Les mystérieuses inscriptions du rocher du Caro Plougastel (Photo)

La municipalité de Plougastel-Daoulas promet 2.000 euros à celui qui réussira à percer le mystère qui entoure cette roche.

Une roche, dans l’anse du Caro, que les marées viennent taquiner au fil des marées et qui porte de bien étranges inscriptions.

De nombreuses personnes ont déjà tenté de résoudre l’énigme, sans succès.

C’est la raison pour laquelle la municipalité de Plougastel-Daoulas a lancé, début mai, l’opération « mystère Champollion ». Un clin d’œil à l’égyptologue français qui a été le premier à traduire les hiéroglyphes au XIXe siècle. Elle propose aux linguistes, historiens, universitaires, étudiants ou passionnés de gagner 2.000 euros s’ils parviennent à déchiffrer l’inscription gravée dans la roche. Les participants peuvent envoyer leur dossier jusqu’au 30 novembre. Un jury de cinq personnes les étudiera ensuite et désignera le gagnant.

Le concours débute dès ce mois de mai.. Les inscriptions du rocher du Caro ne sont toutefois pas des hiéroglyphes : il s’agit d’une suite de lettres et de symboles alignés, de mots indéchiffrables qui comprennent trois dates : 1786, 1789 et 1920.

Pour participer au concours :

Règlement de participation auprès de Véronique Martin. Par mail : veronique.martin@mairie-plougastel.fr. Adresse postale : 1, rue Jean-Fournier, 29470 Plougastel-Daoulas.

0 0 vote
Article Rating

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
GUILLERMIN
GUILLERMIN
3 janvier 2020 18 h 34 min

Le concours est clôturé depuis la fin du mois d’octobre pour laisser un mois de dépouillement des participations à ce concours de traduction. Cette énigme était vraiment passionnante et cela valait la peine de se creuser les méninges pendant tout l’été afin de découvrir le sens de cette inscription. A mon avis, elle était écrite en vieux Breton, à la manière des épigraphies anciennes , c’est-à-dire en supprimant quelques lettres de chaque mot afin de ne laisser que les quelques lettres qui permettaient à un locuteur connaissant le vieux breton de reconstituer le texte intégral. Je ne connaissais pas le… Lire la suite »