Votre maladie nous intéresse

Notre médecine est-elle
irréversiblement gangrenée par le marketing ?

Symptôme alarmant, le scandale du Mediator révèle que les intérêts économiques prennent aujourd’hui le pas sur les impératifs de santé publique. Enquêtes.

 


Audition Médiator

Suite au scandale du Médiator et dans le cadre de la refonte de la chaîne de contrôle des médicaments voulue par le gouvernement, la mission d’information commune du Sénat  » Médiator : Evaluation et contrôle des médicaments  » auditionne plusieurs personnalités du monde médical.

Objectif : mieux comprendre comment le scandale du Médiator a pu se produire et revenir sur les responsabilités des structures médicales.

2011/02/01
Anne Castot
2011/02/08
François Rousselot et Isabelle Adenot
2011/02/16
Didier Houssin
2011/02/23
Bruno Toussaint et Pierre-Louis Druais

2011/03/08
Claude Huriet et Eric Abadie

2011/03/16
William Dab
2011/03/24
Philippe Bas
2011/03/29
Dominique Maraninchi et Fabienne Bartoli
2011/03/31
Daniel Vittecoq et Jean-François Bergmann

2011/04/06
Représentants d’associations de patients

2011/04/12
Louis Merle et Antoine Vial
2011/04/14
Anne Laude et Bernard Bégaud

2011/04/28
Irène Frachon


Conférence
Irène Frachon « Mediator, combien de morts? »

 


Mediator, histoire d’une dérive

Le 30 novembre 2009, le Mediator, élaboré par le groupe Servier, prescrit dans le traitement du diabète mais aussi vendu comme coupe-faim, est discrètement retiré du marché après trente-trois ans. Douze ans plus tôt, l’Isoméride, un produit très voisin du même laboratoire, avait pourtant été interdit en raison des risques pulmonaires et cardiaques induits pour le patient.

Comment Servier, aujourd’hui inculpé d’homicide involontaire et de « tromperie », a-t-il pu commercialiser aussi longtemps le Mediator, causant de 500 à 2 000 morts et infligeant de graves séquelles à des milliers de patients ?

La colère des victimes

Comme le démontre cette enquête, sur la base de témoignages et de documents en partie inédits, ce médicament n’aurait jamais dû être autorisé, le laboratoire ayant dès 1976 ignoré une étude niant son efficacité. Mais ce dernier n’est pas l’unique responsable. Alors que les signes de danger se multipliaient dans les années 1990, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) n’en a tenu aucun compte.

Qui doit payer ?

Remboursé par la Sécurité sociale à 65 %, pour un prix de 5 euros, le « coupe-faim du pauvre » a continué d’empoisonner des milliers de personnes. Il sévirait encore sans la franc-tireuse Irène Frachon, la pneumologue du CHU de Brest qui a accumulé les preuves médicales à son encontre, puis fait éclater le scandale pour réclamer l’indemnisation des victimes.

Médiator est une enquête rigoureuse sur le scandale des laboratoires Servier et les conflits d’intérêt qu’il a révélés au coeur de notre système de santé


Documentaire de Bernard Nicolas et Kader Bengriba (France, 2011, 52mn)
Coproduction : ARTE France, Impact Presse

 


 


Maladie à vendre

Comment l’industrie pharmaceutique fabrique des malades à grand renfort de marketing avec la complicité des autorités et des médecins.

Jusque dans les années 1980, l’industrie pharmaceutique orientait ses efforts vers la guérison des maladies existantes, même si les pathologies affectant les populations pauvres, comme la malaria, étaient négligées parce que peu rentables.

Les laboratoires pharmaceutiques inventent des maladies

Désormais, pour garantir leurs retours sur investissement et recycler leurs médicaments, les firmes inventent des pathologies, si possible chroniques. Une publicité déguisée en information médicale, doublée d’un intense lobbying, se charge de les « vendre » au grand public et aux praticiens.

Ce film – auquel l’industrie a refusé de participer – démonte les mécanismes d’une médecine sous l’emprise du marché.


Documentaire d’Anne Georget (France, 2011, 55mn)
Coauteurs : Mikkel Borch-Jacobsen et Anne Georget
Coproduction : ARTE France, The Factory

 


Source : Arte.tv

 


Bonus:

« Les accros aux pilules magiques – Jeunes , intelligents, performants »

Rester jeune et performant, augmenter ses capacités intellectuelles, se passer de dormir : grâce aux nouveaux médicaments, véritable dopage au quotidien, ces exigences sont pour certains devenues réalité.

En France, des cadres se concoctent des cocktails de médicaments pour travailler plus de 24 heures d’affilée. Aux États-Unis, c’est la Ritaline, censée lutter contre l’hyperactivité, qu’on prend pour obtenir de bons résultats scolaires. Dans le monde entier, le Viagra est détourné de ses effets contre l’impuissance pour «booster» une sexualité non défaillante.

L’enquête de Laurent Lunetta explore, de la France jusqu’aux Etats-Unis, ces nouvelles pratiques. Il illustre son reportage d’images de «pharming parties» américaines, où des adolescents se défoncent ensemble avec des médicaments volés à leurs parents.

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
rue des sauveteurs
rue des sauveteurs
15 novembre 2011 13 h 22 min

Bel article très complet mais pas le temps de tout lire et voir