VIDEO Le fou rire d’une journaliste face à un historien conservateur sur la chaîne Rotana TV

Saleh al-Saadoon, un historien est venu expliquer les raisons de certaines traditions et règles de vie appliquées aux femmes en Arabie Saoudite, sur le plateau de l’émission de Nadine al-Badeir, sur la chaîne Rotana TV. Quand l’historien a expliqué qu’en interdisant aux femmes de conduire une voiture, l’Arabie Saoudite veille juste à ce qu’elle ne se fasse pas violer en cas de panne, la journaliste n’a pas pu s’empêcher de lâcher un rire moqueur.

Eviter un viol en cas de panne

L’historien commence à argumenter son exposé de la manière qui suit :

« Les femmes peuvent monter un chameau, alors on peut se demander ce qui les empêche de conduire une voiture. En Arabie Saoudite, nous avons des circonstances particulières. La ville d’Arar est située à 150 km d’Al-Jawf. D’Al-Jawf jusqu’à Al-Hail, il y a 400 km. Si une femme se déplace d’une ville à l’autre et que sa voiture tombe en panne, que va-t-il lui arriver ? »

Mais quand la journaliste lui répond que partout dans le monde arabe et même en Europe, il y a des femmes qui conduisent, l’historien de répliquer sans sourciller :

« Elles se fichent d’être violées sur le bord de la route, nous non… »

Des conductrices étrangères

Connue pour ses positions en faveur des droits des femmes dans son pays, Nadine al-Badeir est allée jusqu’au bout de ses pensées en demandant à l’historien ce qu’il pensait alors des chauffeurs attribués aux femmes en Arabie Saoudite, capables eux aussi d’acte de viol.

« Vous avez peur qu’une femme se fasse violer par des patrouilleurs, mais vous n’avez pas peur qu’elle se fasse violer par son chauffeur ? »

Et c’est la solution proposée par l’historien qui a fait éclater de rire la journaliste.

« Evidemment que si. Il y a une solution (…) c’est de faire venir des conductrices étrangères pour conduire nos femmes. »

Extrait de l’interview de l’historien sur Rotana TV

0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Blackkout
Blackkout
24 février 2015 11 h 32 min

Voilà un pays qui n’a rien compris… On puni la « futur » victime au lieu du violeur, je rêve, le pire c’est qu’il essaye de convaincre avec des arguments pitoyable.