Tal et Irma présentent le visuel du titre « Streets Of Philadelphia » (Clip, Paroles)

Pour célébrer les 120 ans du cinéma, plusieurs artistes ont interprétés des titres des grands films comme Flashdance, Robin des Bois, …; Les chanteuses Tal et Irma ont repris le titre de Bruce Springsteen intitulé « Streets Of Philadelphia », issu du projet  « Les Stars font leur cinéma » qui sera disponible le 27 avril prochain. Le titre est paré d’un clip officiel. Dans le clip, on retrouve Tal et Irma dans la rue de Philadelphie. Le clip est signé  Matthieu Allard pour IDZ Productions.

Visionnez le clip officiel « Streets Of Philadelphia » de Tal et Irma

Paroles de Streets Of Philadelphia

I was bruised and battered, I couldn’t tell what I felt.
I was unrecognizable to myself.
Saw my reflection in a window and didn’t know my own face.
Oh brother are you gonna leave me wastin’ away
On the streets of Philadelphia.

I walked the avenue, ’til my legs felt like stone,
I heard the voices of friends, vanished and gone,
At night I could hear the blood in my veins,
It was just as black and whispering as the rain,
On the streets of Philadelphia.

Ain’t no angel gonna greet me.
It’s just you and I my friend.
And my clothes don’t fit me no more,
A thousand miles
Just to slip this skin.

Night has fallen, I’m lyin’ awake,
I can feel myself fading away,
So receive me brother with your faithless kiss,
Or will we leave each other alone like this
On the streets of Philadelphia.

Traduction de Streets Of Philadelphia

J’étais blessé et épuisé, je n’arrivais pas à exprimer
Ce que je ressentais
Je ne me reconnaissais plus
J’ai aperçu mon reflet dans une vitre, et je n’ai pas
Reconnu mon propre visage
Oh, mon frère est-ce que tu vas me laisser
me perdre
dans les rues de Philadelphie ?

J’ai descendu l’avenue jusqu’à ce que mes jambes soient lourdes comme de la pierre,
J’ai entendu les voix d’amis disparus et envolés depuis longtemps
La nuit, j’arrivais à entendre le sang qui battait dans mes veines
Noir, et chuchotant comme la pluie
Dans les rues de Philadelphie

Aucun ange ne m’accueillera donc ?
Il ne reste plus que toi et moi, mon ami
Mes habits ne me vont plus
J’ai marché des milliers de kilomètres
Je n’ai plus que la peau sur les os

La nuit est tombée, je suis allongé et éveillé
Je me sens partir loin
Alors, reçois moi, mon frère, avec ton baiser déloyal
Ou allons-nous vraiment nous laisser seuls comme ça,
Dans les rues de Philadelphie ?

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments