Shanghai chinoise avec un très gros problème de pollution

L’enfer quotidien dans la ville de l’exposition universelle

C’est un reportage de la deuxième chaîne allemande de télévision, mais nul besoin d’être un expert dans la langue de Goethe ou de Confucius pour comprendre les enjeux du développement économique de la Chine. La ville qui accueille l’exposition universelle veut présenter l’image d’un pays neuf à ses visiteurs, mais ses habitants reçoivent les contradictions de la modernisation à outrance en pleine face.

Le premier personnage est un homme de 79 ans, né dans cette ville alors qu’elle ne comptait que 10.000 habitants… Ils sont près de 3 millions à l’heure actuelle, et depuis un promontoire, il montre à la caméra tous ces gratte-ciel qui bouchent aujourd’hui l’horizon. « Avant, les rues étaient en sable, elles sont maintenant toutes couvertes d’asphalte ». Le changement est important. En contrebas, le Fleuve Jaune charrie les rejets industriels sous le regard médusé de ses riverains.

« C’est le pire climat que j’aie pu voir au monde, renchérit la deuxième personne interrogée. Ce n’est pas seulement la saleté, c’est aussi la pollution de l’air, la sécheresse… J’ai des problèmes de respiration » ! L’harmonie, l’un des fondements de la civilisation chinoise, n’est selon un troisième individu, pas respecté dans le processus de modernisation de Shanghai, à cause du manque d’information et de participation des premiers concernés.

Tout est décidé d’en haut, sans considération apparente de la population. Un ouvrier sur un chantier avoue n’avoir aucune idée de ce qu’il aura construit. Des dizaines de millions sont investis dans des projets parfois destructeurs, comme l’arasement d’une colline proche pour laisser un passage au vent dominant qui doit nettoyer la ville de sa pollution…

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
kanareef
kanareef
29 avril 2010 17 h 50 min

Putain mais c’est dans des reportages comme ca qu’on se rend compte de la connerie humaine… moi je dis, sans l’ecologie ia pas d’avenir!

Gogus
Gogus
29 avril 2010 18 h 55 min

La prise de conscience arrive un peu tard. Ce reportage ne fait qu’un constat local. Regardez vite fait sur http://www.planetoscope.com/developpement-durable ou sur http://www.worldometers.info/fr/ pour voir où nous en sommes aujourd’hui. On ne peut même plus dire que les statistiques présentées sont alarmantes, elles sont tout simplement hallucinantes.