L’histoire tragique de Sahar Khodayari, la BlueGirl, prend une ampleur mondiale

Âgée de 30 ans, cette Iranienne a succombé à ses blessures après s’être immolée par le feu devant le tribunal révolutionnaire à Téhéran. La jeune fille s’est aspergée d’essence après avoir entendu dire qu’elle allait écoper de six mois de prison. Son crime ? S’être introduite dans un stade pour assister à un match de football de son équipe préférée.

L’annonce, lundi 9 septembre, du décès de celle que l’on surnommait Blue girl (la « fille bleue »), en référence au club Esteghlal qu’elle supportait, a provoqué une vague de soutien, d’hommage et d’indignation sur les réseaux sociaux.

De nombreux Iraniens ainsi que de nombreuses personnes à travers le monde ont fait part de leur indignation en partageant le hashtag #BlueGirl sur les réseaux sociaux et en interpellant la FIFA au sujet de l’affaire.

La fédération internationale s’est d’ailleurs exprimée sur ce drame, s’adressant à la famille de Sahar Khodayari et aux autorités iraniennes : « Nous réitérons nos appels à assurer la liberté et la sécurité de toutes les femmes engagées dans cette bataille légitime pour mettre fin aux interdictions d’entrer dans les stades. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notez ce post !