Requip : Le médicament qui rend fou ?

http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0

Un patient le rend responsable d’une addiction au sexe et au jeu

Traité en 2005 grâce au Requip de GlaxoSmithKline pour une maladie de Parkinson, Didier Jambart a l’impression d’avoir vraiment pété un plomb avec ce médicament, qui l’aurait transformé en joueur compulsif, jusqu’à se sentir contraint de frauder des cartes bancaires pour assouvir sa manie. Pire, il développe une hypersexualité qui le conduit à se travestir, changer de partenaire, s’exhiber sur le Web, jusqu’à chercher à se faire violer…

« Ce médicament m’a rendu fou. J’étais sur le point de tuer quelqu’un. Il me fallait de l’argent », explique ce bon père de famille, responsable d’une association sportive, et impliqué dans la vie municipale… De surcroît, ses frasques lui ont valu de perdre son habilitation confidentiel défense et son travail ! Une requête sur Internet le conduit à prendre connaissance de cas similaires dans le monde, notamment en Amérique du Nord, où le produit est beaucoup critiqué (cf. la deuxième vidéo, parodie publicitaire).

Les avocats du malade réclament 450.000 € de dommages et intérêts pour vice caché dans le médicament, et défaut d’information, car ces effets non désirés, bien que dûment répertoriés, ont été présentés dans la notice bien des années plus tard.

Pour en savoir plus : AFP, Europe1, 20minutes, France-Soir.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments