Mariage pour tous : de l’inutile au désagréable

http://eveilpolitique.blogspot.fr/2013/04/mariage-pour-tous-de-linutile-au.html

Travail Famille Patrie 1941. Maréchal Pétain. France de Vichy; collaboration, nazi… petite idée étriquée des valeurs humaines, petit bout de la lorgnette, droits bafoués, homosexuels marqués d’un beau triangle noir : antisocial….

Voilà où nous ramène toutes ces discussions stériles sur le mariage entre partenaires du même sexe… Quelle importance fondamentale cela peut-il avoir pour ceux qui en font une croisade ? La France va s’écrouler si les homosexuels se marient entre eux ?

Une vague d’hommes et de femmes libidineux vont déferler dans les mairies et les églises pour pervertir le tissu social sain de notre communauté française ? Franchement c’est pathétique. Et quand les évènements de l’histoire s’écrivent sous nos yeux, mieux vaut en rappeler la genèse.

HISTOIRE DE L’HOMOSEXUALITÉ EN FRANCE

1789
Révolution Française,
abandon de la répression pénale de l’homosexualité.

1942
pour la première fois depuis la Révolution,
une loi introduisant une discrimination fondée sur
le sexe des partenaires est adoptée
. C’est l’amiral Darlan, assumant, la charge de chef du
gouvernement, des Affaires étrangères, de la Marine, de l’information et du secrétariat d’Etat à
l’intérieur qui en est l’initiateur. Il écrit une note le 14 avril 1942, à l’intention du gouvernement :  »
Mon attention a été attirée sur une importante affaire d’homosexualité où se trouvaient compromis
des marins et des civils […]. Les seules mesures de répression actuellement en mon pouvoir sont les
sanctions disciplinaires contre les marins. La législation actuelle ne permet d’effectuer aucune
poursuite contre les civils […]. L’impunité dont ils sont assurés encourage leurs agissements. Aussi je
demande au garde des Sceaux s’il ne serait pas opportun d’envisager une procédure et un texte de loi
permettant de poursuivre de la même façon les civils.  »

6 Août 1942
Loi n° 744, Pétain signe un texte de
loi portant la majorité sexuelle pour les actes
hétérosexuels à 15 ans et à 21 ans pour les actes homosexuels, réprimant insidieusement
l’homosexualité
. Dans les faits Vichy par des discours d’une violence extrême contribuera à
l’accroissement de l’homophobie qui se traduira par une violence exercée par toute la société au
quotidien sur les homosexuels.

8 février 1945
La continuation de l’ordre « moral » ambiant a permis à la loi de 1942 de faire partie des
textes maintenus par le Gouvernement de la Libération. Alinéa 3 de l’article 331 du Code pénal : « Sera
puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 60 FF à 15000 FF quiconque aura
commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe mineur de vingt et un ans ». Le
paragraphe 175 est maintenu en Allemagne. Les déportés homosexuel(le)s ne peuvent obtenir ni
reconnaissance ni indemnisation. La politique de l’après-guerre ne s’est donc pas caractérisée à une
approche plus conforme au respect des droits de l’homme, pourtant fortement réaffirmés dans la
constitution de 1946.

18 juillet 1960
Sous De Gaulle, l’amendement du député UNR de la Moselle, Paul Mirguet,
classe
l’homosexualité « fléau social »
et donne au gouvernement le droit de légiférer par décret pour la
combattre (4° de l’article unique de la loi n° 60-773 du 30 juillet 1960 autorisant le Gouvernement à
prendre, par application de l’article 38 de la Constitution, les mesures nécessaires pour lutter contre
les fléaux sociaux).

1968
La France adopte la classification de l’OMS classant l’homosexualité dans les maladies
mentales

1971
Création du FHAR, Front homosexuel d’action révolutionnaire

1978
Création du « Comité d’Urgence Anti-Répression Homosexuelle » (CUARH) destiné à lutter
conte l’article 331 du code pénal.

28 avril 1980
François Mitterrand
se prononce clairement en faveur de l’abrogation des
discriminations légales :
« Il n’y a pas de raison de juger le choix de chacun qui doit être respecté,
aucune discrimination ne doit être faite en raison de la nature des mœurs. J’en ai pris la
responsabilité »

23 décembre 1980
Le Gouvernement, après avoir proposé l’abrogation des dispositions pénales
anti-homosexuelles, recule devant la pression du groupe principal de la majorité, le RPR, mené par le
président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, Jean Foyer.

11 juin 1981
Le ministre de l’intérieur,
Gaston Defferre, supprime le groupe de contrôle des
homosexuels à la préfecture de police et les fichiers les concernant

12 juin 1981
Le ministère de la Santé n’accepte plus de prendre en compte l’homosexualité dans la
liste des maladies mentales de l’OMS
(Organisation Mondiale de la Santé).

1982
Le maire de Saint-Lumine-de-Clisson, en Loire-Atlantique, délivre un certificat de concubinage
à un couple lesbien, mais celui-ci se voit refuser le bénéfice des dispositions concernant les ayants
droit des concubins. Au même moment, les concubins hétérosexuels voient leur reconnaissance accrue
par l’article 16 de la loi n° 82-526 du 22 juin 1982 relative aux droits et obligations des locataires et
des bailleurs (« loi Quillot ») qui permet la continuation du bail par le concubin notoire du locataire
titulaire disparu ou décédé, s’il vivait effectivement avec lui depuis au moins un an.

1983
L’établissement français du sang exclu les homosexuels mâles de donner leur sang.

17 mai
1993
C’est, cette date qui servira pour la commémoration de la
journée internationale contre
l’homophobie
.
15 septembre 1995
la municipalité de Saint Nazaire est la première en France a faire signer en mairie
des certificats de concubinages pour les couples homosexuels. Quelques semaines après les six mairies
d’arrondissements de gauche de Paris suivront le mouvement
.
16 novembre 1999
« Pacte Civil de Solidarité »
PaCS
) est voté par l’Assemblée Nationale. Il ouvre
la voie à la reconnaissance par l’état, pour la première fois, avec entre autres, aux couples
homosexuels.

5 juin 2004
Noël Mamère célèbre dans sa mairie de Bègles le premier mariage civil Homosexuel en
France. Cette union sera définitivement annulé le 13 mars 2007 par la cours de cassation

ALORS ?
N’est-il pas temps d’entrer dans xxi ème siècle pour ceux qui s’y refusent ?

Révolutionnairement Vôtre

Boris Rannou

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Alcook
Alcook
26 avril 2013 19 h 52 min

Ce n’est pas à toi ni à tes copains libertaires et décadents de définir ce qui est « du XXIème siècle » et ce qui n’en est pas. Vous vous octroyez des droits comme des dictateurs et nous ne l’acceptons pas. Nous avons demandé à discuter la loi et le gouvernement n’a accepté de nous recevoir que 10 minutes. Nous avons demandé un référendum et le gouvernement nous a envoyé chier. Nous avons déposé 700 000 lettres en papier à titre de pétition et elles ont été jugées irrecevables. Nous avons été 1 400 000 à manifester calmement dans les rues de… Lire la suite »

You
You
27 avril 2013 18 h 24 min

C’est justement là un argument qui offre des ouvertures sans limites. L’argument du  » XXI ème siècle  » comme ci parce qu’on est aujourd’hui et qu’hier c’était ainsi alors il faut changer. Quand cela touche à la technologie, l’avancée médicale, aux choses quotidiennes, il est évident que nous avançons avec le temps. Personne ne vous dira le contraire, à part certaines communautés qui par choix ont décider de ne pas avancer à ces niveaux là. C’est leur choix. Mais quand vous utilisez cette argument pour autoriser ( puisque soyons claire, avant c’était interdit et mal vue ) l’homosexualité ( là… Lire la suite »