Liberté

Premier épisode d’une série de trois billets que je vous propose de découvrir.

Liberté – Egalité – Fraternité

Ces trois mots, je l’espère vous les connaissez tous, ils sont inscrits sur nos églises, sur les murs des plus grandes institutions françaises. Ces mots sont « le socle » de la démocratie française. Je vais essayer, dans une série de trois billets, de dépeindre la réalité de ces trois valeurs en France en 2013.

 

La Liberté

« On ne va pas mendier sa liberté aux autres. La liberté il faut la prendre. »
Ignazio Silone

Définition de la « liberté » : Etat d’une personne qui n’est pas soumise à la servitude. Possibilité d’agir, de penser, de s’exprimer selon ses propres choix.

Notre pays est/était considéré dans le monde comme le berceau des libertés. La révolution de 1789 est citée en exemple. Notre déclaration des droits de l’Homme vénérée. Du moins c’est ce que l’Education Nationale nous répète. Aujourd’hui, je pense que chacun d’entre nous se pose la question de ce que sont devenus ces beaux principes et ce pour quoi l’on se battait en 1789.

Tout d’abord, quelques chiffres pour poser les bases de cette « tribune »:

• Classement 2013 de la liberté de la presse : France – 37éme.

• Entre 1970 et 2007 plus de 100 restrictions furent adoptées par les différents gouvernements et institutions républicaines. 77 d’ordre moral et 23 d’ordre sécuritaire. (Ah je n’aime pas ce mot ! Chiffre non trouvé après 2007 car trop récent)

• Degré de liberté face à la corruption en France période 1995-2012 en moyenne 71,4%. 100% signifie que la corruption ne limite pas les libertés individuelles (le Danemark, la Nouvelle-Zélande, etc.. s’en rapprochent le plus) et vers 0% il devient impossible de vivre librement sans usage de corruption. Le problème c’est que cette valeur baisse de plus en plus pour notre pays.

• Liberté civile classée de 1 à 10, 10 étant le plus haut niveau de respect des libertés civiles (liberté d’association et d’expression). Actuellement de 8,6 elle a chuté de 6% entre 2006 et 2012. D’après les estimations elle sera de 8,0 en 2015.

Je ne suis pas du tout anarchiste, par contre je crois fortement en la liberté de l’individu. Pas une semaine ne s’écoule où en écoutant les infos (une fois par semaine me suffit) je m’aperçois que l’on parle de limiter, restreindre et interdire, réduisant ainsi chaque jour nos libertés individuelles.

Aujourd’hui les politiciens n’agissent que par la restriction. Ils mettent toujours en avant les mêmes motifs : sécurité, tolérance, encadrement et économie.
Mais toutes ces raisons ne sont que des prétextes et la seule raison qui domine est la bien-pensance et l’image qu’elle permet de donner à ces candidats permanents. Des ministres (gauche ou droite) qui passent plus de temps dans les médias ou en déplacement que dans leurs bureaux et qui sont dans une phase de communication permanente pour leur réélection.

liberté1

Plusieurs exemples

1- On nous rajoute des radars à tous les coins de la France (20 nouveaux radars au mois d’octobre 2013 en IDF), augmente les contrôles routiers et multiplie les routes à péages.
On parle de mettre des boites noires dans les voitures et de diminuer les vitesses à 80 km/h sur routes de campagne.

Pour diminuer le nombre de mort et pour l’écologie.

Or, la mortalité stagne depuis quelques années, et le permis de conduire devient plus facile à obtenir. Il faut bien faire tourner les usines Renault et PSA qui ne savent pas fonctionner autrement que sur le modèle de la croissance permanente (à contrario des allemands).

2- Les institutions veulent mettre la main sur internet.

Trop de vulgarité, trop d’anonymat, les enfants ne sont pas protégés.

Cette main mise sur internet se fait sentir toujours un peu plus. Régulièrement on entend vouloir imposer un contrôle permanent de l’identité. La censure devient normale et acceptable. A titre d’exemple il n’était plus possible de trouver la version non-censurée du clip « Blurred Lines » de Robin Thick pendant une certaine période.

Il est tellement plus facile de vouloir contrôler internet plutôt que ses gosses. C’est l’ironie du monde d’aujourd’hui, on veut cacher la réalité plutôt que d’en résoudre les problèmes soi-même.

liberté2

3- L’exemple le plus concret (promis c’est le dernier) restera toujours l’industrie musicale qui pendant des années a profité de la « vache à lait » en vendant des CD’s à 15€ puis a fait en sorte que l’on pourchasse les gens qui téléchargent.

Le téléchargement tue l’artiste, l’industrie musicale et cinématographique, qu’ils disent.

Mais avant, un artiste se faisait connaître pour son talent (pas pour ses frasques et sa gueule comme Jacques Brel) et pour la qualité de son interprétation, gagnant son argent de par ses concerts. Aujourd’hui, il n’y a plus de lien avec le public, plus de respect pour celui-ci. Un homme achète son morceau à l’autre bout de la planète, l’artiste ne le sait pas. Ce lien est mort, et une bonne partie de la musique de qualité aussi.

On pourrait sans cesse continuer d’exemple en exemple et de cas en cas, en remontant le temps. C’est tout cela qui inquiète, ces atteintes à la liberté semblent toujours plus ou moins importantes, toujours justifiables et le plus triste c’est qu’elles trouvent toujours un écho chez une partie de la population. C’est sur ces gens là, qui monnaient leur liberté pour un peu de confort, que le gouvernement s’appuie.

« Ceux qui acceptent de céder un peu de leur liberté contre un peu de sécurité, ne mérite aucun des deux et perdront les deux » Benjamin Franklin

On veut nous faire croire que nous vivons dans le monde des Bisounours, soyez heureux dans votre cocon, ne pensez pas trop et consommez. Le schéma est toujours le même, on transforme des petits groupes extrémistes en généralités audibles et universelles grâce aux médias pour soutenir la cause à adopter. On tourne en dérision, on diabolise ou fait totalement taire les partis inverses (la quenelle est en train de devenir nazi comme nous le montre cet exemple ). Puis, on monte en épingle le moindre événement qui, comme par hasard, tombe toujours à point nommé pour lancer le débat et choquer. On agit alors pour la sécurité de tous, pour « le plus grand bien » (les plus fans reconnaîtront l’allusion). Et accessoirement, on divise les populations, mais j’y reviendrai pour la fraternité.

Mais, on ne combat pas le racisme en l’interdisant, personnellement je préfère éduquer les enfants. N’importe quel raciste peut être démonté avec un argumentaire construit. De la même façon, on n’arrêtera pas les accidents en multipliant les radars, on n’arrêtera pas la pollution en augmentant le prix de l’essence et ainsi de suite…

Des solutions existent à chaque problème sans forcément pénaliser des populations entières. C’est aux politiciens de les trouver et de les appliquer. Qu’ils s’inspirent de cas à travers le monde. En attendant, la solution pour chacun de nous, c’est de ne pas accepter de rendre sa liberté sans protester (répondre à un journaliste même si Canal+ demande le contraire), ne jamais tomber dans les extrêmes et ne pas accepter l’information comme acquise.

Voilà, pour finir je vous cite cet extrait d’un célèbre jeu vidéo :

« Quand les lois des hommes tentent de te dicter ta voie, souviens-toi qu’aucune voix ne peut prétendre à prévaloir sur la tienne, puisse-t-elle venir de ceux qui disent citer ton Dieu. En cela rappelle-toi que rien n’est vrai.

Quand les chaines d’un asservissement quelconque te retiennent, souviens-toi que tu es libre de tes actes, et que personne ne peut retenir l’élan de la liberté. En cela rappelle-toi que tout est permis.

Quand les hommes suivent la vérité aveuglément, rappelle-toi que rien n’est vrai quand la morale ou la loi bâillonne l’esprit des hommes, rappelle toi que tout est permis.

Quand seule la voix des tyrans se fait entendre, quand la vérité est une chose imposée, souviens-toi que rien n’est vrai.

Quand les faibles se font oppresser, que les justes sont calomniés, souviens-toi que tout est permis.

Il n’existe aucune vérité objective en dehors de nos perceptions, par conséquent toutes choses sont vraies et possibles.

Nous sommes libres de suivre notre chemin. Il n’y a personne pour vous donner les réponses. Il y a plusieurs chemins. À vous de trouver le vôtre. Ne me suivez pas. Ne suivez personne. »

Je vous invite également à lire cet article très intéressant.
http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
18 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Nonyme
Nonyme
1 décembre 2013 21 h 23 min

Ce sujet là peut encore faire 42 pages de plus, tellement y’a des choses à dire.
Il est clair que ces 3 mots ne veulent plus rien dire désormais.

DRAGO
DRAGO
1 décembre 2013 21 h 39 min

 » Quand les hommes suivent la vérité aveuglément, rappelle-toi que rien n’est vrai quand la morale ou la loi bâillonne l’esprit des hommes, rappelle toi que tout est permis. » la loi interdit de tuer quelqu’un alors dois je me rapeller que tout est permis ?  » Quand seule la voix des tyrans se fait entendre, quand la vérité est une chose imposée, souviens-toi que rien n’est vrai.  » sauf que c’est en croyant plus a rien que l’o se met a croire n’importe quoi !!!!! enfin bref c’est bien beau ton discours anarchiste de bisounours mais pour beaucoup de monde… Lire la suite »

Jodi
Jodi
1 décembre 2013 22 h 19 min

Nos libertés les plus fondamentales sont petit à petit supprimés, celle qui me choque le plus c’est celle de cultiver son potager, tout est en train d’être contrôler voir interdit….

Verbalisé pour avoir Vendu des Tomates Hors Catalogue
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/verbalise-pour-avoir-vendu-des-42016

Bob
Bob
1 décembre 2013 23 h 11 min

La France aux Français !

fdbzh
fdbzh
2 décembre 2013 15 h 33 min

ha si mais le bleu marine c’est pas le bon!!!

Sid
Sid
4 décembre 2013 21 h 05 min

La fin de votre article est très juste. On ne peut se réaliser entièrement en suivant le chemin emprunté par un autre, car nous sommes tous uniques. Aujourd’hui au fond la plupart des gens critiquent le système, mais chacun selon leur propre prisme préconçu, ne voient que ce qu’ils veulent voir et ne dénoncent que ce qui va dans leur sens. Ils dénoncent telle forme de manipulation mais sont totalement empêtrées dans d’autres. C’est le propre de l’idéologie. Enfin donc un bon article, mais je ne vous suis pas trop sur le sujet de la musique. Déjà Jacques Brel qui… Lire la suite »