox
Michael J. Fox
29 mars 2013 20 h 59 min

Moi ce qui m’a choqué c’est quand j’ai vu le docu « Ne dites pas à ma mère que je vais au Kazakhstan » L’assèchement à 90% de la mer d’Aral a conduit à une prolifération sur la terre sèche qu’il en reste de la peste bubonique ou aussi appelée la peste noire qui se transmet par les puces ou les tics. Le gouvernement Kazakh surveille cette grande étendue terrestre avec des moyens minables et tente de retenir l’avancée de la peste en gazant les rongeurs… n’importe qui de malveillant pourrait aller se servir et proliférer la peste dans les grandes villes… Lire la suite »

CO
CO
29 mars 2013 23 h 36 min

Mince moi qui boit beaucoup de pipi j’espère ne pas attraper ce virus :-s

_--_--__-------
_--_--__-------
30 mars 2013 12 h 05 min

 » 15% (30% selon Wikipedia).  »

Y’a eu une modif de la page wiki.

Alerte28
Alerte28
13 juin 2013 23 h 30 min

Ce virus ‘Peste noire’ revit grace à la découverte en U.K de plus de 20 cadavres morts il y a fort longtemps de la ‘Peste Noire’ et grâce à une manipulation génétique du Pathogène de ce Virus, nous l’avons désormais en stock et viable. Reste plus que de trouver un réseau.