Mâles en péril : la fertilité des hommes en danger ?

Les substances chimiques dans l’environnement menacent la capacité de l’homme à se reproduire

 

Ils sont chercheurs et viennent de disciplines diverses. Tous sont tombés un jour sur le même résultat stupéfiant: Certaines substances chimiques fabriquées par l’homme peuvent agir comme des passes et actionner nos serrures. C’est ce qu’on a appelé des perturbateurs endocriniens.

Au total on en récence 104’000 substances synthétiques dont nous ignorons totalement les effets à long terme sur l’environnement et la santé. Or, malgré les propos rassurants des industriels, un nombre croissant de scientifiques s’en inquiètent.

Des chercheurs, confrontés à une augmentation du nombre de cancer des testicules, ont comparé 60 études publiées dans le monde sur la qualité des spermatozoïdes. Le résultat déclencha une vaste polémique scientifique: en 50 ans, le nombre de spermatozoïdes dans la population masculine avait baissé de 50%.

La cause? Un environnement saturé de produits chimiques. Les premiers responsables? Le distilbène (un médicament censé prévenir les fausses couches crée dans les années 50), les phtalates (présents dans le plastique notamment), et la bête noire des environnementalistes, le bisphénol A (utilisé dans les bouteilles et les biberons pour bébés).

Ces trois produits chimiques contiennent des hormones féminines de synthèses qui viennent « piéger » le système hormonal en le détraquant sur plusieurs générations.

Les doses mesurées sont extrêmement faibles, mais on commence à comprendre qu’en matière de perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui fait le poison, mais les âges de la vie et la durée de l’exposition d’un individu.

De plus en plus de scientifiques travaillent sur les effets de ces substances, et les preuves qu’ils accumulent contraignent les états à prendre des mesures. Même si le constat est sombre, les moyens d’action existent.


ARTE révèle (rediffuse ce vendredi) un nouveau scandale sanitaire dans . Une enquête édifiante sur limpact des composés chimiques sur la fertilité masculine.

Deux études, menées lune en France et lautre au Danemark, concluent à une baisse alarmante de la qualité spermatique. Soumises à de faibles doses datrazine, un herbicide très répandu, les jeunes grenouilles mâles deviennent hermaphrodites : leurs testicules contiennent des œufs.

Les perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A ont envahi notre quotidien : on les trouve dans les conserves, les bouteilles et les biberons en plastique, etc. On trouve désormais systématiquement des phtalates dans le sang humain. En cause : une exposition permanente à ces substances, présentes notamment dans les cosmétiques.

 

France, 2007, 52mn, ARTE F

 


BONUS: « Les Fils de l’homme » (8/10 IMDb)
Dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l’annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi. Au même moment, une femme tombe enceinte – un fait qui ne s’est pas produit depuis une vingtaine d’années – et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre….

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
11 juillet 2011 2 h 13 min

vu sur lemonde.fr super intéressant :

conditionsGEN
conditionsGEN
11 juillet 2011 2 h 25 min

A lire :
"Complot mondial contre la santé"
de Claire Séverac

zag
zag
11 juillet 2011 7 h 22 min

Que ces perturbateurs soit sciemment introduit dans les produits de grande consommation ou non, une chose est sûr, c'est qu'ils sont la cause de la montée de l'homosexualité (ou du moins, de la féminisation physique des hommes) partout dans le monde. Je le suis moi même don n'allez pas dire que je suis homophobe etc…

J'irais voir le reportage ce soir,

Anonyme
Anonyme
11 juillet 2011 10 h 57 min

Zag, tu as les seins qui poussent? Autrement si t'es maigre c'est de ta faute… Tu n'as cas faire + d'efforts physiques et manger plus.