Mort d’un chien en direct live

Voici ce que certains internautes recoivent dans leurs boites mails ou lisent sur la toile :

En 2007, Guillermo Vargas Habacuc, supposément un artiste, prit un chien abandonné dans la rue, l’attacha avec une très courte corde au mur d’une galerie d’art et le laissa mourir lentement de faim et de soif.

Pendant plusieurs jours, autant l’auteur de cette cruauté tout comme les visiteurs de la galerie d’art ont observé impassible l’agonie du pauvre animal jusqu’à sa mort d’inanition après avoir passé par un calvaire douloureux, absurde et incompréhensible

Ce n’est pas tout : la prestigieuse Biennal Centroaméricaine d’Art a décidé, de façon incompréhensible, que la sauvagerie que venait de commettre cet individu était de l’art et en conséquence, Guillermo Vargas Habacuc a été invité a répéter sa cruauté dans la version 2008 de l’événement. EMPÊCHONS-LE !

Signez cette pétition à cette adresse :
http://www.petitiononline.com/13031953/petition.html

(Je vous rappelle que ce texte n’est pas de moi, il s’agit d’une information qui tourne un peu partout sur internet, via les boites mails ou les sites de réseaux sociaux).

Pourtant, de nombreux internautes crient au canular. (Hoax).
Alors, info ou intox ??? Si vous avez des sources, n’hésitez pas à intervenir.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Yo J
Yo J
28 avril 2008 2 h 37 min

Dite moi que ce nest pas vrai sa.non mais la ou on va jespere que cest un fake.

Elodie
Elodie
3 mai 2008 4 h 23 min

J’ai entendu parler de ça l’an dernier. J’en étais outrée. Je crois même que des photos avaient parues (quand le chien était encore vivant, mais en mauvais état physique, et certainement moral aussi d’ailleurs). Une pétition avait déjà circulé pour condamner ce fameux « artiste ». Mais si il réitère cette année, et que les visiteurs de cette « galerie d’art » ne réagit toujours pas, alors c’est certifié (si ce n’est déjà fait), le monde porte de véritables cons (pour être polie) et l’humanité (si on peut encore employer ce terme dans ces cas-là) est vraiment vouée à l’échec.