Un faux bidonville pour touristes de luxe

En Afrique du Sud la chaîne hôtelière de luxe Emoya Hotel & Spa propose à ses clients fortunés de passer une nuit dans un faux bidonville situé dans le domaine sécurisé de l’hôtel…

Une démarche osée dans un pays où le salaire moyen tourne autour de 120€… Il vous en coûtera la moitié de cette somme pour vivre l’expérience « comme dans un vrai bidonville » sans pousser le réalisme trop loin tout de même – les chambres, relativement douillettes, disposent même du Wifi:

bidonville1

bidonville2

On appréciera d’autant plus la campagne publicitaire de l’hôtel autour de son installation dans un pays où 12 millions d’habitants vivent dans de « vrais » bidonvilles:

« Vivez l’expérience unique de passer la nuit dans notre bidonville où vous devrez utiliser les fameuses latrines et faire votre propre feu pour chauffer l’eau de votre traditionnel « donkey ». Voici le premier bindonville du monde qui dispose du chauffage au sol et d’un accès Wifi à internet. »

Sources:
Le site de l’hôtel en question
Gizmodo

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Didier P4
3 décembre 2013 9 h 00 min

C’est bien plus confortable que ma maison ! J’ai encore les toilettes au fond du jardin.

toby
toby
3 décembre 2013 11 h 04 min

Une honte.

Veritas
Veritas
3 décembre 2013 11 h 11 min

Et ouais! L’être humain dans toute ça vanité! Le summum de l’irrespect! Mais bon, vous allez dans certains pays en Afrique, les riches mange des plateaux de homard dans des hôtels 5 étoiles climatisés et juste de l’autre côté de la vitre vous avez des enfants qui crèvent de faim. Et il ne faut surtout pas les regarder. Mais tant qu’il y aura des gens pour aller dans ces pays faire du tourisme!

Nonyme
Nonyme
3 décembre 2013 11 h 38 min

Pour le même prix, on pourrait aussi leur faire vivre une invasion dee soldats qui viennent détruire le village et tuer tous le monde, avec de vrais balles évidemment…

Anonyme
Anonyme
3 décembre 2013 14 h 13 min

Une vraie honte