Ma mère contre ta soeur !

Comme tout le monde vous avez lu les gros titres :

Besancenot espionné: sept personnes, dont le PDG de Taser France, sont mis en examen …

Besancenot espionné : le patron de Taser interpellé

etc …

L’affaire prenant une tournure d’affaire d’état, un grand nom du barreau, Noel Mamère, (ben oui vous aussi vous ne saviez pas qu’il était « aussi » avocat, a pris la décision courageuse de défendre le petit facteur de Neuilly. D’ou le titre : Mamère contre Taser.
Je conçois que le jeu de mot est douteux mais cela valit le coup, pour l’occasion, de le sortir.

Monsieur le député-maire Vert de Bègles, Noël Mamère, a donc indiqué qu’il assurera la défense du porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), lors de son procès devant le tribunal correctionnel de Paris.

Revenons au faits :

Sept personnes, dont Antoine Di Zazzo, le directeur de Taser France, ont été mis en examen et placées sous contrôle judiciaire dans l’enquête sur l’espionnage présumé d’Olivier Besancenot.
La Ligue communiste révolutionnaire avait décidé de porter plainte contre X en mai dernier, soutenant que son porte-parole avait été espionné pendant plusieurs mois par une officine privée de renseignement.
La LCR s’était fondée sur des révélations de L’Express, selon lesquelles Olivier Besancenot avait été espionné à l’initiative de Taser. La vie d’Olivier Besancenot et de sa compagne, affirme l’hebdo sur la foi d’une copie du rapport de renseignement, aurait été «épiée, disséquée et mise en fiches par une officine de renseignement privée» d’octobre 2007 à janvier 2008.

Sur ces faits Olivier Besancenot a déclaré au Parisien :
«Il s’agit de méthodes de barbouzes et les barbouzards doivent rendre des comptes devant la justice», a déclaré mardi Olivier Besancenot, joint par l’AFP après l’interpellation du directeur de Taser France, Antoine Di Zazzo, dans le cadre de l’enquête sur l’espionnage présumé le concernant.

«C’est scandaleux, c’est révoltant.

On a l’impression d’être dans un mauvais film», a-t-il dénoncé. Rappelant que qu’il était cité à comparaître lundi au Palais de Justice de Paris, car le «même patron me traîne devant les tribunaux pour diffamation, me réclamant 50 000 euros pour simplement avoir fait état du rapport d’Amnesty International» sur la dangerosité présumée du Taser.

Pour autant et pour revenir à la base du sujet, le taser est-il dangereux?

L’état l’a annoncé ces derniers mois : police et gendarmerie seront bientôt équipées de ce pistolet à impulsion électrique, de même que la police municipale sur dérogation.

Le taser c’est quoi ?

Le taser est un pistolet à impusions électriques venu des Etats-Unis
Il a une portée maximale de 11 mètres qui propulse deux électrodes reliées à un fil isolé. Au contact de sa cible, le pistolet Taser libère une onde de 2 milliampères pour 50 000 volts

Jamais un équipement policier n’avait autant suscité de polémique. Le Taser X-26, un pistolet à impusions électriques venu des Etats-Unis, équipe progressivement depuis la fin novembre 2006 la police et la gendarmerie. Plusieurs associations de défense des droits de l’homme s’alarment de l’arrivée de ce nouveau matériel.

En mars 2006, Amnesty International avait lancé un appel à la suspension de l’utilisation des pistolets paralysants.

Amnesty internationale explique que ces engins seraient en partie responsables d’au moins 260 morts aux Etats-Unis. “Attention, nous ne disons pas que ces personnes sont mortes à cause du Taser, mais nous pensons qu’il y a un lien entre le Taser et ces décès”, explique Benoît Muracciole, coordinateur de campagne chez Amnesty International.

Il faut bien reconnaitre que ces annonces, qui ne sont fondées sur aucune preuve physique ou scientifique, aucun rapport d’experts ni aucune enquête sérieuse menée par un quelconque organisme indépendant ou d’état.

Ma foi, il faut bien se l’avouer, Amnesty International et Besancenot ont toutes les raisons de s’emporter, le Taser arrive sur le marché français avec une sale réputation. Pour s’en convraincre il suffit d’effectuer quelques recherches sur les sites de vidéos en ligne pour rapidement trouver des vidéos montrant les effets dévastateurs de ce jouet pour flic.

Preuve en est cette vidéo reprise dans l’un de nos article et qui a fait le tour du web en seulement quelques heures (https://www.eteignezvotreordinateur.com/taser-un-mort-a-new-york/).

Si peu d’incidents “sérieux”

Chez Taser, on minimise l’importance de ces “dommages collatéraux” : “Au
30 avril 2006, aucune autopsie n’avait retenu le Taser comme facteur contributif d’un décès”, explique Antoine Di Zazzo, directeur général de Taser France. Selon les chiffres fournis par la société, sur 9 685 incidents rapportés en février 2006, 27 blessures légères ont été recensées (genoux écorchés, coupures de lèvres, tirs dans les parties intimes, etc.). Les incidents plus sérieux (sonde dans les yeux, arrêts cardiaques, etc.) ne représenteraient que 0,062% des cas. (source Metro)

Même quand on est fragile du cœur ?

“Pour déclencher une fibrillation, qui est le premier stade avant l’arrêt cardiaque, il faut une décharge entre 50 et 100 milliampères, explique le docteur Gérald Kierzek, médecin à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris. Or, le Taser a une intensité de 2 milliampères.” Du côté des utilisateurs, l’engin a conquis son public.

“L’énorme avantage, c’est que le Taser est très sécurisant”, explique un policier. Les forces de l’ordre sont donc moins stessés, d’autant que le risque d’intervention physique est réduit : à la brigade anti criminalité de Lyon, la mise en service de l’appareil aurait même réduit le nombre d’arrêts de travail. Et pour les interpellés, “dès que le policier sort son Taser, une caméra enregistre la scène. De plus, chaque cartouche est marquée. Il y a une trace très précise de l’utilisation qui est faite de l’arme”, explique Antoine Di Zazzo.

Taser a mis le paquet pour attirer à lui, une clientèle féminine en sortant des modèles colorés ou à motifs « tendances ».


Ca vous rassure ?

Etes vous rassuré, vous, de savoir maintenant que n’importe qui, pourra avoir un taser dans sa poche ou dans son sac, soit pour se protéger et se défendre mais aussi, et il ne faut pas se le cacher, attenter à votre tranquilité. En même temps ils ont aussi « le droit » la possibilité davoir un flingue ou une matraque …

Autant, les agressions et menaces à l’arme blanche sont toujours d’actualité, autant je suis certain que des Taser circulent déjà sous le manteau, (comme le flashball) et que si ces jouets atterissent dans de mauvaises mains, ils deviendront à coup sûr les nouvelles « armes » des nouveaux bandits des villes qui attaquent sans états d’âme, les personnes agées, les femmes enceintes … les mêmes qui rackettent nos enfants à la sortie des écoles …

Alors pour ou contre le Taser, le débat reste entier …

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments