Pourquoi le sequel avorté de Gladiator est une aubaine

Pourquoi le sequel avorté de Gladiator est une aubaine

La suite qui ne verra à priori jamais le jour introduisait un Maximus immortel avec pour mission d’assassiner Jésus…

Fort du succès du premier opus sorti il y a déjà treize ans, l’acteur Russel Crowe y voyait à l’époque matière à une suite dont le script fait aujourd’hui les choux gras de la presse spécialisée.

C’est le quotidien britannique The Guardian qui relate cette anecdote – qui prête à sourire – dans ses colonnes. On apprend ainsi qu’après le succès détonnant rencontré par le peplum de Ridley Scott, Crowe a pris contact avec son chanteur d’ami Nick Cave (un quasi nobody dans l’univers de l’écriture scénaristique) dans l’optique de coucher sur papier une suite à Gladiator.

C’est au détour d’une récente interview donnée au podcast de Marc Maron que le chanteur des Bad Seeds (Nick Cave) s’est fendu de ladite anecdote, expliquant que Crowe l’avait appelé en 2009 avec pour lourde responsabilité d’écrire le scénario de Gladiator 2. « Pour moi qui n’avait écrit qu’un seul film à l’époque [NDLR : le film de prison de John Hillcoat Ghosts… of the Civil Dead (1988)], c’était une sacrée responsabilité. En plus, je lui ai rappelé qu’il mourait à la fin de Gladiator. Il m’a répondu ‘Ouais, tu vas devoir résoudre ça.’ », raconte le chanteur.

C’est donc très loin du ton sobre du premier que le second devait s’orienter : le personnage de Maximus voyant temporairement son âme élire domicile au purgatoire, les dieux, craignant la fin de leur existence devant la notoriété grandissante d’un dieu unique en la personne de Jésus Christ, renvoient le général Maximus sur Terre afin d’en découdre avec ce dernier ainsi que ses ouailles.

Confondant d’absurdité, le dénouement final s’attardait sur une scène de bataille de vingt minutes où toutes les guerres de l’histoire jusqu’au Viet-Nam étaient presentées, avec pour chute un twist-ending des plus dispensables où le messie s’avérait être le fils de Maximus, celui-ci découvrant s’être fait tromper par les dieux…

Lucide, Cave a confié s’être amusé à travers l’écriture du scénario devant l’improbabilité de son adaptation. Si Ridley Scott a tenté par la suite de remanier le script, Rusell Crowe n’y est pas allé par quatre chemins en se fendant d’un simple « J’aime pas, mec » à destination de l’intéressé.

Si le film avait vu le jour, il aurait été baptisé Gladiator: Christ Killer.

Ci-dessous, le script (en anglais) ubuesque qui fort heureusement ne verra jamais le jour :

Gladiator 2 by Nick Cave

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
trollpossibility
trollpossibility
15 juillet 2013 19 h 20 min

dommage,j’imaginai déjà le bordel provoquer::gros kiff peut-être même la manif pour tous dessus(giant troll inside)

zeze
zeze
15 juillet 2013 20 h 14 min

Si il y a Hulk dedans, je vais le voir.

Anonyme
Anonyme
16 juillet 2013 5 h 01 min

on sait deja a la fin que c’est will smith qui aurait tué les extra terrestres , les zombis et tous les mechants

zeze
zeze
16 juillet 2013 13 h 51 min

Manque plus que Steven Seagal et je prends un abonnement UGC illimité. 😀

dd
dd
16 juillet 2013 19 h 08 min

Ça avait l’air beaucoup mieux que le premier qui est à chier

boweer
boweer
16 juillet 2013 21 h 08 min

90% des films cultes étaient donnés d’avance pour un fiasco….j’aurais bien voulu voir le résultat de ce projet!

melpheos
melpheos
16 juillet 2013 23 h 02 min

c’est pas Maximus, c’est Kratos leur truc