WikiLeaks les bons tuyaux

Tout révéler sans dévoiler ses sources, telle est la philosophie de WikiLeaks


À partir d’interviews de ses principaux activistes, dont celle de son porte-parole Julian Assange, et autour d’une enquête inédite sur le rôle joué par le militaire américain Bradley Manning, seul informateur présumé poursuivi par la justice, ce documentaire raconte l’histoire du site organisateur de fuites et ses dessous.

Entre novembre 2009 et mai 2010, WikiLeaks accède d’un coup à la célébrité planétaire en publiant des dépêches confidentielles diplomatiques ou militaires, notamment sur les méthodes de l’armée américaine dans la guerre d’Irak. Ayant choisi pour relayer ces infos des médias aussi connus que le Guardian, le New York Times, le Spiegel ou Le monde, WikiLeaks se forge une réputation de sérieux. Et si les pouvoirs publics le dénoncent comme dangereux, beaucoup saluent cette nouvelle forme de transparence du journalisme numérique.

Quand le rédacteur en chef et porte-parole du site, Julian Assange, est poursuivi par la justice suédoise pour viol et agression, ils sont nombreux aussi de par le monde à soupçonner des accusations montées de toutes pièces pour faire taire un moderne croisé de la vérité.
Arrêté en Grande-Bretagne, Assange donne dans le documentaire ci-dessous sa première interview depuis sa libération sous caution avec obligation de porter un bracelet électronique.

Source : TVmag.LeFigaro.fr / Arte.tv


Bonus:

 
Un demi-siècle de propagande gouvernementale et de manipulation des médias ont entraîné la nation américaine dans plusieurs conflits armés, de la guerre du Vietnam à l’invasion de l’Irak.
Ce film divulgue en détail comment les médias d’information américains ont, sans discernement, relayé les messages pro-guerre des administrations présidentielles successives. Guidé par les recherches minutieuses et les analyses sévères du spécialiste des médias Norman Solomon.
Ce film a remporté le Grand prix du Festival international du film des doits de l’homme 2008 (FIFDH) dans la catégorie « Dossiers et Grands reportages.

1/4
2/4
3/4
4/4
0 0 votes
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
grit
grit
15 février 2012 18 h 32 min

Intéressant tout ça, je vais me faire une soirée docu grâce à toi, merci, par ailleurs le thème me fait penser à l'excellent docu de Chomsky "la manufacture du consentement".

MisterProvoc
MisterProvoc
15 février 2012 21 h 35 min

Trop drôle Wikileaks.
Quand ils dénoncent des politiciens, tout le monde applaudit.
Quand ils disent que Steve Jobs était séropositif depuis 8 ans, tout le monde nie !

melpheos
melpheos
16 février 2012 10 h 36 min

Moi ce qui me dégoute c'est qu'un des responsables de wikileaks se soit barré en effaçant toutes les données relatives à Bank of America…
Je pense plutôt qu'il a eu une offre sympa de la part de BOA et est partis avec un paquet de pognon sur un compte offshore

MrKrylau
16 février 2012 11 h 23 min

… données relatives à Bank of America … – > 2010/12 Julian Assange affirme qu'il publiera début 2011 des documents compromettants pour la direction d'une "grande banque américaine", sans la nommer… il affirmait détenir "5 gigaoctets de données provenant de Bank of America, du disque dur d'un de ses dirigeants"… il affirmé aussi son organisation faisait l'objet d'"attaques" menées par plusieurs banques. "Nous avons été attaqués, pas essentiellement par des gouvernements, pas essentiellement par le gouvernement américain, même si les choses sont en train de chauffer maintenant, mais par des banques"… … Dans un communiqué reçu par l'AFP, Bank of… Lire la suite »

MrKrylau
16 février 2012 11 h 38 min

> 2011/08/25 Après avoir confirmé à Reuters être à l’origine de la destruction de plus de 3500 documents, dont des données confidentielles sur Bank of America, l’ancien porte-parole de Wikileaks Daniel Domscheit-Berg (connu sous l'acronyme DDB) affirme le contraire un jour plus tard. "Il n’y a jamais eu de documents sur la Bank of America dans ceux que j’avais … De ce que j’ai vu, seuls 10 à 20% des documents étaient dignes d’intérêt. Les plus significatifs ont été extraits et publiés par Wikileaks en 2010. Ce qu’il restait, je l’ai détruit." A l’origine de sa décision, affirme-t-il: des doutes… Lire la suite »

Moutemoute
Moutemoute
17 février 2012 13 h 38 min

Blablabla, tout ce qu'on voit c'est qu'il avait promis des gros dossiers et que les gros dossiers sont jamais arrivés… va te coucher julian…

AnoNynox
AnoNynox
17 février 2012 17 h 21 min

Et donc MisterProvoc ??

MisterProvoc
MisterProvoc
18 février 2012 2 h 22 min

@AnoNynox
Désolé, je suis allé me branler un coup, c'est trop chiant à lire ce qui s'est dit…

MrKrylau
18 février 2012 2 h 43 min

@MisterProver … je suis allé me branler un coup, c’est trop chiant à lire …
> Une réponse qui résume bien ton niveau de prise de parole