L’interview des Inrocks de l’ex-hardeuse Yasmine

L’ancienne égérie de la maison Dorcel balance sur l’industrie du porno…

Depuis la fin de sa carrière pornographique et de son contrat avec Marc Dorcel, Yasmine est en pleine traversée du désert et ne perd donc pas une occasion de faire parler d’elle, en témoigne sa longue interview accordée au magazine Les Inrocks qui, en plus de paraître ingrate aux yeux de la profession, est qualifiée par certaines de totalement diffamatoire

Pendant trois ans, Yasmine fut l’égérie des vidéos Dorcel. Contrôle total sur la vie privée, tournages sordides en Hongrie, pression mentale et physique: elle raconte.

Morceaux choisis :

Vous avez quoi sur le coeur ?

Yasmine – Un immense ras-le-bol. Le X ne m’a strictement rien apporté, hormis des jaquettes de films qui me poursuivront à vie. C’est une énorme désillusion. Mais je ne regrette pas de m’être engagée dans la voie du X. Lorsque je l’ai fait, Grégory Dorcel (le fils, qui s’occupe des contrats – ndlr) m’a dit : « On va faire de toi une star, et même quand tu arrêteras on t’aidera, on est une famille, on ne te laissera pas tomber. » J’ai signé pour trois ans chez eux, mais depuis que je ne suis plus liée à cette compagnie, je n’ai pas eu la moindre nouvelle.

Vous avaient-ils fait des promesses qui étaient garanties par un contrat écrit ?

Pas au sens formel du terme. D’après eux, il s’agissait d’un engagement moral fort. Suite à ma décision d’arrêter le X, je les ai rappelés : ils étaient sans cesse occupés, jamais joignables. Je peux comprendre qu’ils aient beaucoup d’affaires à gérer vue l’étendue de leur business, c’est quand même une grosse boîte. Mais j’aurais aimé qu’ils m’aident ; j’ai un nom, j’aurais voulu développer la « marque » Yasmine, exploiter des produits dérivés, faire un livre, que sais-je encore, simplement pour vivre et continuer d’exister.

Votre ego en a pris une claque ?

Forcément. Du jour au lendemain, je suis sortie de la lumière. Je ne suis plus rien alors que l’on continue à me dire « j’adore tes films », sur internet ou dans la rue.

Vous avez arrêté en février 2009. Pourquoi ?

J’ai démarré il y a cinq ans maintenant, chez VCom, et j’ai mis fin à ma carrière d’actrice quand la maison Dorcel a voulu me faire signer pour la quatrième année consécutive. J’ai refusé parce que je devais travailler autant en étant moins payée. Au bout d’un moment, ça suffit : on n’est pas des objets même si la plupart des gens le pensent.

Il y avait également trop de pression : on se retrouve en représentation permanente, même dans la vie personnelle. Ils m’interdisaient de sortir sans maquillage, contrôlaient mes fréquentations avec surveillance de loin, savaient toujours où j’étais. Puis ils m’ont reproché d’avoir maigri. « Si tu ne reprends pas du poids, on te vire direct ! » J’avais beaucoup perdu à cause de la pression mentale et physique, de l’excès de travail, je n’avais plus le temps de manger.

Pression et dépression ?

Exactement. J’ai dû ensuite me gaver comme une oie et prendre un antidépresseur puissant afin de pouvoir grossir. Je suis devenue dépendante et je me sentais très mal. Je n’ai jamais touché à la drogue, contrairement à ce qu’ils croyaient. Ils m’ont dit : « C’est pas possible, tu te défonces, on n’arrive pas à te retoucher sur les jaquettes de DVD. »

Dorcel domine le marché français du X…

Quand je travaillais encore pour eux, ils faisaient 13 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. C’est un petit empire, distribué dans cinquante-six pays, 50 % des Français connaissent la « marque au toucan ». Ils ont lancé la première VOD (vidéo à la demande – ndlr) en France, créé leur propre chaîne, Dorcel TV…

Ils auraient pu vous proposer d’être présentatrice.

Je l’ai fait quand j’étais leur égérie, mais depuis que j’ai décliné leur proposition de contrat, plus rien.

Vous leur en voulez ?

Ah oui ! Parce que j’ai certes un nom mais aucun contact sérieux. Je rencontre des gens dans les soirées mais on ne m’a proposé que des films, encore et encore.

Combien en avez-vous tourné ?

A peu près vingt-cinq, à raison d’une ou deux scènes par film, chaque scène demandant trois à quatre jours d’un travail que les gens croient facile mais qui est en réalité très éprouvant.

Ça fait donc cent jours de tournage en trois ans. Ça ne paraît pas colossal.

Ce qui l’est, ce sont les multiples salons érotiques où on vous sollicite en permanence, ou les apparitions médiatiques jusque dans les plus petites radios locales. Les salons se tiennent beaucoup à l’étranger, Las Vegas, Berlin, Barcelone puis Madrid, à peu près partout en Europe, dans les pays de l’Est aussi.

Combien gagniez-vous au début ?

J’étais chez VCom, la seule entreprise qui propose un salaire aux actrices pour faire de la visioconférence sur internet. Là, on exécute ce que les abonnés nous demandent de faire à l’image, dans les limites de la loi. Je m’exhibais trois heures par jour, week-end compris, et gagnais 1 000 euros par mois. Je ne touchais aucun pourcentage et n’avais aucun moyen de vérifier ce qu’ils touchaient grâce à moi.

Il y a donc une opacité incroyable dans ce business.

Ça oui, on peut le dire… Les actrices – les acteurs aussi – font tout et ce sont elles et eux qui gagnent le moins d’argent. Seuls les producteurs et ceux qui gravitent autour ramassent du fric, ils ont de très belles maisons pendant que les X girls galèrent.

La suite sur Les Inrocks.

.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
15 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Ogyne
Ogyne
17 janvier 2011 20 h 39 min

Comme elle rage, pleins d’actrices ont réussi à se reconvertir et elle elle y arrive pas, donc forcément c’est les autres les salauds.

c'est moiiiiii!
c'est moiiiiii!
17 janvier 2011 21 h 24 min

assume connasse!

psaume
psaume
17 janvier 2011 21 h 39 min

eh les gars ! vous savez quoi ??? ben marc dorcel…. c’est un juif ! hop hop hop je me casse, vous pouvez commencer à sortir les lance-flamme !

pat leguen
pat leguen
17 janvier 2011 22 h 09 min

Elle se plein de quoi la cochonne, que le monde du X l’ait empapaouté ???

Xylobox
Xylobox
17 janvier 2011 23 h 58 min

On a tous vu sa chatte. La honte pour elle.

junior
junior
18 janvier 2011 0 h 13 min

eh psaume tu sais quoi ? ta grave loosé hophophop degage !

Macounet
Macounet
18 janvier 2011 0 h 35 min

Moi je l’aimais bien Yasmine. Pas que pour ses films. Ça doit être sympa une petite amie comme elle. Vous êtes des aigris parce que vous pensez ne pas avoir une seule chance avec une fille comme elle! Elle a peut être du mal à démarrer mais rien n’est joué. Courage.

Thr
Thr
18 janvier 2011 9 h 24 min

Jsuis pas sur que ce soit « sympa » d’avoir une petite amie comme elle… A moins bien sur que la valeur d’une femme se mesure a son habilité a manier la quequette. Ramener le degout a la frustration, cest tres revelateur de l’etat d’esprit du male. Ou alors cest l’effet de l’anonymat ? Non parce que faut etre flingué dans sa tete pour assumer ouvertement d’avoir une salope dans son coeur…

thedms
thedms
18 janvier 2011 10 h 19 min

Encore une meuf assistée qui n’est bonne à rien sinon qu’à se faire tirer.

« j’ai un nom, j’aurais voulu développer la “marque” Yasmine, exploiter des produits dérivés, faire un livre, que sais-je encore, simplement pour vivre et continuer d’exister. »

Exister = faire parler de soit selon elle
Développer la marque Yasmine = bah sors toi les pouces du cul, c’est pas tes ex-producteurs qui vont te macher le travail srx.

dtc
dtc
18 janvier 2011 10 h 34 min

Comme toutes les filles qui ont travaillé avec leurs culs ou leurs décolletés, ou celles qui ont joué les nunuches…elles ont du mal à assumer lors de la reconversion professionnelle.
TV, ciné, X toutes le même problème.
On récolte ce que qu’on a semé….

vinch
vinch
18 janvier 2011 12 h 09 min

oui, et un oscar après, puis un prix nobel?
faut arrêter de penser que tout tombe du ciel grâce a un prénom ou une pseudo notoriété..

Kem
Kem
18 janvier 2011 14 h 25 min

« oui oui ouiiii dans mon cul oui oui ouiiiii »

rash
rash
18 janvier 2011 14 h 31 min

… il reste les assedics … quel beau pays la france !!!

mick
mick
18 janvier 2011 19 h 39 min

Sniff sniff pauvre fille, dire qu’on l’a obliger à vendre son cul…

bibi
bibi
27 février 2011 2 h 09 min

moi c mon actrice prefere elle aurait du signer sa 4 eme année au lieu de venir pleurer franchement elle m a decu la