Quand Spiderman se retrouve au chômage

Le super héros aussi perd son emploi à cause de la crise

Grosse émotion aux États-Unis, où le chômage est à nouveau devenu un fléau national. La dernière édition du magazine en bandes-dessinées des éditions Marvel présente la doublure du héros en costume, Peter Parker, photographe officiel du maire de New York, confronté aux dures réalités des sans-emploi.

« Il va se battre contre le chômage et tenter de sauver la ville alors qu’il est à peine dans la possibilité d’avoir un toit au-dessus de la tête », explique le rédacteur en chef des éditions Marvel, Steve Wacker. Dans ce numéro, le pauvre homme est obligé de jongler avec les factures et de rafistoler son costume avec des bouts de ficelle.

Les histoires de Spiderman, dont la première est parue en 1963, sont pour la plupart orientées vers les problèmes de société américains, et c’est une des raison de leur grand succès auprès du public. Peter Parker a toujours eu les soucis de ses contemporains, des difficultés pour rencontrer l’âme sœur et subvenir aux besoins d’une vieille tante malade.

Ses super pouvoirs lui viennent du temps de ses études, où il fait l’objet d’une expérience en laboratoire. Peter Parker est mordu par une araignée radioactive et acquiert sa force et son agilité. Il est également capable de générer des fils qui lui permettent de s’accrocher partout et de grimper au mur sur les tours de Manhattan.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
broke
broke
3 mars 2010 11 h 49 min

Chouette article! 🙂

charles martel
charles martel
3 mars 2010 15 h 37 min

l article vole haut tres haut ….EVO continuez ….ya du lourd dans vos article sa va loin ….et super interessant

Anonyme
Anonyme
3 mars 2010 20 h 42 min

Photographe officiel du Maire de NY? ha bon??

Batcouille
Batcouille
3 mars 2010 20 h 49 min

Comme d’hab, des cas sociaux dans les commentaires… Sympa tes billets Philou !

Et puis ça fait plaisir d’entendre parler de la concurrence. Mouahahhahahaha !