Zurich : La prostitution VS drive-in

Il est loin le temps où quand vous vouliez avoir recours à une prostituée, il vous fallait vous taper  » la marche de la honte », vous balader dans des endroits glauques, des bois, des endroits miteux.

Ensuite vous deviez choisir  » la » personne qui vous plaisait, négocier les prix, revenir bredouille parce que les prix étaient pas assez  » bon marché »

C’est fini tout ça !! En effet, La Suisse a innové sur ce plan là !

Maintenant, il vous suffit de vous rendre dans le secteur  » approprié » à Zurich, suivre un parcours fléché avec des jolies dames sur le bord de la route. Vous choisissez votre dame, nous négociez à votre aise avec elle, et ensuite direction la « box ». En gros, vous restez dans votre voiture, vous la parquez dans un genre de « car-port » ( voir image), vous faîtes votre  » affaire » et puis basta !

Les règles sont bien claires :

– pas de caméra, appareil photo, micro
– être seul à bord de sa voiture
– suivre à la lettre le parcours fléché
– avoir 18 ans

Attention, pour les gens qui préfèrent l’ancien système, des petits cabanons sont mis à disposition pour passer quelques minutes avec une dame hors de votre voiture… Mais il vous faudra sortir quelques billets en plus de votre portefeuille !

Conclusion ? On parlait déjà de l’industrialisation du sexe, mais il est clair qu’on passe un cap plutôt étonnant. A quand les machines qui prendront la place de ces dames ?

SEXBOXEN, PROSTITUTION, STRICH, STRICHPLATZ, VERRICHTUNGSBOXEN,

CarPortdrivesex

box

CarPortsexdrive

0 0 vote
Évaluation de l'article

Noter la qualité du post

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Jean-Mouloud
Jean-Mouloud
27 août 2013 16 h 15 min

Faut aimer la proximité

Zac
Zac
27 août 2013 16 h 36 min

@Jean-Mouloud : Hahaah ! Génial !

zeze
zeze
27 août 2013 20 h 33 min

On ne pousse pas, chacun prend son ticket !

izabelle
2 septembre 2013 20 h 14 min

…encouragement à la prostitution et à la demande… tout ça aux frais du c*n-tribuable Zurichois.