Narayan Pargaien, journaliste indien, fait son reportage sur le dos d’un rescapé (Vidéo)

Et se fait ensuite licencier par la chaîne !

En reportage dans les zones sinistrées d’Inde après des inondations, ce journaliste a grimpé sur le dos d’un villageois rescapé pour rester au sec et ne pas mouiller ses chaussures. Le rescapé en question a reçu 50 roupies de la part de l’équipe de tournage (0,64 Euros).

Mise en ligne récemment, la vidéo a provoqué l’indignation, et son licenciement :

Pour se défendre, voici ce qu’a déclaré Narayan Pargaien :

« Ce n’était pas mon idée au départ, mais cet homme m’a emmené chez lui et m’a demandé de rapporter les dommages qu’il avait subis. »

« C’est une marque de respect à mon égard. C’était la première fois que quelqu’un de mon importance visitait sa maison. ll s’est montré très insistant, donc j’ai accepté ».

« C’est entièrement de la faute du caméraman, il a essayé de saboter ma carrière en filmant à cette distance et sous cet angle et en diffusant la vidéo. Il aurait du simplement faire un gros plan, sans montrer l’homme qui me portait ».

Source : Dailymail

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
27 juin 2013 14 h 46 min

Cheeeh les notables prennent trop les gens modestes pour de la merde là bas ça m’avait choqué quand j’y suis allée

Co
Co
27 juin 2013 14 h 51 min

Je vois pas où est le problème. Il a été payé pour.

ety
ety
27 juin 2013 16 h 10 min

Ya bien des femmes qui se font payer pour qu’on ai des rapports avec elles, je vois pas ou est le probleme (irony inside)

Toto
Toto
28 juin 2013 7 h 32 min

Classique en inde avec leurs histoires de castes et je ne sais quoi !

Un SDF qui crève dans la rue, en inde c’est normal puisque les gens considèrent que c’est son karma….

je connais beaucoup touristes revenus dégoutés par l’inde….
Très beau pays : couleur etc …mais humainement juste choquant !

J’en connais même certains qui n’ont pas supporter leurs vacances et sont revenus avec une semaine d’avance.