Faute d’assistance respiratoire, un décret autorise la sédation

C’est une révélation choc qu’a faite un médecin de confession juive sur Radio Shalom : faute de place en réanimation dans certains établissements, un décret datant du 28 mars 2020 autorise l’injection de Rivotril, sur simple ordonnance, afin d’endormir définitivement le patient atteint de COVID-19.

Nous sommes allés vérifier à la source et, effectivement, ce décret existe bien. Que l’on soit une personne religieuse ou pas, et quelque soit nos principes respectifs, imposer la mort faute de moyen dans l’une des plus grandes puissances du monde, et par ailleurs l’un des pays qui taxent le plus au monde, paraît totalement hérétique.

Il semblerait donc que l’euthanasie ait été légalisée en France, sans l’accord préalable du patient, et sans en avoir informé ni demandé l’avis des citoyens français.

Ceux qui ont perdu un proche en soins « palliatifs » le savent, ce genre de pratiques existaient déjà de manière officieuse : les médecins disent aux proches que le patient est parti en 3 jours à cause de la maladie (alors qu’il tient le coup depuis des années et qu’il ne présente pas de souffrances insurmontables à l’instant T), et dans les faits, le patient a en fait été endormi via un sédatif injecté sous le manteau, au nez et à la barbe des proches.

Ensuite, pour en savoir plus sur les circonstances du décès, il faut faire une demande lourde auprès de l’établissement de santé, qui a le droit de ne fournir qu’une partie du dossier médical.

Sans commentaire.

Et pour couronner le tout :

Vous voulez un scoop ? Voici ce que j’apprends à l'instant d’un grand médecin : "L'ampoule de Midazolam vient juste de…

Posted by Zoé Sagan on Wednesday, April 1, 2020

Noter la qualité du post

1
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de