Mesrine à nouveau à la une

Qui était vraiment l’ennemi public numéro 1 ?

Jacques Mesrines : Criminel, Gangster et Hors-la-loi (Francais)
Né le 28 décembre 1936
Décédé le 02 novembre 1979 (à l’âge de 42 ans)

Jacques Mesrine (28 décembre 1936 – 2 novembre 1979) est un criminel français. Déclaré « ennemi public numéro un » au début des années 1970, « l’homme aux 1 000 visages » est notamment connu pour ses nombreuses évasions et ses nombreux hold-up. Fils d’honnêtes commerçants, c’est à Clichy qu’il grandit et qu’il se met à fréquenter les quartiers populaires de la capitale. Après avoir servi en Algérie, il se marie et part travailler au Canada au service d’un milliardaire qu’il enlève. Arrêté, il s’évade de prison et retourne en France où il commet de nombreux hold-ups. Il est arrêté par le commissaire Broussard une première fois en 1973, à son appartement rue Vergniaud dans le 13ème arrondissement de Paris. Cette arrestation restera célèbre puisque le truand ouvrit la porte aux policiers (après de longues heures de négociations à travers la porte) et leur offrit le champagne (Mesrine à Broussard : « Tu ne trouves pas que c’est une arrestation qui a de la gueule ? »).

Son incarcération au QHS (Quartier de Haute Sécurité) de la prison de la Santé est à l’origine d’un véhément combat qu’il entend mener afin de les faire supprimer (conditions de détention dégradante et inhumaine). Il parvient néanmoins à s’en évader le 8 mai 1978 accompagné de François Besse et de Carman Rives (ce dernier sera abattu par la ronde). Les conditions de son évasion restent à ce jour non élucidées mais il paraît évident que Mesrine aurait bénéficié d’une aide interne.

Il braque le casino de Deauville peu de temps après avec son compagnon de cavale, François Besse. Le braquage tourne mal mais les deux évadés parviennent à s’enfuir. Il continue les braquages (Société Générale de Drancy) tandis que la police fait montre d’impuissance à le localiser. Mesrine nargue les autorités en donnant des interviews à des journalistes. Le 10 novembre 1978, Mesrine essaie d’enlever le juge Petit (celui qui l’avait condamné à 20 ans de prison en 1977) mais l’opération est un échec, il parvient néanmoins à s’enfuir. Le 21 juin 1976, il enlève le milliardaire Henri Lelièvre et obtient une rançon de 6 millions de francs.

En septembre 1979, Mesrine tend un guet-apens au journaliste de Minute Jacques Tillier et le blesse gravement par balle. Le commissaire Broussard finit par repérer l’appartement du truand rue Bélliard, dans le 18ème arrondissement de Paris, fin octobre 1979. Au volant de sa voiture, il est encerclé par Broussard et ses hommes de la BRB(Briguade de répression du banditisme) le 2 novembre 1979 Porte de Clignancourt. Le camion bâché qui s’était immiscé devant son véhicule dissimulait des tireurs qui ouvrirent le feu. Sa mort est un premier cas de remise en cause de la légitime défense vis-à-vis de la police, qui aurait ouvert le feu délibérément et sans mise en garde. Il est enterré au cimetière Nord de Clichy-la-Garenne, la ville qui le vit naître.

Source : fr.wikipedia.org/…/wikipedia.org/wiki/Jacques_Mesrine

Le dossier Mesrine : assassinat ou légitime défense

Près de 30 ans après sa mort, Mesrine fait toujours parler de lui et les circonstances même de sa mort de restent encore sujettes à caution…

La carrière de Mesrine prend fin brutalement le 2 novembre 1979 à 15 heures 15 à Paris. Au volant de sa BMW immatriculée 83 CSG 75, le braqueur part en week-end avec sa compagne Sylvia Jeanjacquot. Porte de Clignancourt (XVIIIème), un camion les dépasse et une dizaine de véhicules de police banalisés les encercle. La bâche du camion bleu se relève. Quatre flics tirent.

Tué sur le coup. On relèvera vingt impacts de balles sur le pare-brise de la 528i, et cinq sur le toit. Sylvia Jeanjacquot s’en tire miraculeusement, grièvement blessée.

Point final ? Pas vraiment. Très vite des questions se posent sur les circonstances de la mort de Mesrine. Plusieurs témoins de la scène sont formels : les tireurs ont ouvert le feu sans avoir fait les sommations d’usage, et sans que Mesrine n’ait eu le temps d’amorcer le moindre geste. Or, le soir même, au cours d’une conférence de presse, le patron de la PJ, le commissaire Maurice Bouvier, explique que ses hommes ont tiré parce que Mesrine a tenté d’ouvrir sa portière.

Entre mars et mai 2000 – plus de 20 ans après les faits, la plainte des enfants de Mesrine qui dénoncent une « exécution », conduit à l’audition des flics de l’antigang. Or, les quatre tireurs livrent à la juge d’instruction des versions contradictoires. Un seul affirme notamment avoir crié Police !. Un autre évoque « une impatience venant de Matignon, voire de l’Elysée », à régler le cas Mesrine. Même si « aucune instruction d’abattre Mesrine » n’avait été donnée. Pas même une « instruction ambigüe ».

Deux jours après les faits, le procureur de la République de Paris monte à son tour au créneau. Avec Mesrine, on était « en état de légitime défense permanente ». A l’appui de ce nouveau concept pour justifier les tirs, il diffuse une cassette, un extrait du testament sonore de l’ »homme aux cent visages ».

Si les hommes de l’antigang n’ont pas reçu l’ordre formel d’abattre Mesrine, on leur a en revanche demandé d’ »en finir avec Mesrine » . Nuance. Il faut dire qu’en novembre 1979, cela fait déjà 18 mois que l’ennemi public N.1 s’est fait la belle. Dix-huit mois qu’il alterne braquages et interviews dans la presse. La police est ridiculisée. Le 2 novembre, elle n’a pas d’autre choix que d’ »en finir ».

Pour avoir cédé à la pression, les tireurs sont-ils pour autant sanctionnés ? Dix jours plus tard, les proches de Jacques Mesrine portent plainte pour assassinat, car il s’agit selon eux d’une exécution préméditée.

Le 1er décembre 2005, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris prononce un non-lieu général. Le 6 octobre 2006, la cour de cassation juge irrecevable le pourvoi de la famille Mesrine. L’action de la justice s’éteint définitivement.

Ultime recours des proches de Mesrine, leur avocate a saisi la cour européenne de justice.

Jacques Mesrine a été inhumé au cimetière nord de Clichy-la-Garenne (Seine-Saint-Denis), la ville qui l’a vu naître. La BMW 528i vert métallisé est restée sous scellés pendant 28 ans dans une fourrière de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), avant d’être broyée dans une casse d’Athis-Mons (Essonne).

source : Enquête, reportage : Anne Lamotte pour france info
plus d’infos sur le film : http://www.mesrine-lefilm.com/

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
23 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
KEMP
KEMP
26 octobre 2008 23 h 49 min

Il faudrais 100000 Mesrine pour remuer cette sociétée endormis.

Jacquot
Jacquot
5 novembre 2008 23 h 11 min

Clichy-la-Garenne dans les Hauts de Seine !!!

JOMES
JOMES
15 juin 2010 19 h 14 min

Mr MESRINE était un personnage fascinant comme rarement on a vu dans cette société de mer..

antho
antho
26 août 2010 2 h 47 min

et voilà ce qui arrive a celui qui décide de ne plus vivre comme un mouton!! paix à son ame!

MARIGHElLA
MARIGHElLA
14 décembre 2010 13 h 08 min

ASSASSINAT DE MESRINE : UN HASARD ? CERTAINEMENT PAS ; -FUSILS D’ASSAUT RECUS LA VEILLE (2 RUGER ET UN UZI , POURQUOI ? LES FRANCAIS RISQUAIENT DE S’ENRAYER ?) -BALLES A FRAGMENTATION : PLUS DE DEGATS BIEN SUR (SUR LES 18 RECUES , AUCUNE N’ETAIT ENTIERE DANS SON CORPS…) -BALLES A HAUTE VELOCITE : POUR QU’IL N’AIT VRAIMENT PAS LE TEMPS DE REAGIR.. -QUANT IL ETAIT AU VOLANT : ETANT ATTACHE PAR LA CEINTURE , IL NE POUVAIT RIPOSTER .. -TIREURS DANS LA CAMIONNETTE : EN CONTRE PLONGEE,PLUS FACILE QUE L’INVERSE.. -LA BALLE DANS LA TETE APRES LA FUSILLADE :… Lire la suite »

MARIGHElLA
MARIGHElLA
14 décembre 2010 13 h 30 min

MESRINE n’avait tué personne .il serait donc bien de demander au connard qui à décidé de son assassinat,suivez mon regard …, les vrais raisons .balestrazzi,broussard,et les 3 enculés dans le camion n’étaient que les serviteurs et chiens de garde du pouvoir et ont fait ce qu’on leur a demandé , avec zèle assurément au vu du résultat . concernant Mesrine : les gardes au canada , il n’en a tué qu’un et encore c’est pas sur ; les 2 l’auraient été par Mercier (un bon aussi lui…) -deslauriers : infirme certes mais milliardaire qui faisait venir chez lui des jeunes… Lire la suite »

YO
YO
14 décembre 2010 13 h 47 min

Vous etes pitoyable … rien de plus a dire

MARIGHELLA
MARIGHELLA
15 décembre 2010 13 h 23 min

c’est emmerdant, hein, de penser et de savoir surtout, que Mesrine n’était pas en fait ce pour quoi on a cherché à le faire passer .c’est chiant hein? tu devrais lire les bons bouquins plutot que croire et répéter les conneries de l’état et de ceux qui le servent . Mesrine était un gangster , ça c’est sur, mais c’est tout . ni un assassin et encore moins un ennemi public . c’est emmerdant ,hein, de penser qu’un état « démocratique » puisse en venir à faire flinguer un mec uniquement parce qu’il les emmerdait trop . Mesrine était la personnalité préférée… Lire la suite »

Tous pourris
Tous pourris
16 décembre 2010 12 h 17 min

Tu sais c’est marrant que tu parle de pensée par soi-meme et dans la meme phrase de dire de lire des bouquins pour ce faire une idée vrai. Personnellement c’est justement en lisant des bouquins que j’ai appris que parfois des auteurs raconte d’énorme conneries et obtiennent le soutien de « la majorité des français » comme tu dis Ce qui pour moi, qui me fabrique ma propre opinion, résume les choses simplement .Mesrine était un ganster, il imposait sa loi aux autre par la force (braquage, intimidation par les armes etc) Nous viverions mieux sans tous les gens agissant de près… Lire la suite »

MARIGHELLA
MARIGHELLA
16 décembre 2010 13 h 22 min

je comprends que tu penses à une contradiction mais non; je dis cela par opposition à la version de l’état (fausse et mensongère), à laquelle tu adhères à priori sans savoir certaines choses ,que tu trouveras donc des ces fameux bons livres . je respecte en effet Mesrine , qui il faut le savoir avait un très bon fond , même en tant que gangster . il était aimé des français à l’époque ; pourquoi ça ne serait plus valable ? avant son exécution , l’état , aidé par une certaine mauvaise presse , a désinformé, pour justifier ensuite de… Lire la suite »

kaerser
3 janvier 2011 23 h 23 min

Des ordures bref une chose et sur tu resteras un heros pour tout le peuple Francais moi tu es dans mes pensees et on t aimeras toujours a bientot jacques

MARIGHELLA
MARIGHELLA
24 mars 2011 13 h 41 min

Slt . une bonne fois pour toutes , il faut arrêter de dire des conneries du genre : ennemi public n°1 ou assassin à son sujet . il ne s’en prennait pas à la population ,bien au contraire, mais à l’état, aux institutions et aux riches évidemment ; DONC IL N’ETAIT PAS ENNEMI PUBLIC ; ce n’est que de la propagande d’état , relayée par une certaine presse ,plus pourrie qu’autre chose, qui servait en fait cet état . Ceci ne servait qu’à justifier de son élimination à venir… Quant à « assassin », jusqu’à preuve du contraire il n’a tué personne… Lire la suite »

ulrike meinhof
ulrike meinhof
17 juin 2011 13 h 19 min

il est bien évident que Jacques à été assassiné avec préméditation : croyez vous que ce soit par hasard qu'ils ont pris un camion avec des tireurs derrière, AVANT QUE CELA N'ARRIVE? c'est tout simplement parce que c'était prévu comme ça , alors qu'il était au volant , pour qu'il ne puisse pas riposter . giscard avait dit aux flics de ne pas prendre de risques : ils n'en ont pris aucun ça c'est sur . De plus ,avec des armes spéciales commandées pour l'occasion, car hors dotation dans la police, des munitions spéciales à fragmentation et haute vélocité .… Lire la suite »

Bergsmanoqp
25 octobre 2011 7 h 17 min

Receive here To Buy Ugg Boots!!!We are seller inventory kinds of UGG goods ,like UGG Boots,UGG Bags,UGG Slippers and UGG Accessories.The UGG Boots is fashionable close by in priceless colors, as UGG Boots are so peculiar from other Boots, thanks to their enticing side split and characteristic ligneous UGG button, you're forced to undergo in from the crowd when you corrupt a pair. Incredibly cultured, you can hold up them at calf length like the Time-honoured Short UGG boot, or modify them down since an ultra short ugg boots trendy look that will be the resent of all your friends.All… Lire la suite »

Dashan
Dashan
25 octobre 2011 9 h 17 min

ton robins des bois il a éclaté un journaliste : )

nouche
nouche
20 février 2012 12 h 08 min

jauré télement voulu rencontré mesrine se son des lache de lavoire abatue comme sa sen lui laiser aucune chance. brousard avé peur de mesrine sai pour sa quil la fait abatre comme un chien et en trétre il avé peur de se retrouvé en face de lui. on toublie pas jacques.

nouche
nouche
20 février 2012 12 h 14 min

j;aimeré bien rencontré sa femme sylvia jeanjacquot ou son assosié michel ardouin

Ulrike Meinhof
Ulrike Meinhof
31 juillet 2012 11 h 36 min

Mesrine n'a jamais prétendu être robin des bois, vous ne connaissez pas le sujet ; relisez ses interwiews. Même si certains clochards se sont réveillés avec une liasse de billets dans la poche, qu'ils détruisait des chèques signés pour qu'ils ne soient pas débités, que quand il braquait une banque il ne prenait pas l'argent des clients mais celui qui était déja derrière le comptoir etc. Quant à Tillier, quand on sert l'état à ce point, plutôt que d'informer simplement, ceci ne s'appelle pas du journalisme mais de la collaboration . De plus il racontait volontairement des conneries sur Mesrine… Lire la suite »

Anonyme
Anonyme
16 mars 2013 12 h 43 min

Il n’en reste pas moins que son assassinat à été « commandité » par l’élysée de l’époque : revoir les déclarations de … giscard lui même, bonnet, pellegrini, aimé-blanc, les témoins directs de cette exécution publique (non entendus par la justice, tu m’étonnes ) ainsi que les tireurs mêmes … qui contredisent tous broussard . actions illégales pour le localiser pas de sommations pas de légitime défense car il était attaché et ne pouvait donc pas riposter (il avait les 2 mains sur le volant quand ils ont tiré ) pas de grenades dans la sacoche … (et quand bien… Lire la suite »

andreas
andreas
31 janvier 2014 13 h 28 min

Assassiné à la demande de l’élysée et plus tard tous les flics tueurs (le commanditaire aussi donc …) protégés par la justice à qui on a demandé de ne poursuivre personne (béteille). De quel droit? C’est du totalitarisme. Faut-il le venger pour que la justice soit rendue comme il faut dans ce pays ? le temps n’efface rien, qu’ils se méfient …