Les 10 choses que l’école ne vous apprendra jamais

Lego-Nathan-Sawaya

Et que vous finissez par découvrir beaucoup trop tard…

Dans le genre classements, voici un petit top des 10 trucs que l’éducation que vous avez reçue a omis de vous enseigner. On se réveille souvent trop tard, et dans ma grande bonté, ce post aura peut-être le mérite d’aider les plus jeunes à affronter les dures années à venir et surtout à gagner du temps, en apprenant ces choses-là non pas à leurs dépens, mais en étant prévenu par avance. N’oubliez pas : l’avenir appartient à ceux qui connaissent l’information plus tôt que les autres (oubliez ces salades sur ceux qui se lèvent plus tôt… prenez le temps de dormir si vous en avez besoin et que votre activité ne nécessite pas d’être levé à l’aube, et dite fuck à l’employeur idiot qui considère l’heure d’arrivée au travail comme un critère de talent).

Il ne s’agit pas d’une diatribe contre l’école, l’université, le lycée, la hiérarchie, ou quoi que ce soit d’autre, mais juste un article à lire au second degré (mais à prendre pour argent comptant !). Heureusement, il y a toujours, dans l’histoire d’une scolarité, un professeur un peu philanthrope dont le cours déborde sur des sujets intéressants, ou bien un cours – souvent optionnel – qui aborde des notions originales, ambitieuses, et philosophiques. Mais ces matières sont hélas souvent vues comme des options qui n’ont que peu de valeur aux yeux des recruteurs ou des directeurs de l’enseignement, mais qui apprennent des choses bien plus précieuses qu’un Lagrangien sur lequel vous ferez tout un semestre…

1/ Le vrai travail

L’école – et particulièrement l’école française – va vous apprendre des trucs théoriques, sans intérêt particulier pour les entreprises. Il s’agit seulement de tester vos aptitudes intellectuelles afin de filtrer les meilleurs. Vous allez donc arriver dans le monde réel sans aucune connaissance des pratiques actuellement en cours. Ceci aurait pu être évité par une meilleure interaction entre les entreprises et les écoles, mais que voulez-vous, ça aurait été beaucoup trop simple si l’on avait mis ça en place 🙂 Par conséquent, apprenez les choses théoriques pour les exams, mais ne vous y limitez pas, sous peine de devoir faire de l’improvisation totale en entreprise.

 

2/ L’échec

L’échec est le premier truc qu’on devrait apprendre aux étudiants. L’année scolaire, quelle qu’elle soit, devrait commencer par un bon cours de philosophie autour de l’échec, afin que l’on arrête une bonne fois pour toutes de le diaboliser.

En France, l’échec est perçu comme quelque chose d’horrible. L’échec scolaire vous marginalise, l’échec amoureux détruit, l’échec dans les affaires vous blackliste des banques… Et pourtant, sans rentrer dans les détails, voici pourquoi on doit enseigner l’échec comme vecteur d’amélioration de soi :

« J’ai raté 9 000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté.  J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. »

Michael Jordan

Alors si vous échouez, rappelez-vous ceci:

– L’échec scolaire vous réoriente ou vous rend plus fort
– L’échec amoureux vous apprend à perdre un être cher (qui n’en sera de toute façon plus un deux semaines après)
– L’échec dans les affaires vous apprend à ne plus vous faire avoir par vos parties prenantes

Etc…

 

3/ La négociation

En voilà une chose qu’on apprend uniquement dans les cours de management de dernière année. Pourtant, la négo devrait s’apprendre dès le lycée, et de manière obligatoire (malheureusement, l’éducation nationale préfère instaurer des cours d’éducation civique dont les élèves se foutent éperdument, le civisme ne s’apprend pas, il s’exécute).

En effet, la négociation est l’une de ces choses dont tout le monde a besoin, tout au long de sa vie. Que ce soit pour négocier son prêt, signer un contrat, ou acheter des contrefaçons de baskets Isabel Marant sur Leboncoin, la négociation sert à tous. Et son apprentissage n’a évidemment par pour dessein de devenir un requin, mais simplement de prendre conscience des notions de « zone de contrat », d’intérêt sous-jacent et d’empathie, afin d’éviter les clash et prises de becs, ou alors de repérer très facilement les menteurs ou les personnes de mauvaise foi.

 

4/ La trahison

Personne ne vous apprendra à gérer les trahisons dont vous ferez l’objet. Personne ne vous dira de ne pas courir après ce que vous devrez appeler votre ex lorsqu’il/elle vous larguera (en le faisant, vous anéantissez toutes vos chances, alors qu’il y avait une possibilité de rattraper la situation). Personne ne vous expliquera pourquoi votre « best » ne répond plus que vaguement à vos SMS et traîne désormais avec une autre bande d’amis (pourtant il y a une explication, mais ça serait trop dur à entendre). Personne ne vous apprendra les relations de pouvoir et d’intérêt qu’il existe en amitié ou dans le travail. Lorsqu’un tricheur tombe et est dénoncé, ce n’est PAS parce qu’il a triché – car la triche est généralisée – c’est parce que sa chute profite à quelqu’un de plus fort, et qu’il a été trahi. Personne ne sera là pour vous expliquer que l’amour est principalement social, puis intéressé, et qu’il ne ressemble pas aux films américains. Et que l’infidélité est beaucoup plus répandue qu’on ne le croit (et pratiquée par les personnes qu’on ne soupçonnerait pas).

Bref, la trahison, c’est un vrai poison, et personne ne vous y a préparé… Gardez les yeux grands ouverts, et soyez prêts à tomber de haut.

 

5/ La politique

« Si les politiques et les médias abordaient publiquement les vrais sujets, personne n’y comprendraient rien. Du coup, il est plus facile de se faire élire sur des mesures simples comme la parité par exemple, que sur la stratégie que l’on souhaite mener dans la guerre des taux de changes contre les marchés asiatiques ».

Un éminent professeur de droit.

C’est en étant les ignorants que nous sommes que des sujets de société complètement mineurs squattent les unes des journaux télévisés, pendant que les élites – instruites, elles – continuent de se gaver – et à raison – sur notre dos.

Moralité : l’école ne vous apprendra ni la politique (trop compliqué), ni la géopolitique (trop dangereux), mis à part en cours d’histoire, mais malheureusement, l’histoire n’est jamais transposable, ni comparable, et elle est toujours écrite par les vainqueurs, donc elle est nulle et non avenue, lisez-là pour information, comme vous regardez un bon film. Pensez au pop-corn.

 

6/ La programmation informatique

A force de dépeindre les informaticiens comme des puceaux geeks no-life, la société de consommation permet d’éteindre toute forme d’intelligence au bénéfice de la bêtise et de l’apparence, seuls garants du taux de ventes.

En effet, pendant que les séries TV ou les émissions de télé-réalité font de la mauvaise publicité aux geeks (permettant ainsi aux marques de vendre des produits de beauté pour hommes, soumis au dictat des nouveaux goûts de la femme moderne, qui elle est soumise au consumérisme de H&M et Beyoncé), les geeks se font des couilles en or, d’Antibes à la Silicon Valley, jusqu’aux confins des zones les plus reculées de la Seine-et-Marne (grâce à Internet). Bénéficiant de l’asymétrie d’information qui est en leur faveur, ils s’enrichissent non seulement financièrement mais aussi intellectuellement, en mettant en œuvre tous les projets que vous ne rêvez même pas de réaliser.

Bref, la première chose qu’une satanée université devrait apprendre à ses élèves, a fortiori s’ils ne sont pas en master d’informatique, c’est la programmation qui sert à quelque chose (PHP, HTML5, CSS, etc…), au moins pour avoir des notions afin de mieux communiquer avec les programmeurs, au mieux pour faire découvrir des vocations à certains. Malheureusement, perdues dans leur archaïsme bureaucratique, les facs continuent d’apprendre des langages dépassés, ou des systèmes que personne n’utilise plus (UML…).

 

7/ Le networking

Non, le networking n’est pas une vulgaire relation intéressée, c’est une convergence d’intérêt dans le but de produire quelque chose. Certains achètent le networking en école de commerce (c’est la seule chose que ces écoles vendent d’ailleurs, excepté les 6 premières), les autres ne le connaîtront jamais.

L’université ne vous apprendra pas qu’il existe des réseaux d’intérêts et d’entraides qui constituent une barrière à l’entrée à toutes formes de talents extérieurs. Heureusement, Internet a isolé en partie ces réseaux, avec l’accès au pouvoir d’ovnis comme Xavier Niel par exemple (avec tout le mal qu’il peut également représenter), mais c’est un autre sujet.

 

8/ Les choses pratiques et utiles de tous les jours

–         La conduite

–         Savoir changer un pneu

–         Apprendre à cuisiner et à manger sain

–         Connaître les gestes qui sauvent

–         L’emploi PRATIQUE des langues

Ce genre de petites choses pratiques que certains apprennent sur le tard devraient être obligatoires à l’école. Il ne devrait, à la sortie de l’école, pas exister de mollassons qui ne savent rien faire. Nous sommes en train de créer une génération d’hommes soumis aux nouvelles-technologies, rivés sur leurs tablettes, qui ne savent rien faire de leurs mains si ce n’est tapoter sur leur écran et jouer à des jeux débiles codés par des geeks millionnaires.

 

9/ L’efficacité et le pragmatisme

La tradition veut qu’à force de travail et de persévérance, on arrive à nos fins. Cette croyance totalement fausse maintient le niveau de service fourni en France à un état totalement déplorable. L’enseignement devrait être beaucoup plus cartésien : comment dois-je faire pour aller de A vers B de la manière la plus simple, la plus rapide et la plus efficace possible ? Point barre.

Ce n’est malheureusement pas la philosophie employée par le corps enseignant, ni par le droit français, perdu dans ses règles interminables et inefficaces, ni par certaines entreprises à l’ancienne, toujours rivées sur les « protocoles » et fondées sur des hiérarchies verticales, allergiques à tout changement, toute incrémentation, toute innovation par le bas.

En outre, la détention d’informations est moins stratégique qu’avant, nous n’avons plus besoin d’ingurgiter des tonnes d’informations dans notre tête, et ce n’est pas parce que nous le faisons que nous prouvons notre intelligence. L’intelligence, c’est de savoir utiliser les informations qui sont déjà mises à notre disposition pour créer de la valeur ajoutée. L’efficacité, c’est savoir chercher rapidement l’information et l’utiliser aussi efficacement que possible pour la mission qui nous a été confiée. Le pragmatisme, c’est utiliser la solution la plus efficace pour arriver à l’objectif fixé.

Je connais des entrepreneurs qui se lancent dans des projets et qui passent un temps fou sur des détails que seuls eux voient, pensant que leur travail paiera. Faux : seul le résultat compte, et la question à laquelle il faut répondre est « comment atteindre la masse critique qui rendra mon projet viable ». Point barre.

 

10 / Le bonheur

Comment être heureux ? Vaste question, à laquelle votre scolarité ne répondra jamais, même pas en partie, même pas en rêve, alors qu’il s’agit de l’aboutissement. Certains découvrent une partie de la réponse, mais beaucoup trop tard, et cela fait souvent énormément de dégâts aux proches, surtout lorsque la personne s’est enfermée dans une vie qui n’était pas la sienne.

Pour les plus curieux, un élément de réponse, avec les 4 conditions du bonheur selon Edgar A. Poe :

  1. La vie en plein air
  2. L’amour d’un être
  3. Le détachement de toute ambition
  4. La création

Et vous, qu’est-ce que votre éducation ne vous a pas appris et que vous auriez aimé comprendre plus tôt dans votre vie ?

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
47 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
MisterProvoc
MisterProvoc
8 mai 2013 7 h 07 min

Le début est bon, la fin est nulle

bobmoran
bobmoran
8 mai 2013 7 h 36 min

cet article est du grand n’importe quoi

brams
brams
8 mai 2013 9 h 38 min

merci de juger!
faites mieux où respecter svp

cacahuète
cacahuète
8 mai 2013 9 h 52 min

après 2 mois de « Debilla » c’est déjà un grand pas en avant, et ça incite à réfléchir par soi même

Jérémy
Jérémy
8 mai 2013 10 h 06 min

Ceux qui disent directement que c’est zéro cet article je crois que c’est ces personnes qui ne respectent pas les autres, qui manquent de civisme dont tu parlais.

Je trouve cet article bien écrit, évidement, avec de belles phrases, de belles tournures et sans faute. Cependant je trouve qu’il manque un peu de contenu et tout cela reste bien sûr très subjectif.

Dans tous les cas l’auteur s’est probablement donné du mal, et il est préférable de remercier son travail au lieu de dire que c’est zéro. Feriez-vous mieux ? Hmmm, je ne pense pas hein.

Nonyme
Nonyme
8 mai 2013 10 h 13 min

Toute manière, il y a un grand problème à ce niveau là en France. Tu commences ton année scolaire et déjà au 2eme cours, le prof te dit qu’on est en retard (sur le programme). Y’a déjà pas assez d’heures pour les matieres principales, alors en rajouter… Mais c’est vrai qu’il n’y a pas si longtemps, je me posais la question : si papa/maman n’est pas là, comment je devine pour remplir la fiche d’impot, faire une demande de logement etc… On nous l’apprend pas à l’école ! Demerde toi, ou alors tu Google ! J’aurais aimer être à l’école… Lire la suite »

zeze
zeze
8 mai 2013 12 h 03 min

Autre leçon : ne plus regardez la TV.

lp
lp
8 mai 2013 12 h 16 min

perso, mes parents ont su m’apprendre ce genre de choses…

tonreup
tonreup
8 mai 2013 12 h 27 min

a l’ecole les jeunes sont trop con pour comprendre ce qui est dans leur interet donc ca ne sert a rien de leur parler de tout ca… prend une classe de lycéen donne leur des pc et parle leur de programmation il te dirons « j’en ai rien a foutre je veu me connecter sur facebook ».
l’ecole n’est pas la pour elever nos gosses mais pour les preparer a un examen.

David
David
8 mai 2013 12 h 58 min

super article

Sam Sam
Sam Sam
8 mai 2013 13 h 52 min

Oui, discutable bien sûr, mais excellent article.
Merci.

Herbert
Herbert
8 mai 2013 14 h 01 min

Bon article (même si quelques notions paraissent évidentes) de nos jours on a tendance à se cacher les vérités énoncées ici.

florent
florent
8 mai 2013 14 h 11 min

Article pas mal du tout 😉

babou
babou
8 mai 2013 16 h 59 min

La plupart des gens récusant cet article n’ont pas dû aller à l’école… ou y sont allés il y a 60 ans… au moins.

Sérieusement, quand on voit les cours d’éducation civique au lycée, on se dit que ce serait plus utile de nous apprendre à remplir les fiches d’impôts que des conneries sur la drogue ou l’alcool.

james
james
8 mai 2013 17 h 59 min

Après les conseils pour pas perdre sa copine (pas fini l’article d’ailleur) , les dix trucs qu’on apprend pas à l’école => BRAVO SUPER ! (ca change des videos ultra con)

ANymous
ANymous
8 mai 2013 18 h 17 min

Pas mal, mais pas assez objectif. Il y a du vrai et du faux.

edouard
edouard
8 mai 2013 18 h 20 min

Quel bon article, un plaisir !

futur employé McKinsey
futur employé McKinsey
8 mai 2013 22 h 45 min

1) L’article est intéressant mais le ton et la forme sont de la désinformations. C’est bien de se rendre compte que certains de ces aspects sont négligés, cependant c’eût été opportun de ne pas le regretter. Le but premier de l’école est de fournir une base commune équitable et généraliste permettant l’enseignement serein d’enfants venant de tous bords et horizons. 2) La majorité des compétences évoquées ne pourraient pas être effectivement mise en place, par soucis de moyens, de neutralité, de globalisme. Il incombe aux individus d’affronter ces enjeux majeurs. 3) Bien d’accord sur le point de la politique cependant… Lire la suite »

MisterProvoc
MisterProvoc
8 mai 2013 23 h 58 min

Il n’y a pas assez de temps à l’école pour tout apprendre ? Ah bon ? Supprimons déjà le sport, ça n’a rien à faire à l’école.

Jerem
Jerem
9 mai 2013 22 h 17 min

Le début est vrai mais les 2 derniers sont faux !!

Doug
Doug
10 mai 2013 1 h 56 min

So much bullshit…

Phil
Phil
10 mai 2013 9 h 35 min

J’avoue demeurer bien perplexe : quel lien entre reconnaitre la trahison, savoir négocier et savoir manger sainement ? Et puis, j’ai vraiment adoré l »histoire non transposable ». Ca c’est le pompon. Le truc qu’on se permet de rabâcher quand tu as fait de l’histoire événementielle en 4e. C’est clair que tu peux pas comparer Actium, Marignan et Stalingrad. « Autre temps, autres moeurs » disait le maitre Cicéron, c’est d’autant plus vrai en géopolitique. Cependant, si le fond événementiel évolue, le cadre social ne varie pas trop : les faits des grands hommes restent mener par des convictions semblables : pouvoir, richesse, suprématie,… Lire la suite »

Nico
Nico
10 mai 2013 10 h 03 min

Eh Mister Provoc, avant de vouloir remettre en place tout le monde sur des pauvres fautes de français, je t’apprend que c’est sole meunière et non pas saule meunière.C’est juste pour ta culture hein !

RORO
RORO
10 mai 2013 13 h 29 min

encore un truc qu on n apprend pas a l ecole, c est que les diplomes ne servent à rien !!!

riveg
riveg
16 mai 2013 2 h 40 min

Excellent !! Merci 😀

Anonyme
Anonyme
17 mai 2013 12 h 36 min

Pour augmenter votre réfléxion sur le sujets, je vous invite à lire « la semaine de 4h de timothy Ferris.
Livre qui développe le thème de cet article.

Anonyme
Anonyme
23 mai 2013 19 h 05 min

pas tout lu mais pour la programation t’es un marrant mec, la programation c’est plus qu’un metier ca s’apprend pas comme ca^^ ». c’est comme si tu disais : oue on nous apprend pas la comptabiliter c nul !! ….c’est pareil tu sais

Chris
Chris
8 janvier 2014 15 h 28 min

On voit peut-être pas ça en primaire mais en école supérieure si…
Perso je suis en école d’ingé (publique, donc assermentée par cette éducation nationale que tu aimes tant), je côtoie chacun des points que tu cites fort régulièrement dans le cadre de ma formation.
Mais bon, quelques idées que je considère pertinentes dans le tas à part ça.

Quelqu'un
Quelqu'un
4 janvier 2017 14 h 23 min

La vérité dans l’histoire, c’est qu’on est dans un pays de merde avec une constitution de merde où l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, et encore. Du CP jusqu’à la fac, on ne pourra jamais retenir tous les cours, tous les jours on va à l’école, et on « apprend » des trucs, qui ne nous serviront jamais, et que nous aurons oublié 2 semaines plus tard. Honnêtement, je suis jeune, je ne suis qu’en 3ème, mais je pense depuis bien longtemps que je n’ai rien à foutre à l’école, car cela ne sert strictement à RIEN de mon point de vue.… Lire la suite »

Une enfant
Une enfant
8 janvier 2017 18 h 38 min

Tellement vrai… je suis la seule gamine de 14 ans à penser que (je cite) « Il ne devrait, à la sortie de l’école, pas exister de mollassons qui ne
savent rien faire. Nous sommes en train de créer une génération d’hommes
soumis aux nouvelles-technolosgies, rivés sur leurs tablettes, qui ne
savent rien faire de leurs mains si ce n’est tapoter sur leur écran et
jouer à des jeux débiles codés par des geeks millionnaires. » ?