Qui est Omar M., le chauffeur qui a écrasé un automobiliste, et a-t-il été aspergé de gaz lacrymo ?

C’est l’affaire qui agite toute la France depuis plusieurs jours. Une simple altercation qui a eu lieu dans le 7è arrondissement de Paris, entre un chauffeur de car de la société City Sightseeing, et un automobiliste, qui s’est soldée par un dénouement tragique : la mort de l’automobiliste.

En effet, suite à l’altercation, le chauffeur de bus démarre le bus, projette l’automobiliste de 56 ans entre deux carrosseries et l’écrase, entraînant sa mort immédiate. Le chauffeur de bus a été interpellé pour « homicide volontaire ».

Une vidéo, capturée depuis des caméras de video-surveillance, a fuité sur Youtube dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2019. On y voit la scène de la dispute dans son intégralité, particulièrement choquante.

Attention, âmes sensibles s’abstenir.

Les deux hommes crient, en viennent aux mains et c’est là que tout bascule. Mais à la vue de cette scène, et suite à ce fait divers, plusieurs questions ont émergé sur la toile.

Qui est le conducteur du bus qui a écrasé l’automobiliste ?

Selon nos informations, il s’agirait d’un certain Omar M, de nationalité algérienne, né en 1973, âgé de 46 ans, et vivant en France. Il réside dans le XVe arrondissement.

 

Quelle était la réputation d’Omar M., était-il violent ?

D’après les premiers témoignages, personne ne l’avait jamais vu ni s’énerver, ni avoir de différend avec personne. Il s’agissait a priori d’une personne calme.

La plupart de ses collègues, chez City Sightseeing, la compagnie de bus qui employait le chauffeur, sont unanimes :

«On est tous sous le choc. C’est un mec super gentil. Doux. Qui ne s’est jamais embrouillé avec personne. On ne comprend pas ».

Dès lors, la question de son état psychique et physique sur le moment se pose…

 

Le conducteur de bus faisait-il le ramadan ?

C’est la question tabou qui reste pour l’instant sans réponse, et qui agite la toile, particulièrement dans les milieux d’extrême droite. Car si le conducteur de bus n’était pas de nature violente, était-il dans son état normal à ce moment-là, particulièrement face à une situation de stress (bouchons intempestifs dans Paris, travaux, et altercation…) ?

Le ramadan et les risques encourus au travail, un sujet encore tabou.

Avait-il toutes ses capacités physiques et mentales ? Hormis les bienfaits que peut apporter le jeune, qu’il soit religieux ou thérapeutique, le faisait-il, et si oui, ce genre de pratiques est-elle adaptée à ces corps de métier ?

C’est toute la question que vont se poser, ou pas, les enquêteurs, et les pouvoirs publics.

 

L’automobiliste a-t-il aspergé le chauffeur du bus ?

Enfin, c’est l’autre question qui agite la toile et qui pourrait apporter des circonstances atténuantes au chauffeur du bus. Car sur la vidéo, on distingue très vaguement un jet projeté par l’automobiliste sur le conducteur de bus, puis des crachats, de la part de l’automobiliste.

Or, s’il s’agissait d’un gaz lacrymogène, cela pourrait expliquer l’enchaînement des événements : le chauffeur de bus, aveuglé et paniqué par le gaz lacrymo, et alors que les roues étaient tournées dans le mauvais sens, vers la gauche, a tenté de s’extirper de cette agression en redémarrant son bus, hélas, tourné vers l’automobiliste.

Ca buzze


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *